Evènements

Euro : le programme des JETS

Du 11 au 21 août, « les JETS de Sarcelles » sera le club français le plus représenté aux Championnats d’Europe de Rome. Dix de ses nageurs seront en lice. Suivez leurs courses sur

https://aquatics.eurovisionsports.tv/main et leurs résultats sur www.roma2022.eu.

 

BASSIN

Site : Stadio del Nuoto (Rome, Italie)

 

Jeudi 11 août entre 9h et 12h : Alisée Pisane (séries du 800 m F)

Vendredi 12 août à 19h27 : Alisée Pisane (finale du 800 m F)

Dimanche 14 août entre 9h et 12h : Alisée Pisane (séries du 1 500 m F)

Lundi 15 août à 19h29 : Alisée Pisane (finale du 1 500 m F)

Mercredi 17 août entre 9h et 11h : Alisée Pisane (séries du 400 m F)

Mercredi 17 août à 18h44 : Alisée Pisane (finale du 400 m F)

 

EAU LIBRE

Site : Lungomare A. Vespucci (Lido di Ostia, Italie)

 

Suite aux changements annoncés le 18 août : 

 

- Samedi 20 août à 10h : 5 km F (Madelon Catteau)

- Samedi 20 août à 13h : 25 km F (Lara Grangeon-De Villele, Caroline Jouisse)

- Samedi 20 août à 13h : 25 km H (Axel Reymond, Marcel Schouten, Matthieu Magne, Alexandre Verplaetse)

- Dimanche 20 août à 10h : 10 km F (Madelon Catteau)

- Dimanche 20 août à 10h : 10 km H (Hector Pardoe)

 

 

---

LES ENGAGES

 

AXEL REYMOND (25 KM masculin)

Le 20 août à Lido di Ostia, Axel Reymond vise son quatrième titre de champion d’Europe sur le 25 km en eau libre, après ses succès de 2014, 2016 et 2021. En cas de réussite, il rejoindrait les autres légendes de l’eau libre : l’Allemand Thomas Lurz (5 sacres, dont 4 sur 10 km), le Russe Aleksey Akatiev, le Néerlandais Ferry Weertman et l’Italien Simone Ercoli (4 victoires). Le protégé de Magali Merino tentera également d’être le second nageur masculin, après l’Allemand Thomas Lurz, à décrocher des médailles continentales à plus de dix ans d’intervalle (après sa 3e place en 2012) et sur six éditions de l’Euro (NDLR : il avait été le premier Français à décrocher une médaille sur le 5 km, en 2018). Ses statistiques résument sa longévité et son efficacité, exceptionnelles à ce niveau.

En bonne forme après son titre de vice-champion du monde le 30 juin à Budapest, Axel fera office de favori et tentera de prendre sa revanche sur Dario Verani (champion du monde). Il devrait retrouver ses habituels rivaux : le Hongrois Peter Galicz (3e aux Mondiaux 2022), l’Italien Matteo Furlan (2e de l’Euro 2021), l’Allemand Andreas Waschburger (2e de l’Euro de 10 km en 2012) ou encore son coéquipier Marcel Schouten (4e aux Mondiaux 2022).  

 

MATTHIEU MAGNE (25 KM masculin)

Encore junior (19 ans), Matthieu Magne honorera, sur le 25 km, sa première sélection en équipe de France senior. Le protégé de Magali Merino sort d’un Championnat de France d’eau libre très réussi du 16 au 18 juin au Canet-en-Roussillon, avec 3 titres nationaux à la clé. Il était devenu champion de France toutes catégories du 25 km…pour 29 centièmes de seconde devant Alexandre Verplaetse ! En international, le sociétaire des JETS de Sarcelles a montré sa bravoure en finissant 9e du 25 km d’Ohrid et 11e du 36 km Capri-Napoli (en 2021). L’équipe de France a peut-être (enfin) trouvé en lui le parfait accompagnateur d’Axel Reymond sur 25 km, après les échecs de David Aubry (15e à l’Euro 2018), Jules Wallart (abandon à l’Euro 2021) et Sacha Velly (19e des Mondiaux 2022).

 

ALEXANDRE VERPLAETSE (25 KM masculin)  

Depuis sa participation aux Championnats de France minimes en classe de 4e, en 2014, Alexandre Verplaetse rêvait un jour de représenter son pays. Ce sera chose faite le 20 août prochain. Bien épaulé depuis trois saisons par Magali Merino, le sociétaire des JETS de Sarcelles a connu une progression régulière. Le 16 juin au Canet-en-Roussillon, il a décroché son troisième podium d’affilée aux Championnats de France toutes catégories de 25 km. Puis, en l’espace de deux semaines, trois succès en Coupe de France (à Cergy, à Bazolles et au Mesnil-Saint-Père) lui ont permis de faire le plein de confiance. Il découvre ici le très haut niveau sur 25 km après sa 13e place à la Coupe du monde de 10 km d’Ohrid (2021).

 

LARA GRANGEON-DE VILLELE (25 KM féminin)

Finaliste des Jeux Méditerranéens sur 200 m papillon, début juillet à Oran, Lara Grangeon-De Villele est de retour après une coupure de six mois en raison d’une blessure à l’épaule. Son titre national sur 25 km au Canet-en-Roussillon (avec 18 minutes d’avance sur sa poursuivante Morgane Dornic) prouve qu’elle a retrouvé la plénitude de ses moyens. La sociétaire des JETS de Sarcelles tentera de décrocher une troisième médaille continentale sur 25 km. Après le bronze en 2018 et l’argent en 2021, ce sera peut-être l’or. Ses principales rivales devraient être les Allemandes Léa Boy (tenante du titre) et Eléa Linka (6e aux Mondiaux 2022), l’Italienne Barbara Pozzobon (3e en 2021), la Néerlandaise Sharon Van Rouwendaal (3e aux Mondiaux 2022) et Caroline Jouisse (5e aux Mondiaux 2022 et 3e de l’Euro 2016). En cas de podium, elle deviendrait la 7e nageuse auréolée d’au moins trois médailles à l’Euro de 25 km. En cas de victoire, elle serait la seconde Française à s’imposer après Anne Chagnaud en 1993. Troisième en 2018 et quatrième en 2021 sur le relais mixte, Stéphane Lecat pourrait également être tenté d’en faire son joker sur le 4x1500 m.

 

CAROLINE JOUISSE (25 KM féminin)

Cinquième des récents Mondiaux, Caroline Jouisse est prétendante à une médaille sur le 25 km. Si la protégée de Magali Merino atteint son objectif, elle deviendrait la 6e nageuse à décrocher deux médailles européennes sur cette distance à plus de six ans d’intervalle. Depuis sa 3e place à l’Euro 2016 d’Hoorn (première médaille française depuis 23 ans sur le 25 km féminin), Caroline a mûri. Elle a notamment remporté l’an dernier le Grand Prix FINA (la Coupe du monde d’ultra-marathon en eau libre) et est devenu la première Française à remporter la célèbre Capri-Napoli (36 km). Dans un bon jour, la sociétaire des JETS de Sarcelles peut battre n’importe quel « gros palmarès ».

 

MADELON CATTEAU (5 ET 10 KM féminins)  

À 19 ans, Madelon Catteau incarne l’avenir de l’eau libre française. Chez les juniors, la protégée de Philippe Lucas a été championne du monde en relais mixte (2018), championne d’Europe du 10 km (2022) et triple championne de France sur une même édition (2020). En septembre prochain aux Seychelles, elle devrait se mêler à la lutte pour le titre mondial junior sur 10 km aux côtés de l’Américaine Mariah Denigan, de la Hongroise Mira Szimcsak et de la Portugaise Mafalda Rosa. Mais chez les seniors, Madelon est déjà capable de tirer son épingle du jeu. Elle a en effet remporté le titre de championne de France sur 10 km en juin au Canet-en-Roussillon après une médaille de bronze en 2020 devant plusieurs grands noms (Marie Kuntzmann, Lara Grangeon-De Villele, Caroline Jouisse…). Elle a été capable de finir 4e du Test Event de Tokyo (en 2019 sur 5 km) et 5e de la Coupe d’Europe de Piombino (en 2022 sur 10 km). Sur cet Euro de Rome, elle honore sa première sélection en équipe de France A et n’a rien à perdre et tout à gagner. Sur les 5 et 10 km féminins, elle retrouvera plusieurs nageuses placées aux Mondiaux : la Française Aurélie Muller, les Allemandes Léonie Beck et Léa Boy, la Néerlandaise Sharon Van Rouwendaal, les Italiennes Giulia Gabbrielleschi et Ginevra Taddeucci, l’Espagnole Maria Alvarez ou encore la Hongroise Anna Olasz.

 

MARCEL SCHOUTEN (25 KM masculin*)    

Cette saison, Marcel Schouten dispute ses premiers Championnats internationaux depuis cinq ans. Révélé par le relais mixte (champion d’Europe 2014 et vice-champion du monde 2015), c’est désormais sur le 25 km que le compagnon de Caroline Jouisse brille. Le sociétaire des JETS de Sarcelles vient de terminer 4e des Mondiaux de Budapest après une 5e place à l’Euro en 2016. Signe de sa grande forme, il a devancé Axel Reymond à Jablines et à Naples, terminé 2e du Grand Prix FINA (coupe du monde d’ultra-marathon en eau libre) et battu le record national du 5 km indoor de son pays détenu depuis 14 ans par Maarten Van der Weijden. Le 20 août à Lido di Ostia, Marcel tentera d’être le premier Néerlandais depuis 29 ans à être médaillé aux Championnats d’Europe de 25 km. Un beau défi en perspective.

