Actualités

Grangeon : vice-championne d’Europe

Deuxième derrière l’Allemande Boy, Lara Grangeon-De Villele (AAS Sarcelles Natation 95) a décroché le meilleur résultat français depuis 1993 sur le 25 km féminin des Championnats d’Europe d’eau libre (photo : Andrea Staccioli / Deepbluemedia)

Troisième aux Mondiaux 2019, Lara Grangeon-De Villele (Aas Sarcelles Natation 95) est devenue, dimanche, vice-championne d’Europe du 25 km. Rassurant à 2 mois des JO. 

C’est assurément la médaille de la persévérance. Dimanche, une demi-heure après le sacre d’Axel Reymond, Lara Grangeon-De Villele est devenue vice-championne d’Europe du 25 km en eau libre, au Luc Lupa, près de Budapest (Hongrie). La veille, la sociétaire de l’Aas Sarcelles Natation 95 n’était même pas engagée sur la course. Mais sa forme ascendante (9e sur le 10 km) et la tournure des événements l’ont convaincue de tenter sa chance. «Je ne voulais pas rester sur des quatrièmes places (à 5 secondes du podium sur 5 km puis à deux dixièmes sur le relais 4x1 250 m mixte) et cette épreuve constituait une bonne préparation mentale en vue des Jeux Olympiques de Tokyo», explique la protégée de Philippe Lucas.   

«La course la plus dure de ma carrière»

De son propre aveu, cette course aura été la plus dure de sa carrière en eau libre débutée en 2017. «J’ai eu envie d’abandonner plusieurs fois, mais j’ai résisté et je me suis accrochée de toutes mes forces». Un temps en tête en première partie de course, la nageuse d’origine néo-calédonienne a rétrogradé au 13ème rang à mi-parcours. «Je me suis pris un coup au visage puis j’ai eu un point de côté. Je me suis alors répétée que je portais le bonnet de l’équipe de France et que je n’avais pas le droit de lâcher», raconte la compétitrice, qui a déjà participé deux fois aux Jeux Olympiques (18ème sur 400 m 4 nages en 2012 et sur 200 m papillon en 2016) et disputera sa troisième olympiade, le mercredi 4 août sur la base nautique d’Odaiba (Japon), à l’occasion du 10 km féminin.  

«Hors de question de finir à nouveau quatrième !»

Même si le port de la combinaison néoprène n’était pas forcément à son avantage, elle a réussi à revenir aux avant-postes. Mais quand l’Allemande Léa Boy (championne du monde 2019 du relais mixte) est partie, elle a compris qu’elle n’arriverait pas à la reprendre. «J’ai néanmoins pensé au podium. Dans le groupe de chasse, nous étions trois pour deux places. Je me suis dit qu’il était hors de question de finir à nouveau quatrième !». Son sprint final avec l’Italienne Barbara Pozzobon (lauréate de la Capri-Napoli et du Grand Prix de Santa Fé en 2019) et la Hongroise Kata Somenek Onon (5e aux Universiades 2017 sur 10 km) est des plus stressants. L’Italienne lui agrippe la cheville au passage d’une bouée mais elle repart de plus bel.

«Meilleure au sprint»

«Dans les 700 derniers mètres, j’ai réalisé un très bon final. Les choses mises en place à l’entraînement pour améliorer cette partie de la course ont porté leurs fruits. Je nage moins qu’avant ce qui n’a pas entamé mon endurance, mais je suis désormais plus rapide au sprint», confie Lara, qui a devancé Pozzobon de 3 dixièmes de secondes et Somenek Onon de trois secondes. La sociétaire de l’Aas Sarcelles Natation 95 a décroché à cette occasion le meilleur résultat français sur le 25 km des Championnats d’Europe d’eau libre depuis le titre d’Anne Chagnaud en 1993. Médaillée de bronze en 2018, la protégée de Philippe Lucas goûte cette fois à l’argent. Pour le moins encourageant à deux mois des JO. Julien BIGORNE     

 

Bio express

- Lara Grangeon- De Villele. 29 ans. Sociétaire de l’AAS Sarcelles Natation 95. Entraînée par Philippe Lucas.

- Qualifiée à trois reprises aux Jeux Olympiques (18ème sur 400 m 4 nages en 2012, 18ème sur 200 m papillon en 2016, en lice pour le 10 km le 4 août prochain).

- Plus de 50 fois championne de France élite ; 36 victoires aux Jeux du Pacifique Sud.

- Sur 25 km : vice-championne d’Europe 2021 (3e en 2018) ; 3ème aux Mondiaux 2019.

