Evènements

Euro : le programme des JETS

Du 11 au 21 août, « les JETS de Sarcelles » sera le club français le plus représenté aux Championnats d’Europe de Rome. Dix de ses nageurs seront en lice. Suivez leurs courses sur

https://aquatics.eurovisionsports.tv/main et leurs résultats sur www.roma2022.eu.

 

BASSIN

Site : Stadio del Nuoto (Rome, Italie)

 

Jeudi 11 août entre 9h et 12h : Alisée Pisane (séries du 800 m F)

Vendredi 12 août à 19h27 : Alisée Pisane (finale du 800 m F)

Dimanche 14 août entre 9h et 12h : Alisée Pisane (séries du 1 500 m F)

Lundi 15 août à 19h29 : Alisée Pisane (finale du 1 500 m F)

Mercredi 17 août entre 9h et 11h : Alisée Pisane (séries du 400 m F)

Mercredi 17 août à 18h44 : Alisée Pisane (finale du 400 m F)

 

EAU LIBRE

Site : Lungomare A. Vespucci (Lido di Ostia, Italie)

 

Suite aux changements annoncés le 18 août : 

 

- Samedi 20 août à 10h : 5 km F (Madelon Catteau)

- Samedi 20 août à 13h : 25 km F (Lara Grangeon-De Villele, Caroline Jouisse)

- Samedi 20 août à 13h : 25 km H (Axel Reymond, Marcel Schouten, Matthieu Magne, Alexandre Verplaetse)

- Dimanche 20 août à 10h : 10 km F (Madelon Catteau)

- Dimanche 20 août à 10h : 10 km H (Hector Pardoe)

 

---

LES ENGAGES

 

AXEL REYMOND (25 KM masculin)

Le 20 août à Lido di Ostia, Axel Reymond vise son quatrième titre de champion d’Europe sur le 25 km en eau libre, après ses succès de 2014, 2016 et 2021. En cas de réussite, il rejoindrait les autres légendes de l’eau libre : l’Allemand Thomas Lurz (5 sacres, dont 4 sur 10 km), le Russe Aleksey Akatiev, le Néerlandais Ferry Weertman et l’Italien Simone Ercoli (4 victoires). Le protégé de Magali Merino tentera également d’être le second nageur masculin, après l’Allemand Thomas Lurz, à décrocher des médailles continentales à plus de dix ans d’intervalle (après sa 3e place en 2012) et sur six éditions de l’Euro (NDLR : il avait été le premier Français à décrocher une médaille sur le 5 km, en 2018). Ses statistiques résument sa longévité et son efficacité, exceptionnelles à ce niveau.

En bonne forme après son titre de vice-champion du monde le 30 juin à Budapest, Axel fera office de favori et tentera de prendre sa revanche sur Dario Verani (champion du monde). Il devrait retrouver ses habituels rivaux : le Hongrois Peter Galicz (3e aux Mondiaux 2022), l’Italien Matteo Furlan (2e de l’Euro 2021), l’Allemand Andreas Waschburger (2e de l’Euro de 10 km en 2012) ou encore son coéquipier Marcel Schouten (4e aux Mondiaux 2022).  

 

MATTHIEU MAGNE (25 KM masculin)

Encore junior (19 ans), Matthieu Magne honorera, sur le 25 km, sa première sélection en équipe de France senior. Le protégé de Magali Merino sort d’un Championnat de France d’eau libre très réussi du 16 au 18 juin au Canet-en-Roussillon, avec 3 titres nationaux à la clé. Il était devenu champion de France toutes catégories du 25 km…pour 29 centièmes de seconde devant Alexandre Verplaetse ! En international, le sociétaire des JETS de Sarcelles a montré sa bravoure en finissant 9e du 25 km d’Ohrid et 11e du 36 km Capri-Napoli (en 2021). L’équipe de France a peut-être (enfin) trouvé en lui le parfait accompagnateur d’Axel Reymond sur 25 km, après les échecs de David Aubry (15e à l’Euro 2018), Jules Wallart (abandon à l’Euro 2021) et Sacha Velly (19e des Mondiaux 2022).