 

HECTOR PARDOE (10 KM masculin*)    

Depuis sa grave blessure à l’œil survenue lors de la course des JO de Tokyo, Hector Pardoe cherche à retrouver son meilleur niveau. Il semble sur la bonne voie après sa 11e place sur 10 km aux Mondiaux de Budapest. En Italie, le natif de Wrexham essaiera d’être le cinquième Britannique à monter sur un podium des Championnats d’Europe d’eau libre après Alan Bircher (2e sur 5 km en 2004), Daniel Fogg (1er du 5 km en 2014), Caleb Hugues (3e du 5 km en 2016) et Jack Burnell (2e du 10 km en 2016). Sur le 10 km, sa tâche ne sera pas aisée puisqu’il retrouvera les Italiens Gregorio Paltrinieri et Domenico Acerenza (1er et 2e aux Mondiaux), l’Allemand Florian Wellbrock, le Français Marc-Antoine Olivier ou encore le jeune prodige hongrois David Betlehem.

 

KRYSTYNA PANCHISHKO (5 et 10 KM féminins*)   

En 2021, Krystyna Panchishko avait été la première Ukrainienne à se qualifier sur le 10 km eau libre des Jeux Olympiques. Depuis, la nageuse poursuit ses efforts pour se rapprocher des leaders. Elle a fini 25e sur 5 km et 26e sur 10 km aux Mondiaux de Budapest mais vaut mieux. À Lido di Ostia, elle espère atteindre son meilleur résultat sur un Championnat d’Europe (14e sur 5 km en 2018).

 

ALISEE PISANE (400 M, 800 M ET 1 500 M NAGE LIBRE féminin*)

Seule sociétaire des JETS de Sarcelles engagée en bassin, Alisée Pisane est la nouvelle « pépite » de l’entraîneur Philippe Lucas. Comme sa coéquipière et partenaire d’entraînement Madelon Catteau, elle a 19 ans et un avenir radieux. La plus jeune sélectionnée de la délégation belge a décroché son billet sur 1 500 m nage libre, en pulvérisant son record personnel le 29 mai à Samorin (16’34’’90). Ce chrono la place au 25e rang des engagées de l’Euro de Rome, à 38 secondes de la favorite italienne Simona Quadarella. Elle est aussi qualifiée sur 400 m et sur 800 m. 

Synthèse réalisée par Julien BIGORNE

 

 

Catteau : ''Oser sans pression''

Les 18 et 19 août, à l’occasion des Championnats d’Europe de Rome (Italie), Madelon Catteau honorera, à seulement 19 ans, sa première sélection en équipe de France senior, et pourrait bien surprendre ses aînées sur le 5 km et sur le 10 km.  

 

Vous pratiquez déjà la natation depuis 14 ans. Comment est née cette passion ? 

Je suis issue d’une famille de nageurs. Avant moi, mes deux frères et ma sœur ont pratiqué cette discipline avant de s’orienter vers l’aviron et la danse. Contrairement à eux, j’ai poursuivi. Car j’obtenais de bons résultats, je suis une compétitrice et j’aime gagner.

À quel âge, avez-vous disputé votre premier Championnat de France ? 

J’avais 15 ans ! C’était aux France 2017 en petit bassin à Montpellier (24e sur 1 500 m nage libre). C’était incroyable car deux ans avant, je payais mes billets pour suivre la compétition dans les tribunes. Je ne pensais pas passer aussi vite du statut de spectatrice à celui d’actrice...

Six mois plus tard, vous participez aux France d’eau libre 2018. Un tournant ?

Oui, car c’est cette compétition qui m’a conduit à ma première sélection en équipe de France, en étant championne de France junior 1 sur 5 km. Je participe ainsi aux Mondiaux juniors à Eilat (Israël) et nous sommes champions du monde du relais mixte U19.

Ce relais, c’était un sacré baptême du feu pour vous…

J’étais effectivement confrontée à des filles mais aussi des garçons plus âgés de 4 ans. Comme ils avaient plus d’expérience, mon objectif sur ce premier relais, c’était d’essayer d’avoir le moins de retard possible. J’ai fait le boulot ! J’ai ensuite assisté aux passages de Jean-Baptiste (Clusman), Lisa (Pou) et Enzo (Roldan Munoz). Une dinguerie !       

Est-ce que cette compétition a été décisive dans votre orientation vers l’eau libre ?

C’est plutôt l’Euro junior 2019 qui l’a été. Face à des filles plus âgées d’un an, j’avais réussi à être médaillée de bronze sur 7,5 km. Ça m’a ouvert les yeux. J’avais de l’ambition pour les Mondiaux juniors 2020…malheureusement annulés en raison de la Covid-19.  

- À cette période, comment avez-vous vécu le confinement ?

Assez bien, finalement. Je suis retournée auprès de ma famille à Toulouse. J’ai couru, je me suis entretenu physiquement. Au moment de retourner dans les bassins et dans les lacs, j’étais plus déterminée que jamais. Je décroche d’ailleurs les trois titres nationaux juniors en eau libre (5 – 10 – 25 km) en septembre 2020 à Jablines.

- Ensuite, après une belle année 2021 (2e sur 800 m et 3e sur 1 500 m aux France élites, 3e sur 10 km à l’Euro junior), vous semblez très forte cette saison. Qu’est-ce qui a évolué ?

J’ai effectué une grosse préparation avec Philippe Lucas. Cela représentait 10 séances dans l’eau et 2 séances de musculation par semaine. De 70 à 95 km hebdomadaires. Avant l’Euro junior de Setubal, je n’ai jamais nagé aussi vite à l’entraînement. J’enchaînais des séries de 50 x 100 m ou 20 x 200 m à une allure de départ d’1’20 par 50 m pour finir à 1’06.

- Comment s’est déroulé le 10 km où vous devenez championne d’Europe junior ?

Il y avait beaucoup de vagues et de courant. Nous étions en mer, pas en lac. Les conditions étaient différentes. Mais j’ai eu la chance d’arriver tôt sur le site de compétition, pour tester le parcours en amont. J’ai tout analysé, ce qui m’a permis de savoir où je mettais les pieds.

- Le jour J, avez-vous attaqué ou temporisé en vue du sprint ?

J’ai attaqué au 6e km et j’ai réussi à créer un écart sur la Portugaise Mafalda Rosa (tenante du titre), la Hongroise Mira Szimcsak (1 titre mondial et 3 titres européens juniors) et le reste du peloton. Il restait 40 minutes de course et deux tours. Lors de mon dernier ravitaillement, j’estimais mon avance à 30 secondes. Mais c’est un temps qu’elles pouvaient reprendre.

- À quel moment comprenez-vous que c’est gagné ?

À 300 m de l’arche. Mes bras ne tournaient plus, mais c’était que du kiff ! Cela fait 4 ans que j’attendais ce titre. Un accomplissement. Après l’arrivée, j’ai hurlé de joie comme jamais.

- Au vu du fort niveau européen, une médaille aux Mondiaux juniors semble possible le 17 septembre aux Seychelles…

C’est mon objectif, effectivement. Mais il y a des Américaines très fortes telles que Mariah Denigan (3e des Mondiaux juniors de 5 km en 2018) qui feront partie de mes adversaires.

- Le 13 juillet, vous avez appris votre sélection en équipe de France pour l’Euro de Rome, sur 5 et sur 10 km. À quoi avez-vous pensé à ce moment-là ?

J’ai savouré car c’était la récompense de beaucoup d’efforts. J’ai aussi été très contente car cette compétition me servira d’expérience sur la route des Jeux Olympiques de Paris 2024. J’ai déjà prouvé que je pouvais tirer mon épingle du jeu chez les seniors, en étant 4e du Test Event de Tokyo sur 5 km en 2019 puis championne de France du 10 km et 5e de la Coupe d’Europe de Piombino, en 2022. Je vais oser, sans me mettre de pression.

- À quoi va ressembler votre vie jusqu’aux JO de Paris 2024 ? 

Je vais continuer à m’entraîner durement jusqu’à cette échéance. Me qualifier à cet événement est un projet que je mène avec les JETS de Sarcelles et avec Philippe Lucas. Je continue mes études après l’obtention de mon DUT en Gestion des Entreprises et des Administrations. Mais je prépare ma Licence 3 en Marketing, en deux ans au lieu d’une, et à distance. 

- Que représente pour vous le fait de porter les couleurs des JETS de Sarcelles ?

Une fierté. Faire partie d’une grande famille et du plus grand club d’eau libre de France. Il y a depuis longtemps un lien qui s’est créé. Je me souviens encore des mots du président Guy Canzano après mon record de France des 19 ans sur 5 km indoor à Sarcelles. C’est inoubliable ! Propos recueillis par Julien BIGORNE

 

>>> Article paru dans L'Esprit Club 77 (partie 7 sur 11)

 

 

Catteau : ''Oser sans pression''

Les 18 et 19 août, à l’occasion des Championnats d’Europe de Rome (Italie), Madelon Catteau honorera, à seulement 19 ans, sa première sélection en équipe de France senior, et pourrait bien surprendre ses aînées sur le 5 km et sur le 10 km.  

 

- Vous pratiquez déjà la natation depuis 14 ans. Comment est née cette passion ? 