- Sur 10 km : 4e aux Mondiaux 2019 (qualification aux JO de Tokyo).

- Sur le relais mixte : 3e aux Championnats d’Europe 2018.

- Sur 200 m papillon : vice-championne d’Europe 2015 en petit bassin ; 4e aux Mondiaux 2018 en petit bassin ; 9 fois championne de France élite (grand bassin) entre 2011 et 2020

- Sur 400 m 4 nages : 3e aux Championnats d’Europe en petit bassin (2010, 2015) ; finaliste à l’Euro (2012, 2016) ; 6 fois championne de France élite (grand bassin) entre 2009 et 2016.

- Sur 200 m 4 nages : 3e aux Championnats d’Europe en petit bassin (2010) ; finaliste à l’Euro (2010)

Grangeon : vice-championne d’Europe

Deuxième derrière l’Allemande Boy, Lara Grangeon-De Villele (AAS Sarcelles Natation 95) a décroché le meilleur résultat français depuis 1993 sur le 25 km féminin des Championnats d’Europe d’eau libre (photo : Andrea Staccioli / Deepbluemedia)

Troisième aux Mondiaux 2019, Lara Grangeon-De Villele (Aas Sarcelles Natation 95) est devenue, dimanche, vice-championne d’Europe du 25 km. Rassurant à 2 mois des JO. 

C’est assurément la médaille de la persévérance. Dimanche, une demi-heure après le sacre d’Axel Reymond, Lara Grangeon-De Villele est devenue vice-championne d’Europe du 25 km en eau libre, au Luc Lupa, près de Budapest (Hongrie). La veille, la sociétaire de l’Aas Sarcelles Natation 95 n’était même pas engagée sur la course. Mais sa forme ascendante (9e sur le 10 km) et la tournure des événements l’ont convaincue de tenter sa chance. «Je ne voulais pas rester sur des quatrièmes places (à 5 secondes du podium sur 5 km puis à deux dixièmes sur le relais 4x1 250 m mixte) et cette épreuve constituait une bonne préparation mentale en vue des Jeux Olympiques de Tokyo», explique la protégée de Philippe Lucas.   

«La course la plus dure de ma carrière»

De son propre aveu, cette course aura été la plus dure de sa carrière en eau libre débutée en 2017. «J’ai eu envie d’abandonner plusieurs fois, mais j’ai résisté et je me suis accrochée de toutes mes forces». Un temps en tête en première partie de course, la nageuse d’origine néo-calédonienne a rétrogradé au 13ème rang à mi-parcours. «Je me suis pris un coup au visage puis j’ai eu un point de côté. Je me suis alors répétée que je portais le bonnet de l’équipe de France et que je n’avais pas le droit de lâcher», raconte la compétitrice, qui a déjà participé deux fois aux Jeux Olympiques (18ème sur 400 m 4 nages en 2012 et sur 200 m papillon en 2016) et disputera sa troisième olympiade, le mercredi 4 août sur la base nautique d’Odaiba (Japon), à l’occasion du 10 km féminin.  

«Hors de question de finir à nouveau quatrième !»

Même si le port de la combinaison néoprène n’était pas forcément à son avantage, elle a réussi à revenir aux avant-postes. Mais quand l’Allemande Léa Boy (championne du monde 2019 du relais mixte) est partie, elle a compris qu’elle n’arriverait pas à la reprendre. «J’ai néanmoins pensé au podium. Dans le groupe de chasse, nous étions trois pour deux places. Je me suis dit qu’il était hors de question de finir à nouveau quatrième !». Son sprint final avec l’Italienne Barbara Pozzobon (lauréate de la Capri-Napoli et du Grand Prix de Santa Fé en 2019) et la Hongroise Kata Somenek Onon (5e aux Universiades 2017 sur 10 km) est des plus stressants. L’Italienne lui agrippe la cheville au passage d’une bouée mais elle repart de plus bel.

«Meilleure au sprint»

«Dans les 700 derniers mètres, j’ai réalisé un très bon final. Les choses mises en place à l’entraînement pour améliorer cette partie de la course ont porté leurs fruits. Je nage moins qu’avant ce qui n’a pas entamé mon endurance, mais je suis désormais plus rapide au sprint», confie Lara, qui a devancé Pozzobon de 3 dixièmes de secondes et Somenek Onon de trois secondes. La sociétaire de l’Aas Sarcelles Natation 95 a décroché à cette occasion le meilleur résultat français sur le 25 km des Championnats d’Europe d’eau libre depuis le titre d’Anne Chagnaud en 1993. Médaillée de bronze en 2018, la protégée de Philippe Lucas goûte cette fois à l’argent. Pour le moins encourageant à deux mois des JO. Julien BIGORNE     

 

Bio express

- Lara Grangeon- De Villele. 29 ans. Sociétaire de l’AAS Sarcelles Natation 95. Entraînée par Philippe Lucas.