 

ALEXANDRE VERPLAETSE (25 KM masculin)  

Depuis sa participation aux Championnats de France minimes en classe de 4e, en 2014, Alexandre Verplaetse rêvait un jour de représenter son pays. Ce sera chose faite le 20 août prochain. Bien épaulé depuis trois saisons par Magali Merino, le sociétaire des JETS de Sarcelles a connu une progression régulière. Le 16 juin au Canet-en-Roussillon, il a décroché son troisième podium d’affilée aux Championnats de France toutes catégories de 25 km. Puis, en l’espace de deux semaines, trois succès en Coupe de France (à Cergy, à Bazolles et au Mesnil-Saint-Père) lui ont permis de faire le plein de confiance. Il découvre ici le très haut niveau sur 25 km après sa 13e place à la Coupe du monde de 10 km d’Ohrid (2021).

 

LARA GRANGEON-DE VILLELE (25 KM féminin)

Finaliste des Jeux Méditerranéens sur 200 m papillon, début juillet à Oran, Lara Grangeon-De Villele est de retour après une coupure de six mois en raison d’une blessure à l’épaule. Son titre national sur 25 km au Canet-en-Roussillon (avec 18 minutes d’avance sur sa poursuivante Morgane Dornic) prouve qu’elle a retrouvé la plénitude de ses moyens. La sociétaire des JETS de Sarcelles tentera de décrocher une troisième médaille continentale sur 25 km. Après le bronze en 2018 et l’argent en 2021, ce sera peut-être l’or. Ses principales rivales devraient être les Allemandes Léa Boy (tenante du titre) et Eléa Linka (6e aux Mondiaux 2022), l’Italienne Barbara Pozzobon (3e en 2021), la Néerlandaise Sharon Van Rouwendaal (3e aux Mondiaux 2022) et Caroline Jouisse (5e aux Mondiaux 2022 et 3e de l’Euro 2016). En cas de podium, elle deviendrait la 7e nageuse auréolée d’au moins trois médailles à l’Euro de 25 km. En cas de victoire, elle serait la seconde Française à s’imposer après Anne Chagnaud en 1993. Troisième en 2018 et quatrième en 2021 sur le relais mixte, Stéphane Lecat pourrait également être tenté d’en faire son joker sur le 4x1500 m.

 

CAROLINE JOUISSE (25 KM féminin)

Cinquième des récents Mondiaux, Caroline Jouisse est prétendante à une médaille sur le 25 km. Si la protégée de Magali Merino atteint son objectif, elle deviendrait la 6e nageuse à décrocher deux médailles européennes sur cette distance à plus de six ans d’intervalle. Depuis sa 3e place à l’Euro 2016 d’Hoorn (première médaille française depuis 23 ans sur le 25 km féminin), Caroline a mûri. Elle a notamment remporté l’an dernier le Grand Prix FINA (la Coupe du monde d’ultra-marathon en eau libre) et est devenu la première Française à remporter la célèbre Capri-Napoli (36 km). Dans un bon jour, la sociétaire des JETS de Sarcelles peut battre n’importe quel « gros palmarès ».

 

MADELON CATTEAU (5 ET 10 KM féminins)  