Je suis issue d’une famille de nageurs. Avant moi, mes deux frères et ma sœur ont pratiqué cette discipline avant de s’orienter vers l’aviron et la danse. Contrairement à eux, j’ai poursuivi. Car j’obtenais de bons résultats, je suis une compétitrice et j’aime gagner.

- À quel âge, avez-vous disputé votre premier Championnat de France ? 

J’avais 15 ans ! C’était aux France 2017 en petit bassin à Montpellier (24e sur 1 500 m nage libre). C’était incroyable car deux ans avant, je payais mes billets pour suivre la compétition dans les tribunes. Je ne pensais pas passer aussi vite du statut de spectatrice à celui d’actrice...

- Six mois plus tard, vous participez aux France d’eau libre 2018. Un tournant ?

Oui, car c’est cette compétition qui m’a conduit à ma première sélection en équipe de France, en étant championne de France junior 1 sur 5 km. Je participe ainsi aux Mondiaux juniors à Eilat (Israël) et nous sommes champions du monde du relais mixte U19.

- Ce relais, c’était un sacré baptême du feu pour vous…

J’étais effectivement confrontée à des filles mais aussi des garçons plus âgés de 4 ans. Comme ils avaient plus d’expérience, mon objectif sur ce premier relais, c’était d’essayer d’avoir le moins de retard possible. J’ai fait le boulot ! J’ai ensuite assisté aux passages de Jean-Baptiste (Clusman), Lisa (Pou) et Enzo (Roldan Munoz). Une dinguerie !       

- Est-ce que cette compétition a été décisive dans votre orientation vers l’eau libre ?

C’est plutôt l’Euro junior 2019 qui l’a été. Face à des filles plus âgées d’un an, j’avais réussi à être médaillée de bronze sur 7,5 km. Ça m’a ouvert les yeux. J’avais de l’ambition pour les Mondiaux juniors 2020…malheureusement annulés en raison de la Covid-19.  

- À cette période, comment avez-vous vécu le confinement ?

Assez bien, finalement. Je suis retournée auprès de ma famille à Toulouse. J’ai couru, je me suis entretenu physiquement. Au moment de retourner dans les bassins et dans les lacs, j’étais plus déterminée que jamais. Je décroche d’ailleurs les trois titres nationaux juniors en eau libre (5 – 10 – 25 km) en septembre 2020 à Jablines.

- Ensuite, après une belle année 2021 (2e sur 800 m et 3e sur 1 500 m aux France élites, 3e sur 10 km à l’Euro junior), vous semblez très forte cette saison. Qu’est-ce qui a évolué ?

J’ai effectué une grosse préparation avec Philippe Lucas. Cela représentait 10 séances dans l’eau et 2 séances de musculation par semaine. De 70 à 95 km hebdomadaires. Avant l’Euro junior de Setubal, je n’ai jamais nagé aussi vite à l’entraînement. J’enchaînais des séries de 50 x 100 m ou 20 x 200 m à une allure de départ d’1’20 par 50 m pour finir à 1’06.

- Comment s’est déroulé le 10 km où vous devenez championne d’Europe junior ?

Il y avait beaucoup de vagues et de courant. Nous étions en mer, pas en lac. Les conditions étaient différentes. Mais j’ai eu la chance d’arriver tôt sur le site de compétition, pour tester le parcours en amont. J’ai tout analysé, ce qui m’a permis de savoir où je mettais les pieds.

- Le jour J, avez-vous attaqué ou temporisé en vue du sprint ?

J’ai attaqué au 6e km et j’ai réussi à créer un écart sur la Portugaise Mafalda Rosa (tenante du titre), la Hongroise Mira Szimcsak (1 titre mondial et 3 titres européens juniors) et le reste du peloton. Il restait 40 minutes de course et deux tours. Lors de mon dernier ravitaillement, j’estimais mon avance à 30 secondes. Mais c’est un temps qu’elles pouvaient reprendre.

- À quel moment comprenez-vous que c’est gagné ?

À 300 m de l’arche. Mes bras ne tournaient plus, mais c’était que du kiff ! Cela fait 4 ans que j’attendais ce titre. Un accomplissement. Après l’arrivée, j’ai hurlé de joie comme jamais.

- Au vu du fort niveau européen, une médaille aux Mondiaux juniors semble possible le 17 septembre aux Seychelles…

C’est mon objectif, effectivement. Mais il y a des Américaines très fortes telles que Mariah Denigan (3e des Mondiaux juniors de 5 km en 2018) qui feront partie de mes adversaires.

- Le 13 juillet, vous avez appris votre sélection en équipe de France pour l’Euro de Rome, sur 5 et sur 10 km. À quoi avez-vous pensé à ce moment-là ?

J’ai savouré car c’était la récompense de beaucoup d’efforts. J’ai aussi été très contente car cette compétition me servira d’expérience sur la route des Jeux Olympiques de Paris 2024. J’ai déjà prouvé que je pouvais tirer mon épingle du jeu chez les seniors, en étant 4e du Test Event de Tokyo sur 5 km en 2019 puis championne de France du 10 km et 5e de la Coupe d’Europe de Piombino, en 2022. Je vais oser, sans me mettre de pression.

- À quoi va ressembler votre vie jusqu’aux JO de Paris 2024 ? 

Je vais continuer à m’entraîner durement jusqu’à cette échéance. Me qualifier à cet événement est un projet que je mène avec les JETS de Sarcelles et avec Philippe Lucas. Je continue mes études après l’obtention de mon DUT en Gestion des Entreprises et des Administrations. Mais je prépare ma Licence 3 en Marketing, en deux ans au lieu d’une, et à distance. 

- Que représente pour vous le fait de porter les couleurs des JETS de Sarcelles ?

Une fierté. Faire partie d’une grande famille et du plus grand club d’eau libre de France. Il y a depuis longtemps un lien qui s’est créé. Je me souviens encore des mots du président Guy Canzano après mon record de France des 19 ans sur 5 km indoor à Sarcelles. C’est inoubliable ! Propos recueillis par Julien BIGORNE

 

 

 

Euro : le record des JETS

Ici aux côtés du coach Magali Merino, du président Guy Canzano et des médaillés nationaux juniors Tramier et Duteil (3e, 5e, 8e et 9e en partant de la gauche), Verplaetse, Magne, Reymond, Jouisse et Schouten participeront au 25 km de l’Euro de Rome (photo : Julien Bigorne)

 

Depuis hier, c’est officiel ! « Les JETS de Sarcelles » sera le premier club français à compter dix représentants sur une même édition des Championnats d’Europe de natation. L’enjeu était de taille lors de l’annonce de la composition de l’équipe de France d’eau libre par Stéphane Lecat (Directeur Technique National) et Jacco Verhaeren (directeur des équipes de France). Le club savait que son exploit pouvait prendre forme là. Au final, un grand bonheur. Rien que sur l’épreuve de 25 km, la France compte cinq JETS sur six représentants : Axel Reymond, Matthieu Magne, Alexandre Verplaetse, Lara Grangeon-De Villele et Caroline Jouisse. Sur les courses féminines de 5 et de 10 km, Madelon Catteau est l’une des deux sélectionnées.

Dix sélectionnés

Ces six ambitieux JETS rejoignent quatre Internationaux étrangers du club déjà qualifiés : Marcel Schouten (Pays-Bas), Hector Pardoe (Grande-Bretagne), Krystyna Panchishko (Ukraine) et Alisée Pisane (Belgique). Une partie du groupe effectuera un stage club à Font-Romeu (du 17 juillet au 6 août) puis un stage avec l’équipe de France à Vichy (du 8 au 13 août). Ils partiront ensuite pour Rome le 14 août et découvriront le site de Lido di Ostia, station balnéaire donnant sur la mer Tyrrhénienne. À un mois de leur départ pour l’Italie, découvrez le programme, les forces en présence et les enjeux pour les JETS.  

 

Programme

Dimanche 14 août vers 11h : séries du 1 500 m nage libre F (Alisée Pisane) ;

Lundi 15 août entre 18h et 20h30 : finale du 1 500 m nage libre F (Alisée Pisane) ;

Jeudi 18 août entre 9h et 13h : 5 km F (Madelon Catteau, Krystyna Panchishko) ;

Jeudi 18 août entre 9h et 13h : 10 km H (Hector Pardoe) ;

Vendredi 19 août entre 9h et 13h : 10 km F (Madelon Catteau, Krystyna Panchishko) ;

Samedi 20 août entre 7h et 12h : 25 km F (Lara Grangeon-De Villele, Caroline Jouisse) ;

Samedi 20 août entre 7h et 12h : 25 km H (Axel Reymond, Matthieu Magne, Alexandre Verplaetse, Marcel Schouten)

Dimanche 21 août entre 9h et 13h : relais mixte 4x1500 m (composition le 20 août au soir).

>>> Infos complémentaires

 

AXEL REYMOND (25 KM masculin)

Le 20 août à Lido di Ostia, Axel Reymond vise son quatrième titre de champion d’Europe sur le 25 km en eau libre, après ses succès de 2014, 2016 et 2021. En cas de réussite, il rejoindrait les autres légendes de l’eau libre : l’Allemand Thomas Lurz (5 sacres, dont 4 sur 10 km), le Russe Aleksey Akatiev, le Néerlandais Ferry Weertman et l’Italien Simone Ercoli (4 victoires). Le protégé de Magali Merino tentera également d’être le second nageur masculin, après l’Allemand Thomas Lurz, à décrocher des médailles continentales à plus de dix ans d’intervalle (après sa 3e place en 2012) et sur six éditions de l’Euro (NDLR : il avait été le premier Français à décrocher une médaille sur le 5 km, en 2018). Ses statistiques résument sa longévité et son efficacité, exceptionnelles à ce niveau.