- Qualifiée à trois reprises aux Jeux Olympiques (18ème sur 400 m 4 nages en 2012, 18ème sur 200 m papillon en 2016, en lice pour le 10 km le 4 août prochain).

- Plus de 50 fois championne de France élite ; 36 victoires aux Jeux du Pacifique Sud.

- Sur 25 km : vice-championne d’Europe 2021 (3e en 2018) ; 3ème aux Mondiaux 2019.

- Sur 10 km : 4e aux Mondiaux 2019 (qualification aux JO de Tokyo).

- Sur le relais mixte : 3e aux Championnats d’Europe 2018.

- Sur 200 m papillon : vice-championne d’Europe 2015 en petit bassin ; 4e aux Mondiaux 2018 en petit bassin ; 9 fois championne de France élite (grand bassin) entre 2011 et 2020

- Sur 400 m 4 nages : 3e aux Championnats d’Europe en petit bassin (2010, 2015) ; finaliste à l’Euro (2012, 2016) ; 6 fois championne de France élite (grand bassin) entre 2009 et 2016.

- Sur 200 m 4 nages : 3e aux Championnats d’Europe en petit bassin (2010) ; finaliste à l’Euro (2010)

 

Live des France élites 2020 : jour 4

Clément Kukla, représentant de l'AAS Sarcelles Natation âgé de 18 ans, termine finaliste du 1 500 m nage libre (8e au général et 7e Français). (photo : Julien BIGORNE)

Live, commentaires et réactions : Julien BIGORNE

21H00 – Fin de cette 4e et dernière journée des Championnats de France élites en grand bassin. Merci de nous avoir suivis. Vous retrouverez le compte-rendu de cette compétition dans l’édition du 16 décembre du journal hebdomadaire La Gazette du Val-d’Oise ainsi que dans le numéro 72 de l’« Esprit Club » (le magazine de l’AAS Sarcelles Natation 95).

>>> Retrouvez tous les résultats de l’AAS Sarcelles Natation 95

Revivez les lives des précédentes journées : Journée 1 - Journée 2 - Journée 3

20H45UN BILAN HISTORIQUE POUR L’AAS SARCELLES NATATION 95. L’AAS Sarcelles Natation 95 a réalisé son meilleur résultat aux Championnats de France élites en grand bassin en 24 éditions, en totalisant 3 titres, 1 médaille d’argent et 1 de bronze (3-1-1). Jusqu’ici, son meilleur résultat était celui de l’édition 2015 (2-2-1). Le club a également frôlé son record de médailles (6, en 2016). Il achève ce Championnat avec 5 breloques et un total de 8 finales A. Fanny Deberghes frôle le triplé en brasse. Individuellement, Fanny Deberghes aura été l’un des quatre reines de cette compétition aux côtés de Fantine Lesaffre (3 titres, décrochés sur 400 m nage libre, 400 m 4 nages et 200 m 4 nages), Mélanie Hénique (titrée sur 50 m nage libre et 50 m papillon) et la Russe Kirpitchnikova (victorieuse des 400 m, 800 m et 1 500 m nage libre). Elle a failli rééditer son triplé de l’an dernier en brasse, s’imposant sur 50 m (son 4e titre sur cette distance, un record !) et sur 200 m (deux centièmes devant Camille Dauba) et terminant 2e sur 100 m. La protégée de Franck Esposito compte désormais 19 titres nationaux élites (petit et grand bassin confondus). 9e titre sur 200 m papillon pour Grangeon-De Villele. Trente-cinq minutes avant le titre de Fanny sur 200 m brasse, Lara Grangeon-De Villele (déjà qualifiée aux JO de Tokyo sur 10 km) avait décroché son 9e sacre sur 200 m papillon, débordant à 40 mètres de l’arrivée, Lilou Ressencourt. Il s’agit de son 20e titre et de son 30e podium national élite en grand bassin. Exceptionnel ! Série de satisfactions. Parmi les 11 nageurs sarcellois engagés, les satisfactions ont été multiples. Krystyna Panchishko s’est révélée (3e sur 400 m 4 nages). Leslie Belkacemi a disputé sa première finale A en grand bassin (7e sur 50 m papillon). Sur 1 500 m nage libre, Clément Kukla a été finaliste et Léo Ouabdesselam a amélioré de 12 secondes sa meilleure performance française de la saison chez les 18 ans (15’44). Après deux ans de galères suite à une péricardite, Ludivine Blanc est revenue au premier plan (9e sur 50 m nage libre). Carmella Kitching a décroché son septième « top 10 » d’affilée sur 50 m brasse (9e), avant d’obtenir la même place sur le 100 m. Enfin, Souhail Hamouchane a effectué une première tentative pour accomplir le minima marocain pour les JO de Tokyo sur 50 m nage libre avant le FFN Golden Tour de Nice (en février 2021) ; tandis que Claire Six et Malek Louissi ont fait de leur mieux sur 1 500 m nage libre (respectivement 19e et 27e).