À 19 ans, Madelon Catteau incarne l’avenir de l’eau libre française. Chez les juniors, la protégée de Philippe Lucas a été championne du monde en relais mixte (2018), championne d’Europe du 10 km (2022) et triple championne de France sur une même édition (2020). En septembre prochain aux Seychelles, elle devrait se mêler à la lutte pour le titre mondial junior sur 10 km aux côtés de l’Américaine Mariah Denigan, de la Hongroise Mira Szimcsak et de la Portugaise Mafalda Rosa. Mais chez les seniors, Madelon est déjà capable de tirer son épingle du jeu. Elle a en effet remporté le titre de championne de France sur 10 km en juin au Canet-en-Roussillon après une médaille de bronze en 2020 devant plusieurs grands noms (Marie Kuntzmann, Lara Grangeon-De Villele, Caroline Jouisse…). Elle a été capable de finir 4e du Test Event de Tokyo (en 2019 sur 5 km) et 5e de la Coupe d’Europe de Piombino (en 2022 sur 10 km). Sur cet Euro de Rome, elle honore sa première sélection en équipe de France A et n’a rien à perdre et tout à gagner. Sur les 5 et 10 km féminins, elle retrouvera plusieurs nageuses placées aux Mondiaux : la Française Aurélie Muller, les Allemandes Léonie Beck et Léa Boy, la Néerlandaise Sharon Van Rouwendaal, les Italiennes Giulia Gabbrielleschi et Ginevra Taddeucci, l’Espagnole Maria Alvarez ou encore la Hongroise Anna Olasz.

 

MARCEL SCHOUTEN (25 KM masculin*)    

Cette saison, Marcel Schouten dispute ses premiers Championnats internationaux depuis cinq ans. Révélé par le relais mixte (champion d’Europe 2014 et vice-champion du monde 2015), c’est désormais sur le 25 km que le compagnon de Caroline Jouisse brille. Le sociétaire des JETS de Sarcelles vient de terminer 4e des Mondiaux de Budapest après une 5e place à l’Euro en 2016. Signe de sa grande forme, il a devancé Axel Reymond à Jablines et à Naples, terminé 2e du Grand Prix FINA (coupe du monde d’ultra-marathon en eau libre) et battu le record national du 5 km indoor de son pays détenu depuis 14 ans par Maarten Van der Weijden. Le 20 août à Lido di Ostia, Marcel tentera d’être le premier Néerlandais depuis 29 ans à être médaillé aux Championnats d’Europe de 25 km. Un beau défi en perspective.

 

HECTOR PARDOE (10 KM masculin*)    

Depuis sa grave blessure à l’œil survenue lors de la course des JO de Tokyo, Hector Pardoe cherche à retrouver son meilleur niveau. Il semble sur la bonne voie après sa 11e place sur 10 km aux Mondiaux de Budapest. En Italie, le natif de Wrexham essaiera d’être le cinquième Britannique à monter sur un podium des Championnats d’Europe d’eau libre après Alan Bircher (2e sur 5 km en 2004), Daniel Fogg (1er du 5 km en 2014), Caleb Hugues (3e du 5 km en 2016) et Jack Burnell (2e du 10 km en 2016). Sur le 10 km, sa tâche ne sera pas aisée puisqu’il retrouvera les Italiens Gregorio Paltrinieri et Domenico Acerenza (1er et 2e aux Mondiaux), l’Allemand Florian Wellbrock, le Français Marc-Antoine Olivier ou encore le jeune prodige hongrois David Betlehem.

 

KRYSTYNA PANCHISHKO (5 et 10 KM féminins*)   

En 2021, Krystyna Panchishko avait été la première Ukrainienne à se qualifier sur le 10 km eau libre des Jeux Olympiques. Depuis, la nageuse poursuit ses efforts pour se rapprocher des leaders. Elle a fini 25e sur 5 km et 26e sur 10 km aux Mondiaux de Budapest mais vaut mieux. À Lido di Ostia, elle espère atteindre son meilleur résultat sur un Championnat d’Europe (14e sur 5 km en 2018).

 

ALISEE PISANE (400 M, 800 M ET 1 500 M NAGE LIBRE féminin*)

Seule sociétaire des JETS de Sarcelles engagée en bassin, Alisée Pisane est la nouvelle « pépite » de l’entraîneur Philippe Lucas. Comme sa coéquipière et partenaire d’entraînement Madelon Catteau, elle a 19 ans et un avenir radieux. La plus jeune sélectionnée de la délégation belge a décroché son billet sur 1 500 m nage libre, en pulvérisant son record personnel le 29 mai à Samorin (16’34’’90). Ce chrono la place au 25e rang des engagées de l’Euro de Rome, à 38 secondes de la favorite italienne Simona Quadarella. Elle est aussi qualifiée sur 400 m et sur 800 m. 