En bonne forme après son titre de vice-champion du monde le 30 juin à Budapest, Axel fera office de favori et tentera de prendre sa revanche sur Dario Verani (champion du monde). Il devrait retrouver ses habituels rivaux : le Hongrois Peter Galicz (3e aux Mondiaux 2022), l’Italien Matteo Furlan (2e de l’Euro 2021), l’Allemand Andreas Waschburger (2e de l’Euro de 10 km en 2012) ou encore son coéquipier Marcel Schouten (4e aux Mondiaux 2022).  

MATTHIEU MAGNE (25 KM masculin)

Encore junior (19 ans), Matthieu Magne honorera, sur le 25 km, sa première sélection en équipe de France senior. Le protégé de Magali Merino sort d’un Championnat de France d’eau libre très réussi du 16 au 18 juin au Canet-en-Roussillon, avec 3 titres nationaux à la clé. Il était devenu champion de France toutes catégories du 25 km…pour 29 centièmes de seconde devant Alexandre Verplaetse ! En international, le sociétaire des JETS de Sarcelles a montré sa bravoure en finissant 9e du 25 km d’Ohrid et 11e du 36 km Capri-Napoli (en 2021). L’équipe de France a peut-être (enfin) trouvé en lui le parfait accompagnateur d’Axel Reymond sur 25 km, après les échecs de David Aubry (15e à l’Euro 2018), Jules Wallart (abandon à l’Euro 2021) et Sacha Velly (19e des Mondiaux 2022).

ALEXANDRE VERPLAETSE (25 KM masculin)  

Depuis sa participation aux Championnats de France minimes en classe de 4e, en 2014, Alexandre Verplaetse rêvait un jour de représenter son pays. Ce sera chose faite le 20 août prochain. Bien épaulé depuis trois saisons par Magali Merino, le sociétaire des JETS de Sarcelles a connu une progression régulière. Le 16 juin au Canet-en-Roussillon, il a décroché son troisième podium d’affilée aux Championnats de France toutes catégories de 25 km. Puis, en l’espace de deux semaines, trois succès en Coupe de France (à Cergy, à Bazolles et au Mesnil-Saint-Père) lui ont permis de faire le plein de confiance. Il découvre ici le très haut niveau sur 25 km après sa 13e place à la Coupe du monde de 10 km d’Ohrid (2021).

LARA GRANGEON-DE VILLELE (25 KM féminin)

Finaliste des Jeux Méditerranéens sur 200 m papillon, début juillet à Oran, Lara Grangeon-De Villele est de retour après une coupure de six mois en raison d’une blessure à l’épaule. Son titre national sur 25 km au Canet-en-Roussillon (avec 18 minutes d’avance sur sa poursuivante Morgane Dornic) prouve qu’elle a retrouvé la plénitude de ses moyens. La sociétaire des JETS de Sarcelles tentera de décrocher une troisième médaille continentale sur 25 km. Après le bronze en 2018 et l’argent en 2021, ce sera peut-être l’or. Ses principales rivales devraient être les Allemandes Léa Boy (tenante du titre) et Eléa Linka (6e aux Mondiaux 2022), l’Italienne Barbara Pozzobon (3e en 2021), la Néerlandaise Sharon Van Rouwendaal (3e aux Mondiaux 2022) et Caroline Jouisse (5e aux Mondiaux 2022 et 3e de l’Euro 2016). En cas de podium, elle deviendrait la 7e nageuse auréolée d’au moins trois médailles à l’Euro de 25 km. En cas de victoire, elle serait la seconde Française à s’imposer après Anne Chagnaud en 1993. Troisième en 2018 et quatrième en 2021 sur le relais mixte, Stéphane Lecat pourrait également être tenté d’en faire son joker sur le 4x1500 m.

CAROLINE JOUISSE (25 KM féminin)

Cinquième des récents Mondiaux, Caroline Jouisse est prétendante à une médaille sur le 25 km. Si la protégée de Magali Merino atteint son objectif, elle deviendrait la 6e nageuse à décrocher deux médailles européennes sur cette distance à plus de six ans d’intervalle. Depuis sa 3e place à l’Euro 2016 d’Hoorn (première médaille française depuis 23 ans sur le 25 km féminin), Caroline a mûri. Elle a notamment remporté l’an dernier le Grand Prix FINA (la Coupe du monde d’ultra-marathon en eau libre) et est devenu la première Française à remporter la célèbre Capri-Napoli (36 km). Dans un bon jour, la sociétaire des JETS de Sarcelles peut battre n’importe quel « gros palmarès ».

MADELON CATTEAU (5 ET 10 KM féminins)  

À 19 ans, Madelon Catteau incarne l’avenir de l’eau libre française. Chez les juniors, la protégée de Philippe Lucas a été championne du monde en relais mixte (2018), championne d’Europe du 10 km (2022) et triple championne de France sur une même édition (2020). En septembre prochain aux Seychelles, elle devrait se mêler à la lutte pour le titre mondial junior sur 10 km aux côtés de l’Américaine Mariah Denigan, de la Hongroise Mira Szimcsak et de la Portugaise Mafalda Rosa. Mais chez les seniors, Madelon est déjà capable de tirer son épingle du jeu. Elle a en effet remporté le titre de championne de France sur 10 km en juin au Canet-en-Roussillon après une médaille de bronze en 2020 devant plusieurs grands noms (Marie Kuntzmann, Lara Grangeon-De Villele, Caroline Jouisse…). Elle a été capable de finir 4e du Test Event de Tokyo (en 2019 sur 5 km) et 5e de la Coupe d’Europe de Piombino (en 2022 sur 10 km). Sur cet Euro de Rome, elle honore sa première sélection en équipe de France A et n’a rien à perdre et tout à gagner. Sur les 5 et 10 km féminins, elle retrouvera plusieurs nageuses placées aux Mondiaux : la Française Aurélie Muller, les Allemandes Léonie Beck et Léa Boy, la Néerlandaise Sharon Van Rouwendaal, les Italiennes Giulia Gabbrielleschi et Ginevra Taddeucci, l’Espagnole Maria Alvarez ou encore la Hongroise Anna Olasz.

MARCEL SCHOUTEN (25 KM masculin*)    

Cette saison, Marcel Schouten dispute ses premiers Championnats internationaux depuis cinq ans. Révélé par le relais mixte (champion d’Europe 2014 et vice-champion du monde 2015), c’est désormais sur le 25 km que le compagnon de Caroline Jouisse brille. Le sociétaire des JETS de Sarcelles vient de terminer 4e des Mondiaux de Budapest après une 5e place à l’Euro en 2016. Signe de sa grande forme, il a devancé Axel Reymond à Jablines et à Naples, terminé 2e du Grand Prix FINA (coupe du monde d’ultra-marathon en eau libre) et battu le record national du 5 km indoor de son pays détenu depuis 14 ans par Maarten Van der Weijden. Le 20 août à Lido di Ostia, Marcel tentera d’être le premier Néerlandais depuis 29 ans à être médaillé aux Championnats d’Europe de 25 km. Un beau défi en perspective.

HECTOR PARDOE (10 KM masculin*)    

Depuis sa grave blessure à l’œil survenue lors de la course des JO de Tokyo, Hector Pardoe cherche à retrouver son meilleur niveau. Il semble sur la bonne voie après sa 11e place sur 10 km aux Mondiaux de Budapest. En Italie, le natif de Wrexham essaiera d’être le cinquième Britannique à monter sur un podium des Championnats d’Europe d’eau libre après Alan Bircher (2e sur 5 km en 2004), Daniel Fogg (1er du 5 km en 2014), Caleb Hugues (3e du 5 km en 2016) et Jack Burnell (2e du 10 km en 2016). Sur le 10 km, sa tâche ne sera pas aisée puisqu’il retrouvera les Italiens Gregorio Paltrinieri et Domenico Acerenza (1er et 2e aux Mondiaux), l’Allemand Florian Wellbrock, le Français Marc-Antoine Olivier ou encore le jeune prodige hongrois David Betlehem.

KRYSTYNA PANCHISHKO (5 et 10 KM féminins*)   

En 2021, Krystyna Panchishko avait été la première Ukrainienne à se qualifier sur le 10 km eau libre des Jeux Olympiques. Depuis, la nageuse poursuit ses efforts pour se rapprocher des leaders. Elle a fini 25e sur 5 km et 26e sur 10 km aux Mondiaux de Budapest mais vaut mieux. À Lido di Ostia, elle espère atteindre son meilleur résultat sur un Championnat d’Europe (14e sur 5 km en 2018).

ALISEE PISANE (1 500 M NAGE LIBRE féminin*)

Seule sociétaire des JETS de Sarcelles engagée en bassin, Alisée Pisane est la nouvelle « pépite » de l’entraîneur Philippe Lucas. Comme sa coéquipière et partenaire d’entraînement Madelon Catteau, elle a 19 ans et un avenir radieux. La plus jeune sélectionnée de la délégation belge a décroché son billet sur 1 500 m nage libre, en pulvérisant son record personnel le 29 mai à Samorin (16’34’’90). Ce chrono la place au 25e rang des engagées de l’Euro de Rome, à 38 secondes de la favorite italienne Simona Quadarella.

Synthèse réalisée par Julien BIGORNE

Bilan de saison 2021-2022 des JETS

Bilan de la saison du 1er septembre 2021 au 31 août 2022 et résumé de carrière antérieur au 1er septembre 2021.

 

> AXEL REYMOND 

- Vice-champion du monde du 25 km (le 30 juin 2022 à Budapest / Hongrie) ;

- lauréat du Grand Prix FINA - Général de la Coupe du monde d’ultra-marathon (nov. 2021) ;

- 3e du relais mixte des Championnats d'Europe (le 21 août 2022 à Ostia / Italie) ;

- Vainqueur du Championnat des États-Unis du 10 km (le 2 avril à Fort Myers / Usa) ;

- 4e de la Coupe d’Europe d’Eilat de 5 km (le 24 mars en Israël) ;

- 5e du Général de la Coupe du monde de 10 km (en décembre 2021) ;

- Sélectionné sur 25 km aux Championnats d'Europe (le 20 août à Ostia, en Italie). 

- Vainqueur du 10 km de la finale de la Coupe de France d'eau libre (le 25 septembre à Jablines). 

Résumé de sa carrière : trois fois médaillé aux Mondiaux de 25 km (1er en 2017 et en 2019, 2e en 2022) ; quatre fois médaillé aux Championnats d’Europe du 25 km (1er en 2014, 2016 et 2021 ; 3e en 2012) ; lauréat de quatre manches de Coupes du monde d’eau libre ; triple champion du monde militaire (sur relais, 5 et 10 km, 2019) ; vice-champion d’Europe du 5 km (2018) ; 14 fois champion de France (dont 9 fois sur 25 km) ; lauréat du Général de la Coupe de France d’eau libre (2010, 2012, 2015 et 2016).

 

> CAROLINE JOUISSE

- 4e du relais mixte et 5e du 25 km aux Championnats du monde (les 26 et 30 juin à Budapest) ;

- Lauréate du Grand Prix FINA - Général de la Coupe du monde d’ultra-marathon (2021) ;

- Lauréate de la Coupe du monde Capri-Napoli sur 36 km (le 6 septembre 2021 en Italie) ;

- Lauréate de la Capri-Napoli sur 36 km (le 4 septembre 2022 en Italie) ;

- Lauréate de la Coupe d’Europe d’Eilat de 5 km (le 24 mars 2022 en Israël) ;

- 5e de la finale de la Coupe du monde de 10 km (le 6 décembre 2021 à Abu Dhabi) ;

- Sélectionnée sur 25 km aux Championnats d'Europe (le 20 août 2022 à Ostia, en Italie).

- Championne de France du 5 km en eau libre (le 24 septembre 2022 à Jablines) ; 

- Lauréate du 10 km de la finale de la Coupe de France d'eau libre à Jablines (le 25 septembre 2022 à Jablines). 

Résumé de sa carrière : 3e aux Championnats d’Europe de 25 km (2016) ; deux fois médaillée aux Jeux Mondiaux militaires (1ère en relais et 3e sur 10 km, 2019) ; 3e de la Coupe du monde du Lac Saint-Jean (sur 10 km en 2019) ; 13 victoires à la Coupe de France d’eau libre (2021) ; lauréate du classement général de la Coupe de France d’eau libre (2013).  

 

> MARCEL SCHOUTEN

- 4e du 25 km aux Championnats du monde (30 juin 2022 à Budapest) ;

- 2e du Grand Prix FINA – Général de la Coupe du monde d’ultra-marathon (nov. 2021) ;

- 2e de la Capri-Napoli sur 36 km (6 septembre 2021 en Italie) ;

- sélectionné sur 25 km aux Championnats d'Europe (le 20 août à Ostia, en Italie) ; 

- recordman des Pays-Bas sur le 5 km indoor en 53’52’’93 (29 janvier 2022 à Sarcelles) ;

- Lauréat du 10 km de la finale de la Coupe de France (26 septembre 2021 à Jablines) ; 

- 2e du 10 km de la finale de la Coupe de France (25 septembre 2022 à Jablines). 

Résumé de sa carrière : vice-champion du monde de relais mixte (2015) ; champion d’Europe du relais mixte (2014) ; vainqueur de la Coupe du monde du Lac Saint-Jean (sur 10 km en 2018 et sur 32 km en 2019) et 3e de la Coupe du monde de Cancun (sur 15 km en 2014) ; 9 victoires sur la Coupe de France d’eau libre (2021).

 

> JORDAN POTHAIN

- 7e du 4x200 m et 15e du 200 m NL aux Championnats du monde (19 juin 2022 à Budapest) ;

- 6e du 4x100 m 4 nages aux Mondiaux en petit bassin (21 décembre 2021 à Abu Dhabi) ;

- 7e du 4x50 m 4 nages et 7e sur 200 m NL à l’Euro en petit bassin (3 et 6 nov 2021 à Kazan) ;

- 5e du 400 m NL à la Coupe du monde en petit bassin (28 octobre 2021 à Kazan) ;

- vainqueur du 200 m NL au meeting international de Saint-Dizier (15 octobre 2021).

Résumé de sa carrière : Deux fois sélectionné aux Jeux Olympiques (8e sur 400 m NL en 2016 ; séries du relais en 2021) ; vice-champion du monde du 4x100 m NL en petit bassin (2016) ; finaliste du 4x200 m NL aux Championnats d’Europe (4e en 2021, 6e en 2019) ; 5e du 4x200 m NL aux Universiades (2018) ; vainqueur du 400 m de la Coupe du monde en petit bassin de Chartres (2016) ; 8 fois champion de France élite.

 

> HECTOR PARDOE

- 11e du 10 km aux Championnats du monde (le 28 juin 2022 à Budapest) ;

- 11e du 10 km de la Coupe du monde de Setubal (le 28 mai 2022 au Portugal) ;

- 12e du 10 km de la Coupe d’Europe de Piombino (en mai 2022 en Italie) ;

- Finaliste des Championnats de Grande-Bretagne sur 400 m, 800 m et 1 500 m NL ;

Résumé de sa carrière : Qualifié sur 10 km aux Jeux Olympiques (2021) ; lauréat de la course de qualification olympique de Setubal (2021) ; 8e du 10 km des Championnats d’Europe (2021) ; 7e du 10 km de la Coupe du monde de Doha (2021) ; trois fois médaillé de bronze aux Mondiaux juniors (en relais en 2016 et 2017, sur 5 km en 2016).

 

> KRYSTYNA PANCHISHKO

- 25e du 5 km des Championnats du monde (le 27 juin 2022 à Budapest).

Résumé de sa carrière : 22e du 10 km aux Jeux Olympiques (2021) ; 21e du 10 km des Championnats du monde (2016) ; 20e du 10 km de la Coupe du monde de Doha (2021) ; 18e du 5 km des Jeux Mondiaux de la plage (2019) ; 14e du 5 km aux Championnats d’Europe (2018) ; 16e du 10 km de l’Euro junior (2016) ; 8e du 400 m 4 nages de l’Euro junior (2015).

 

> LUDIVINE BLANC

- 2e du relais 4x25 m mannequin aux Jeux mondiaux (le 11 juillet 2022 à Birmingham) ;

- auteur de deux records du monde du 4x25 m mannequin (en 2021) ;

- 6e du 50 m nage libre des Championnats de France élites (le 11 décembre 2021 à Montpellier).

Résumé de sa carrière : 24 podiums nationaux, dont 13 en universitaires. Championne de France élite du 4x100 m 4 nages (2017 et 2018), du 4x100 m nage libre (2018) et du 4x50 m 4 nages en petit bassin (2015). Championne de France universitaire du 100 m nage libre (2018) et du 50 m papillon (2014). Recordwoman de France universitaire du 100 m nage libre en 54’’90 (2018). 3e du 4x50 m 4 nages des Championnats de France en petit bassin (2018).  

 

> LARA GRANGEON-DE VILLELE

- 4e de la finale de la Coupe du monde de 10 km (le 6 décembre 2021 à Abu Dhabi) ;

- Sélectionnée sur 200 m papillon aux Mondiaux en petit bassin (le 17 déc. 2021 à Abu Dhabi) ;

- 5e du 10 km de la Coupe d'Europe de Belgrade (le 17 juillet 2022 en Serbie) ; 

- 7e du 200 m papillon aux Jeux méditerranéens (le 1er juillet 2022 à Oran) ;

- Championne de France du relais mixte et du 25 km (les 16/ 17 juin 2022 à Canet-en-Roussillon) ;

- Vice-championne de France du 400 m 4 nages (le 10 décembre 2021 à Montpellier) ;

- Sélectionnée sur 25 km aux Championnats d'Europe (le 20 août à Ostia, en Italie). 

- Vice-championne de France maître 1 sur 5 km (le 24 septembre à Jablines). 

Résumé de sa carrière : trois fois sélectionnée aux JO (9e du 10 km en 2021 ; 18e sur 200 m papillon en 2016 et 18e sur 400 m 4 nages en 2012) ; 3e du 25 km aux Championnats du monde (2019) ; 4e du 200 m papillon aux Mondiaux en petit bassin (2018) ; 8e sur 400 m 4 nages aux Mondiaux (2015) ; trois fois vice-championne d’Europe (du 200 m papillon en petit bassin en 2015, du 400 m 4 nages en petit bassin en 2017, du 25 km en 2021) ; 52 fois championne de France élite ; 36 fois médaillée d’or aux Jeux du Pacifique Sud.