Synthèse réalisée par Julien BIGORNE

 

 

Source de motivation

Gérard Bonhomet, Axel Reymond, Guy Canzano, le Commandant François Sentagne et Magali Merino (photo : Julien Bigorne / www.sportspassion95.fr)

Dimanche 24 novembre, à Sarcelles, l’Aas Sarcelles Natation 95 a organisé une réception en l’honneur de son brillant représentant, Axel Reymond, seul Français sacré à trois reprises aux Jeux Mondiaux militaires, du 18 au 27 octobre à Wuhan (Chine). Guy Canzano, président du club, s’est adressé à ses nageurs du Centre de formation âgés de 12 à 20 ans, présents pour rencontrer leur glorieux coéquipier et découvrir une vidéo de ses courses.

«Atteindre le haut niveau, c’est possible»

«Axel a débuté au même âge que vous. Il est la preuve qu’on peut atteindre le haut niveau lorsqu’on s’en donne les moyens et que tout est mis à disposition pour qu’on réussisse. Dans nos cités difficiles, on peut faire des belles choses. Vous qui êtes ici, vous êtes déjà à l’abri des fléaux que nous connaissons. Nous œuvrons pour que ça perdure grâce au soutien de la Ville de Sarcelles, de la Communauté d’Agglomération de Roissy Pays de France et du Conseil Départemental du Val-d’Oise», a-t-il expliqué, en présence d’Axel Reymond et sa coach Magali Merino, de Gérard Bonhomet (vice-président de l’Agglomération Roissy Pays de France en charge des sports), de Fabienne Charlopin (cadre fédérale, responsable nationale Natation aux Jeux Mondiaux militaires), du Capitaine François Sentagne (Commandant du Bataillon de Joinville et des 115 sportifs de haut niveau de l’Armée des champions), de Jean-Jacques Beurrier (président de la Ligue Ile-de-France de natation), de Lazreg Benelhadj et Xavier Idoux (responsables Eau libre à la Ligue Ile-de-France et à l’Insep) et des coaches Chafik Ougzin et Ilhem Bejaoui.

N° 1 français de l’eau libre

«En franchissant l’étape de l’École de Natation, vous devenez différents des autres. Vous êtes à un stade où je vous parle un peu comme à des adultes. On se rencontre au moins trois fois durant la saison pour parler et pas forcément que de natation. Il n’y a pas de sport sans aspect social. Pour réussir, il faut continuer sur ce chemin-là. Si vous me suivez, je ferai de vous des adultes, heureux dans la vie», a-t-il insisté, avant de conclure par une grande nouvelle. «Pour la deuxième année consécutive, notre club est n° 1 français de l’Eau libre (spécialité pratiquée en lac, mer et rivière). Ce classement tient compte des Championnats et Coupes de France, d’Europe et du monde. C’est la réussite d’un projet que nous menons ensemble avec Magali (Merino) depuis 2017. Experte de cette discipline depuis de nombreuses années, elle insuffle par ses conseils, son expérience et sa passion le vent de la réussite à nos nageurs de haut niveau réunis au Centre d’Apprentissage et de Formation de Sarcelles / Fontainebleau», a-t-il conclu.

(Julien Bigorne / www.sportspassion95.fr)

 

Reportage complet dans L'Esprit Club n°65 - photos de l'événement - Les trois référents d'Axel Reymond racontent sa réussite - Reymond triple champion du monde militaire

 

 

Reymond, héros militaire

Axel Reymond, triple champion du monde militaire en eau libre 2019 (photo : Julien Bigorne / www.sportspassion95.fr)

Fin octobre à Wuhan en Chine, Axel Reymond a été le seul sportif Français à décrocher trois titres aux Jeux Mondiaux militaires. Ses trois référents (Magali Merino, Fabienne Charlopin et François Sentagne) nous racontent sa réussite, fruit d’un travail quotidien.