 

> MADELON CATTEAU

- 5e des Championnats du monde juniors 3 de 10 km (le 17 septembre à Mahé / Seychelles) ; 

- Championne d’Europe junior 3 du 10 km (le 4 juin 2022 à Setubal) ;

- 3e du relais mixte des Championnats d'Europe seniors (le 21 août 2022 à Ostia en Italie) ; 

- 8e du 5 km et du 10 km des Championnats d'Europe seniors (les 20 et 21 août 2022 à Ostia en Italie) ; 

- 5e du 10 km de la Coupe d’Europe de Piombino (mai 2022 en Italie) ;

- Championne de France du 10 km (le 18 juin à Canet-en-Roussillon) ;  

Résumé de sa carrière : championne du monde junior du relais mixte (2018) ; trois fois médaillée de bronze aux Championnats d’Europe juniors (sur relais et sur 7,5 km en 2020 et sur 10 km en 2021) ; 3e du 10 km aux Championnats de France (2020) ; triple championne de France junior 2 (sur 5, 10 et 25 km en 2020).  

 

> MATTHIEU MAGNE

- 8e du Grand Prix FINA – Général de la Coupe du monde d’ultra-marathon (2021) ;

- Sélectionné sur 25 km aux Championnats d'Europe seniors (le 20 août 2022 à Ostia, en Italie) ; 

- Champion de France du 25 km (le 16 juin 2022 à Canet-en-Roussillon) ;

- Champion de France junior 3 – 18-19 ans – du 10 km et du 25 km (les 16 et 18 juin à Canet) et du 5 km (le 24 septembre 2022 à Jablines) ;

- Vainqueur du classement général de la Coupe de France d'eau libre (le 25 septembre 2022 à Jablines) ; 

- Lauréat du 5 km de la Coupe de France de Mesnil Saint-Père (le 10 juillet 2022) ;

- 4e des Championnats de France de 5 km indoor (le 29 janvier 2022 à Sarcelles).

Résumé de sa carrière : 9e de la Coupe du monde d’Ohrid (sur 10 km et sur 25 km en 2021) ; vice-champion de France du 25 km (2021) ; 3 fois champion de France junior du 25 km (en J2 en 2020 et en J3 en 2021 et 2022) et du 10 km (en J3 en 2022) ; vice-champion de France junior 3 du 5 km (en J2 en 2020 et en J3 en 2021) et du 10 km (en J3 en 2021) ; lauréat du 25 km de Rouen (2019).

 

> ALEXANDRE VERPLAETSE

- Sélectionné sur 25 km aux Championnats d'Europe (le 20 août 2022 à Ostia, en Italie) ; 

- Vice-champion de France du relais et du 25 km (16/17 juin 2022 à Canet-en-Roussillon) ;

- Lauréat du 10 km de la Coupe de France de Cergy-Pontoise (25 juin 2022 en Val-d’Oise) ;

- Lauréat du 10 km de la Coupe de France du Mesnil Saint-Père (le 10 juillet 2022) ;

-  Lauréat du 5 km de la Coupe de France de Baye (26 juin 2022 à Bazolles) ;

- Lauréat du 10 km de la Coupe de France de Dijon (le 3 septembre 2022 en Côte d'Or) ; 

- 2e du Général de la Coupe de France d’eau libre, avec 4 victoires (en septembre 2021) ; 

- 2e du Général de la Coupe de France d'eau libre (le 25 septembre 2022 à Jablines) ; 

- 3e du 10 km de la finale de la Coupe de France d'eau libre (le 25 septembre 2022 à Jablines). 

Résumé de sa carrière : Médaillé aux Championnats de France de 25 km (2e en 2020 ; 3e en 2021) ; lauréat du général de la Coupe de France d’eau libre (2019) ; vice-champion de France junior 3 du 25 km (2019).

 

> ALISÉE PISANE

- 8e sur 1 500 m NL aux Championnats d’Europe en 16'37''34 (en août 2022 à Rome) ;

- Recordwoman de Belgique du 1 500 m nage libre en 16'26''20 (le 14 août 2022 à Rome).

- Championne de Belgique du 400 m et du 800 m en petit bassin (hiver 2021).

Résumé de sa carrière : championne de Belgique junior sur 400 m et 800 m NL (2021).

 

> TIFFANY PIERREJEAN

- Qualifiée pour la finale mondiale de l'OceanMan sur 10 km (le 29 octobre en Crète) après des succès à Abu Dhabi et à Costa Azahar ;

- 3e junior 3 des Championnats de France de 25 km (en juin 2022 au Canet-en-Roussillon) ; 

- 3e junior 3 du Général de la Coupe de France d'eau libre (le 25 septembre 2022 à Jablines) ;

Résumé de sa carrière : championne du monde chez les 15-19 ans du 50 m brasse et du 100 m brasse en eau froide (en 2020 en Slovénie) ; championne du monde chez les 15-19 ans du 100 m 4 nages en eau froide (en 2022 en Pologne) et vice-championne du monde toutes catégories dans cette spécialité ; 3e de la finale mondiale de l'OceanMan (en décembre 2021 en Egypte) ; 3e junior 2 des Championnats de France de 25 km (en septembre 2020 à Jablines) ; lauréate de la Coupe de France d'eau libre 2021 avec 7 victoires, 15 podiums et plus de 103 000 points ; leader de la phase qualificative de la Coupe de France d'eau libre 2022. 

 

> LÉO OUABDESSELAM

- Champion de France de relais mixte (17 juin 2022 à Canet-en-Roussillon) ;

- Champion de France junior 3 du 5 km indoor (29 janvier 2022 à Sarcelles) ;

- Champion de France junior 3 sur 800 m et 1 500 m nage libre (en décembre 2021 à Massy) ;

- Vainqueur junior du 5 km de la Coupe de France de Cergy-Pontoise (25 juin 2022 en VO) ;

- 6e J3 du 400 m nage libre aux France juniors (18 décembre 2021 à Massy).

Résumé de sa carrière : 10e sur 5 km aux Mondiaux juniors (2018) ; champion d’Europe junior 1 sur 5 km (2018) ; 6e junior 3 du 10 km des Championnats d’Europe juniors (2021) ; triple champion de France junior 3 en 2021 (sur 10 km et sur 800 m et 1 500 m en petit bassin) ; triple champion de France junior 2 en 2020 (sur 5 km, 10 km et 5 km indoor).

 

> LUCIE CHRISTOPHE

- Lauréate du relais mixte de la Coupe de la Confédération de la Méditerranée – COMEN (3 octobre 2021 à Larnaca) ;

- Championne de France du relais mixte (17 juin 2022 à Canet-en-Roussillon) ;

- 3e J2 sur 200 m papillon aux Championnats de France juniors (22 décembre 2021 à Massy) ;

- 4e sur 200 m papillon aux France juniors (24 mai 2022 à Châlons-sur-Saône) ;

Résumé de sa carrière : 11e du 5 km du Championnat d’Europe junior (2021) ; championne de France junior 1 du 5 km (2021) ; 8 podiums nationaux depuis sa 2e place sur 200 m papillon au Trophée national Lucien-Zins (2018).

 

> ELIOTT GAROUX

- Lauréat du relais mixte de la COMEN en eau libre (le 3 octobre 2021 à Larnaca) ;

- 3e junior 2 sur 10 km aux Championnats de France d’eau libre (le 18 juin 2022 à Canet) ;

- 3e junior du 5 km de la Coupe de France de Cergy-Pontoise (25 juin 2022 en Val-d’Oise) ;

Résumé de sa carrière : 16e J1 sur 5 km aux Championnats d’Europe juniors (2021) ; vice-champion de France junior 1 sur 5 km et sur 10 km (2021).

 

> CHRISTOPHE MALEAU

- Sélectionné pour la COMEN en eau libre (en octobre 2022 en Serbie) ;

- Champion de France junior 1 du 5 km (le 24 septembre 2022 à Jablines) ; 

- Vainqueur junior du 5 km de la Coupe de France de Cergy-Pontoise (le 25 juin 2022 en VO) ;

- 2e du 5 km de la Coupe de France du Mesnil Saint-Père (le 10 juillet 2022) ;

- 2e du 5 km de la Coupe de France de Vieux Fort (le 24 avril 2022) ;

- 2e junior 1 du 10 km de la finale de la Coupe de France d'eau libre (le 25 septembre 2022 à Jablines).

Résumé de sa carrière : réussit à 12 ans la Traversée Sainte-Lucie – Sainte Anne (40 km, le 10 octobre 2020).  

 

> GASPARD TRAMIER

- Champion de France du relais mixte (2021) ;

- Vice-champion de France junior 3 du 10 km (18 juin 2022 à Canet-en-Roussillon) ;

- Vice-champion de France junior 3 du 5 km indoor (29 janvier 2022 à Sarcelles) ;

- Lauréat du 7,5 km de la Coupe de France de Creil (2 juillet 2022) ;

- 3e du 5 km de la Coupe de France du Mesnil Saint-Père (10 juillet 2022).

Résumé de sa carrière : champion de France junior 2 du 5 km (2021) ; vice-champion de France junior du 25 km (en J2 en 2020 et en J3 en 2021) ; 3e junior 3 sur 1 500 m nage libre aux Championnats de France juniors (2021) ; lauréat du 5 km de la Coupe de France de Cergy-Pontoise (2021).

 

> CLÉMENT KUKLA

- Champion de France du 5 km (le 24 septembre 2022 à Jablines) ; 

- Vice-champion de France du relais mixte (17 juin 2022 à Canet-en-Roussillon) ;

- Lauréat du 5 km de la Coupe de France de Saint M’Hervé (21 mai 2022 en Ille-et-Vilaine) ;

- 2e du 10 km de la Coupe de France de Cergy-Pontoise (25 juin 2022 en Val-d’Oise) ;

- 2e du 5 km de la Coupe de France de Martigues (19 juin 2022).

Résumé de sa carrière : 4e du relais et 5e du 10 km aux Championnats d’Europe junior 3 d’eau libre (2021) ; quadruple lauréat de la Coupe de la Confédération de la Méditerranée – COMEN (sur 5 km, 10 km et relais en 2018 et en relais en 2019) ; auteur de la Meilleure Performance Française des 16 ans sur 1 500 m nage libre (2018) et des 17 ans sur 5 km indoor (2020) ; champion de France junior 2 du 800 m et du 5 km (2018) puis du 5 km et du 10 km (2019) ; champion de France junior 3 du 5 km indoor (2020) et du 5 km (2020 et 2021) ; vice-champion de France junior 3 du 10 km (2021) ; 8e sur 1 500 m NL aux France élites (2020).

 

> SAMY FERCHICHI

- Champion de France Nationale 2 sur 200 m, 400 m et 800 m nage libre (24/28 nov. 2021 à Béthune) et vice-champion de France N2 sur 1 500 m nage libre.

- Médaillé de bronze J3 du 400 m NL aux France juniors (24 mai 2022 à Chalon-sur-Saône) et aux France juniors en petit bassin (18 déc. 2021 à Massy) ;

- Lauréat du 400 m nage libre du Meeting national de Caen (3 juillet 2022)

- Lauréat du 400 m nage libre du Meeting national de Metz (avril 2022) ;

- Lauréat du 400 m nage libre du Meeting national de Grand-Couronne (25 février 2022).

Résumé de sa carrière : 5e junior 2 aux Championnats de France de 5 km indoor (2019).

 

> NICOLAS LEGRAND

- Champion de France des maîtres (30-34 ans) sur 200 m papillon (23 juin 2022 à Mulhouse) ;

- 3e C2 (30-34 ans) sur 100 m papillon aux France des maîtres (26 juin 2022 à Mulhouse) ;

Résumé de sa carrière : -

 

> VALENTIN DUTEIL

- 3e en junior 3 aux Championnats de France de 10 km (le 18 juin 2022 à Canet) et de 5 km (le 24 septembre 2022 à Jablines) ;

- 3e en junior 3 aux Championnats de France de 5 km indoor (le 29 janvier 2022 à Sarcelles) ;

- 3e du 1 500 m aux Championnats de France de Nationale 2 (le 20 mars 2022 à Saint-Raphaël) ;

- Vainqueur du 800 m NL du Meeting national de Chalon-sur-Saône (le 11 février 2022) ;

- 2e du 5 km de la Coupe de France de Mesnil-Saint Père (le 10 juillet 2022) ; 

- 3e du Général de la Coupe de France d'eau libre (le 25 septembre 2022 à Jablines). 

Résumé de sa carrière : Vainqueur du Général de la Coupe de France d’eau libre (2020).

 

> ETHAN PARKER

- Vice-champion de France jeune du 200 m papillon et du 1 500 m nage libre (22 déc. 2021 à Rennes) ;

- 3e des Championnats de France junior 1 de 5 km (le 24 septembre 2022 à Jablines) ; 

- Vainqueur du 5 km de Coupe de France de Lissac-sur-Couze (le 11 septembre 2022) ; 

- Vainqueur en junior 1 du 10 km de la finale de la Coupe de France d'eau libre (le 25 septembre 2022 à Jablines).

Résumé de sa carrière : -

 

> VALERIYA EGOROVA

- Lauréate du 100 m dos du Meeting national de Villefranche-sur-Saône (15 octobre 2021) ;

- 6 podiums en meeting national (du 9 octobre au 7 novembre 2021).

Résumé de sa carrière : 3e sur 100 m dos et 200 m nage libre aux Championnats de France open d’été senior (2021)

 

> LUCAS FALLA

- 3e du Général de la Coupe de France d’eau libre (2021) ;

Résumé de sa carrière : champion de France junior 2 du 25 km (2021) ; 2e du 5 km du Tour du Roc de Granville (2021).

 

> PRISCA FALLA

- Vice-championne de France junior 1 du 10 km (18 juin 2022 au Canet-en-Roussillon) ; 

- 9 qualifications et 4 finales aux Championnats de France jeunes, dont 5e sur 200 m brasse et 8e sur 100 m brasse (18/22 décembre 2021 à Rennes)

Résumé de sa carrière : 20e du général de la Coupe de France d’eau libre à seulement 13 ans (2021) ; lauréate des étapes de Coupe de France de Choisy-au-Bac sur 2,5 km, de Cherbourg et de Saint-Pardoux sur 1,5 km (2021).

 

> CLÉMENCE FRANCOIS

- Lauréate du 5 km de la Coupe de France de Villiers-sur-Loir (2 juillet 2022) ;

- Lauréate du 500 m de la Coupe de France de Château-Gontier (22 mai 2022).

Résumé de sa carrière : -

 

> MATHILDE BOHER

- 4 finales B ou C aux Championnats de France élites (18/22 décembre 2021 à Rennes)

Résumé de sa carrière : Quadruple médaillée à la COMEN : 1re en relais 4x200m NL, 2e sur 400 m NL et 800 m NL et 3e sur 200 m NL (2017).

 

> CANELLE BEAUJOUAN

- 5e C2 (30-34 ans F) sur 50 m dos et 200 m dos aux France des maitres (23/26 juin à Mulhouse).

Résumé de sa carrière : -

 

> LAURA CALABUIG

- 5e C2 (30-34 ans F) sur 200 m brasse aux France des maitres (23/26 juin 2022 à Mulhouse).

Résumé de sa carrière : -

 

> NADINE DZIURZYNSKI

- 5e C6 (50-54 ans F) sur 200 m brasse aux France des maîtres (23/26 juin 2022 à Mulhouse).

Résumé de sa carrière : -

 

> Autres nageurs de niveau national jeune : Grace Fallet, Lorita Hassani, Noémie Hossi Burnier, Majdoline Zonkan (femmes) ; Loïc Taillardat (hommes).

 

Synthèse réalisée par Julien BIGORNE  

 

Euro junior : Kukla frôle le podium

Revivez les dix temps forts du riche été 2021 des "Jets de Sarcelles", meilleur club français en eau libre depuis quatre ans. 

EPISODE 2 - CLEMENT KUKLA le 25 juillet à l'Euro junior de Choisy-le-Roi. 

Le 25 juillet à 11h57, le même scénario frustrant de la veille s’est reproduit. Clément Kukla a de nouveau frôlé le podium aux Championnats d’Europe juniors, organisés du 23 au 25 juillet à Choisy-le-Roi (France). Le sociétaire de l’AAS Sarcelles Natation 95 a fini 4e du relais mixte 4x1250 m U19 après sa 5e place sur le 10 km junior 3. Sur ces deux courses, le protégé de Philippe Lucas a eu sa chance de décrocher une médaille.

5e sur 10 km

Sur le 10 km, il figure en tête après 4 des 6 tours dans un groupe comptant six nageurs. Mais après 1 h 30 de course, Zalan Sarkany attaque en sortie de ravitaillement, puis se fait contrer par le Hongrois David Betlehem (récent vice-champion d’Europe junior sur 1 500 m en Italie) et l’Allemand Oliver Klément. Clément Kukla tente alors de rejoindre le tandem avec un temps de retard. Mais le Sarcellois ne parviendra jamais à combler cet écart initial. À un tour de l’arrivée, il compte 7 secondes de retard ; Zalan Sarkany (Hongrie) et Jules Wallart (France) sont à 15 secondes et Léo Ouabdesselam (l’autre Sarcellois engagé) est 6e à 23 secondes. Avec 8 secondes d’avance sur ses poursuivants, Clément peut espérer la médaille de bronze. Mais après 1 h 41 en raison de crampes ou par choix stratégique, il se met sur le dos et attend Wallart et Sarkany. Un tournant. Il sera en effet distancé dans les 500 derniers mètres et finit donc 5e à 10 secondes de la 3e place revenue à Jules Wallart.

4e sur le relais, après transmis en tête

Sur le 4 x 1 250 m mixte, la déception a aussi été de mise, mais sans doute pas pour les mêmes raisons. Parmi les 11 engagés, la France fait partie des favorites pour le podium. Lean Cabon (7e du 10 km) réalise un superbe premier relais : meilleure féminine, elle transmet en 4e position à seulement 31 secondes de la Suisse. Au 2e relais, Clément rattrape rapidement la Slovaquie, la Grèce et la Suisse et s’envole. Le Sarcellois transmet le relais en tête avec 51 secondes d’avance sur la Hongrie, 53 secondes sur l’Espagne, 56 secondes sur la Suisse, 1’29 sur l’Allemagne, 1’33 sur la Grèce et 1’37 sur l’Italie. Ces avantages donnent le sourire au clan tricolore. Avec Madelon Catteau et Jules Wallart (médaillés de bronze la veille sur 10 km) restant à passer, l’affaire semble entendue pour le podium.