 

Magali Merino (coach d’Axel) : «Durant l’année, Axel bénéficie d’un suivi de sportif de haut niveau (mis en place avec Robin Pla) qui lui permet de travailler dans des conditions optimisées pour atteindre ses objectifs. Chaque matin, il passe un test cardiaque de 13 minutes (7’ dans son lit et 6’ debout). Cela nous permet de savoir s’il est en forme ou pas et de connaître les effets de l’entraînement de la veille sur son organisme. Ce test HRV (Heart Rate Variability, signifiant Variation du rythme cardiaque) détermine ses charges de travail et sa récupération. Une application sur son téléphone nous permet également de déterminer la qualité de son sommeil. Ensuite, le test de lactate représente un autre indicateur quotidien. Sur une série de 15x100 m – départ toutes les 2 minutes, on lui pique le doigt tous les 3x100 m pour lui prélever un minuscule échantillon de sang. Le prélèvement est appliqué sur une bande de mesure qui est ensuite inséré dans un métabolimètre. Cet appareil mesure la concentration de lactate (un sel de l’acide lactique produit durant l’effort) dans son sang. Nous vérifions que cette concentration demeure constante jusqu’à une vitesse x et augmente ensuite. Puis, un mois avant son stage en altitude à Font-Romeu, Axel a eu recours à une tente hypoxique. Il a dormi dans cette tente, qui permet d’augmenter la production de globules rouges dans le sang et d’habituer son organisme à cette nouvelle condition. Pour rappel, les globules rouges, composées en partie d’hémoglobine (une protéine riche en fer), assurent le transport de l’oxygène dans l’organisme. En résumé, augmenter la production de globules rouges, c’est améliorer les performances à l’entraînement et en compétition. Enfin, pour Axel, le test de 5 km est l’ultime indicateur, qui permet de déterminer à quelle allure accélérer. Une analyse est effectuée à chaque 1 000 m. La réussite d’Axel s’explique par son engagement hors normes et par un entraînement quotidien bien adapté».

Fabienne Charlopin (cadre fédéral, responsable de la Natation Course et Eau libre aux Jeux Mondiaux militaires) : « Axel est arrivé en Chine plus tard que la plupart des nageurs, conformément à un accord entre la Fédération et l’Armée. Sur place, nous avons profité d’une organisation Eau libre phénoménale avec des personnes très accueillantes. Le repérage du tracé a pu être réalisé la veille du 10 km. Sur cette première course, le top 5 était digne des Mondiaux de Gwangju. Pourtant, Axel a fait ce qu’il a voulu et il a gardé suffisamment de fraîcheur physique pour les courses suivantes. Le seul bémol à Wuhan était la récupération. Il n’y avait pas de piscine et les nageurs étaient obligés de retourner dans le lac dans une eau à 19 °C. Sur le 5 km, il s’est préservé jusqu’au dernier tour. L’arrivée a été plus serrée. Il a produit une forte accélération à la fin, sur la partie gauche du chenal. Je lui avais donné pour consigne de ne pas s’approcher des Chinois, car nous n’étions pas sûrs de l’honnêteté des juges. Il ne fallait pas risquer la disqualification. Finalement, la course la plus dure pour Axel a été le relais mixte 4x1 250 m. Notre équipe a été à la bagarre avec le Brésil et la Russie. Nous avions choisi de placer les filles (Océane Cassignol et Caroline Jouisse) en premier. Lorsqu’Axel a récupéré le relais, nous étions 6emes à plus de 20 secondes. Il a dû réaliser un excellent parcours pour nous replacer en tête avec 18 secondes d’avance. Pour les débuts de l’Eau libre aux Jeux Mondiaux militaires, nous ne pouvions rêver mieux».

Capitaine François Sentagne (Commandant du bataillon de Joinville et de l’Armée des Champions) : «Axel a un contrat avec l’Armée de Terre depuis 2015. C’est un contrat de sportif de haut niveau (proposé à 115 athlètes issus de 20 fédérations). En fonction des performances et de l’état d’esprit du sportif, le contrat peut être renouvelé sur une période maximale de 15 ans. Axel s’engage à respecter une charte et à représenter l’Armée 25 jours par an, sur des compétitions militaires, des conférences et certains événements. Dans toutes ces missions, Axel s’est engagé à 120% et a été un brillant ambassadeur».

Propos recueillis par Julien Bigorne

 

.

Source de motivation

Gérard Bonhomet, Axel Reymond, Guy Canzano, le Commandant François Sentagne et Magali Merino (photo : Julien Bigorne / www.sportspassion95.fr)

 

Dimanche 24 novembre, à Sarcelles, l’Aas Sarcelles Natation 95 a organisé une réception en l’honneur de son brillant représentant, Axel Reymond, seul Français sacré à trois reprises aux Jeux Mondiaux militaires, du 18 au 27 octobre à Wuhan (Chine). Guy Canzano, président du club, s’est adressé à ses nageurs du Centre de formation âgés de 12 à 20 ans, présents pour rencontrer leur glorieux coéquipier et découvrir une vidéo de ses courses.

«Atteindre le haut niveau, c’est possible»

«Axel a débuté au même âge que vous. Il est la preuve qu’on peut atteindre le haut niveau lorsqu’on s’en donne les moyens et que tout est mis à disposition pour qu’on réussisse. Dans nos cités difficiles, on peut faire des belles choses. Vous qui êtes ici, vous êtes déjà à l’abri des fléaux que nous connaissons. Nous œuvrons pour que ça perdure grâce au soutien de la Ville de Sarcelles, de la Communauté d’Agglomération de Roissy Pays de France et du Conseil Départemental du Val-d’Oise», a-t-il expliqué, en présence d’Axel Reymond et sa coach Magali Merino, de Gérard Bonhomet (vice-président de l’Agglomération Roissy Pays de France en charge des sports), de Fabienne Charlopin (cadre fédérale, responsable nationale Natation aux Jeux Mondiaux militaires), du Capitaine François Sentagne (Commandant du Bataillon de Joinville et des 115 sportifs de haut niveau de l’Armée des champions), de Jean-Jacques Beurrier (président de la Ligue Ile-de-France de natation), de Lazreg Benelhadj et Xavier Idoux (responsables Eau libre à la Ligue Ile-de-France et à l’Insep) et des coaches Chafik Ougzin et Ilhem Bejaoui.

N° 1 français de l’eau libre

«En franchissant l’étape de l’École de Natation, vous devenez différents des autres. Vous êtes à un stade où je vous parle un peu comme à des adultes. On se rencontre au moins trois fois durant la saison pour parler et pas forcément que de natation. Il n’y a pas de sport sans aspect social. Pour réussir, il faut continuer sur ce chemin-là. Si vous me suivez, je ferai de vous des adultes, heureux dans la vie», a-t-il insisté, avant de conclure par une grande nouvelle. «Pour la deuxième année consécutive, notre club est n° 1 français de l’Eau libre (spécialité pratiquée en lac, mer et rivière). Ce classement tient compte des Championnats et Coupes de France, d’Europe et du monde. C’est la réussite d’un projet que nous menons ensemble avec Magali (Merino) depuis 2017. Experte de cette discipline depuis de nombreuses années, elle insuffle par ses conseils, son expérience et sa passion le vent de la réussite à nos nageurs de haut niveau réunis au Centre d’Apprentissage et de Formation de Sarcelles / Fontainebleau», a-t-il conclu.

(Julien Bigorne / www.sportspassion95.fr)

 

Reportage complet dans L'Esprit Club n°65 - photos de l'événement

S'abonner à ce flux RSS