Défaillance de Catteau

Au 3e relais, Madelon Catteau est néanmoins opposée à des nageurs masculins. La prudence reste de mise. Peut-être déstabilisée par le retour des premiers concurrents, la Française craque en fin de parcours. Son chrono est à plus de 30 secondes de celui de Lean Cabon, qu’elle précédait de 30 secondes la veille sur 10 km. Une claque ! Dans le final, Jules Wallart ne peut rien contre les ténors David Betlehem, Sven Schwarz et Carlos Garach. Sur le ponton, Clément peut être amer : encore quatrième !

Garoux et Ouabdesselam prometteurs

Les jours précédents, deux autres Sarcellois avaient également participé à ces Championnats d’Europe juniors. Pour sa toute première sélection, Eliott Garoux a fini 16e junior 1 sur le 5 km. Puis, Léo Ouabdesselam, parmi les plus jeunes juniors 3, a terminé 6e sur 10 km après être resté dans le groupe de tête jusqu’à un tour de l’arrivée. Tous deux auront encore la chance de briller sur cette compétition la saison prochaine. Julien BIGORNE

Jets 2/10 - Kukla frôle le podium

Revivez les dix temps forts du riche été 2021 des "Jets de Sarcelles", meilleur club français en eau libre depuis quatre ans. 

EPISODE 2 - CLEMENT KUKLA le 25 juillet à l'Euro junior de Choisy-le-Roi. 

 

Le 25 juillet à 11h57, le même scénario frustrant de la veille s’est reproduit. Clément Kukla a de nouveau frôlé le podium aux Championnats d’Europe juniors, organisés du 23 au 25 juillet à Choisy-le-Roi (France). Le sociétaire de l’AAS Sarcelles Natation 95 a fini 4e du relais mixte 4x1250 m U19 après sa 5e place sur le 10 km junior 3. Sur ces deux courses, le protégé de Philippe Lucas a eu sa chance de décrocher une médaille.

5e sur 10 km

Sur le 10 km, il figure en tête après 4 des 6 tours dans un groupe comptant six nageurs. Mais après 1 h 30 de course, Zalan Sarkany attaque en sortie de ravitaillement, puis se fait contrer par le Hongrois David Betlehem (récent vice-champion d’Europe junior sur 1 500 m en Italie) et l’Allemand Oliver Klément. Clément Kukla tente alors de rejoindre le tandem avec un temps de retard. Mais le Sarcellois ne parviendra jamais à combler cet écart initial. À un tour de l’arrivée, il compte 7 secondes de retard ; Zalan Sarkany (Hongrie) et Jules Wallart (France) sont à 15 secondes et Léo Ouabdesselam (l’autre Sarcellois engagé) est 6e à 23 secondes. Avec 8 secondes d’avance sur ses poursuivants, Clément peut espérer la médaille de bronze. Mais après 1 h 41 en raison de crampes ou par choix stratégique, il se met sur le dos et attend Wallart et Sarkany. Un tournant. Il sera en effet distancé dans les 500 derniers mètres et finit donc 5e à 10 secondes de la 3e place revenue à Jules Wallart.

4e sur le relais, après transmis en tête

Sur le 4 x 1 250 m mixte, la déception a aussi été de mise, mais sans doute pas pour les mêmes raisons. Parmi les 11 engagés, la France fait partie des favorites pour le podium. Lean Cabon (7e du 10 km) réalise un superbe premier relais : meilleure féminine, elle transmet en 4e position à seulement 31 secondes de la Suisse. Au 2e relais, Clément rattrape rapidement la Slovaquie, la Grèce et la Suisse et s’envole. Le Sarcellois transmet le relais en tête avec 51 secondes d’avance sur la Hongrie, 53 secondes sur l’Espagne, 56 secondes sur la Suisse, 1’29 sur l’Allemagne, 1’33 sur la Grèce et 1’37 sur l’Italie. Ces avantages donnent le sourire au clan tricolore. Avec Madelon Catteau et Jules Wallart (médaillés de bronze la veille sur 10 km) restant à passer, l’affaire semble entendue pour le podium.

Défaillance de Catteau

Au 3e relais, Madelon Catteau est néanmoins opposée à des nageurs masculins. La prudence reste de mise. Peut-être déstabilisée par le retour des premiers concurrents, la Française craque en fin de parcours. Son chrono est à plus de 30 secondes de celui de Lean Cabon, qu’elle précédait de 30 secondes la veille sur 10 km. Une claque ! Dans le final, Jules Wallart ne peut rien contre les ténors David Betlehem, Sven Schwarz et Carlos Garach. Sur le ponton, Clément peut être amer : encore quatrième !

Garoux et Ouabdesselam prometteurs

Les jours précédents, deux autres Sarcellois avaient également participé à ces Championnats d’Europe juniors. Pour sa toute première sélection, Eliott Garoux a fini 16e junior 1 sur le 5 km. Puis, Léo Ouabdesselam, parmi les plus jeunes juniors 3, a terminé 6e sur 10 km après être resté dans le groupe de tête jusqu’à un tour de l’arrivée. Tous deux auront encore la chance de briller sur cette compétition la saison prochaine. Julien BIGORNE

Euro junior : Kukla frôle le podium

Clément Kukla (AAS Sarcelles Natation 95) a terminé 4e du relais mixte et 5e du 10 km aux Championnats d'Europe juniors d'eau libre à Choisy-le-Roi (photo : Julien Bigorne / www.sportspassion95.fr)

 

Ce matin à 11h57, le même scénario frustrant de la veille s’est reproduit. Clément Kukla a de nouveau frôlé le podium aux Championnats d’Europe juniors, organisés du 23 au 25 juillet à Choisy-le-Roi (France). Le sociétaire de l’AAS Sarcelles Natation 95 a fini 4e du relais mixte 4x1250 m U19 après sa 5e place sur le 10 km junior 3. Sur ces deux courses, le protégé de Philippe Lucas a eu sa chance de décrocher une médaille.

5e sur 10 km

Sur le 10 km, il figure en tête après 4 des 6 tours dans un groupe comptant six nageurs. Mais après 1 h 30 de course, Zalan Sarkany attaque en sortie de ravitaillement, puis se fait contrer par le Hongrois David Betlehem (récent vice-champion d’Europe junior sur 1 500 m en Italie) et l’Allemand Oliver Klément. Clément Kukla tente alors de rejoindre le tandem avec un temps de retard. Mais le Sarcellois ne parviendra jamais à combler cet écart initial. À un tour de l’arrivée, il compte 7 secondes de retard ; Zalan Sarkany (Hongrie) et Jules Wallart (France) sont à 15 secondes et Léo Ouabdesselam (l’autre Sarcellois engagé) est 6e à 23 secondes. Avec 8 secondes d’avance sur ses poursuivants, Clément peut espérer la médaille de bronze. Mais après 1 h 41 en raison de crampes ou par choix stratégique, il se met sur le dos et attend Wallart et Sarkany. Un tournant. Il sera en effet distancé dans les 500 derniers mètres et finit donc 5e à 10 secondes de la 3e place revenue à Jules Wallart.

4e sur le relais, après transmis en tête

Sur le 4 x 1 250 m mixte, la déception a aussi été de mise, mais sans doute pas pour les mêmes raisons. Parmi les 11 engagés, la France fait partie des favorites pour le podium. Lean Cabon (7e du 10 km) réalise un superbe premier relais : meilleure féminine, elle transmet en 4e position à seulement 31 secondes de la Suisse. Au 2e relais, Clément rattrape rapidement la Slovaquie, la Grèce et la Suisse et s’envole. Le Sarcellois transmet le relais en tête avec 51 secondes d’avance sur la Hongrie, 53 secondes sur l’Espagne, 56 secondes sur la Suisse, 1’29 sur l’Allemagne, 1’33 sur la Grèce et 1’37 sur l’Italie. Ces avantages donnent le sourire au clan tricolore. Avec Madelon Catteau et Jules Wallart (médaillés de bronze la veille sur 10 km) restant à passer, l’affaire semble entendue pour le podium.

Défaillance de Catteau

Au 3e relais, Madelon Catteau est néanmoins opposée à des nageurs masculins. La prudence reste de mise. Peut-être déstabilisée par le retour des premiers concurrents, la Française craque en fin de parcours. Son chrono est à plus de 30 secondes de celui de Lean Cabon, qu’elle précédait de 30 secondes la veille sur 10 km. Une claque ! Dans le final, Jules Wallart ne peut rien contre les ténors David Betlehem, Sven Schwarz et Carlos Garach. Sur le ponton, Clément peut être amer : encore quatrième !

Garoux et Ouabdesselam prometteurs

Les jours précédents, deux autres Sarcellois avaient également participé à ces Championnats d’Europe juniors. Pour sa toute première sélection, Eliott Garoux a fini 16e junior 1 sur le 5 km. Puis, Léo Ouabdesselam, parmi les plus jeunes juniors 3, a terminé 6e sur 10 km après être resté dans le groupe de tête jusqu’à un tour de l’arrivée. Tous deux auront encore la chance de briller sur cette compétition la saison prochaine. Julien BIGORNE

 

S'abonner à ce flux RSS