19H46C’EST OFFICIEL !!! CLÉMENT KUKLA EST FINALISTE SUR 1 500 M NAGE LIBRE !!!! Le Sarcellois décroche la 8e place au général (7e Français). Léo Ouabdesselam termine 16e.

19H46 – C’EST FINI POUR CE 1 500 M DE FOLIE !!!! Victoire de David Aubry devant Marc-Antoine Olivier. 15’00’’08 contre 15’00’’81.

19H30 – Départ de la série rapide du 1 500 m nage libre. Une belle bataille en perspective entre Marc-Antoine Olivier (Dunkerque), David Aubry et Damien Joly (Montpellier Métropole). Cette course va déterminer les places définitives de nos Sarcellois, Clément Kukla et Léo Ouabdesselam, actuellement 2e et 8e au classement provisoire.

19H25RÉACTION DE LESLIE BELKACEMI (7e du 50 m papillon en 27’’97, vendredi, au terme de la première finale nationale élite en grand bassin de sa carrière) : « Le 50 m papillon a été la meilleure des quatre épreuves que je disputais sur ce Championnat. Je savais que la finale A était accessible. J’ai su saisir l’occasion en réalisant 27’’99 en séries. Ce chrono à 16 centièmes de mon record m’a offert le 8e temps. Sur cette série, j’étais à la ligne d’eau n°1. J’ai eu la chance d’être positionnée à côté d’Adelaïde Meuter (finalement disqualifiée pour départ anticipé) qui m’a bien ‘‘tirer’’ sur 35 mètres. En finale, mon but était de ne pas finir dernière et d’essayer de jouer la 5e ou la 6e place. J’ai fini 7e, avec un chrono pas dégueu (sic) : 27’’97. Je suis contente d’avoir pu disputer ma première finale A nationale élite en grand bassin. Mais il y a encore du travail ces prochains mois pour essayer de viser plus haut. Jusqu’ici, j’ai un bon départ, mais ma coulée peut être prolongée d’1 à 1,50 m. Généralement, je réalise de bons passages aux 25 mètres, avant d’être distancée en deuxième partie de course. Mon amélioration se joue sur ma capacité à développer ma force en musculation et dans l’eau et à réaliser des simulations de course en bassin de 50 m et non de 25 m. Sur ce 50 m papillon, j’ai réussi à me remobiliser le soir pour faire un meilleur temps que le matin. Ce n’est généralement pas le scénario habituel. Il y a du positif à en tirer ».

18H45 RÉACTIONS DE FANNY DEBERGHES (championne de France du 50 m brasse en 31’’83 et du 200 m brasse en 2’27’’65 ; 2e sur 100 m brasse en 1’09’’02) : « J’ai débuté la compétition par le 50 m brasse, déterminée à faire de mon mieux. C’était le scénario idéal : pour moi, cette spécialité est moins anxiogène (car non-olympique). Cette épreuve m’a bien mis en route. Mon état physique était assez bon. En finale, j’ai vu que la Belge Florine Gaspard, meilleur temps des séries, était devant moi. J’ai simplement essayé de la rattraper et ça m’a conduit au titre de championne de France (Ndlr : son 4e, un record). Parfois, mieux vaut être outsider que leader… « Aucun regret sur le 100 m ». Le 100 m brasse a été une autre histoire. Le matin, en séries, j’ai été très crispée et pas au top. Ça ne m’a pas mis en confiance pour le soir, où je n’ai pas réussi à décrocher le titre. Mais honnêtement, je n’ai aucun regret. Mon temps (1’09’’00) est plutôt bon, j’ai été en tête jusqu’à 25 mètres de l’arrivée. En fait, je n’ai pas vu la ‘‘jeune’’ (Justine Delmas, 15 ans, lauréate de la course), car j’étais à la ligne d’eau n°6 et elle à la n°4. « Rien de décisif pour l’Euro de Budapest ». La compétition n’aura pas été décisive sur 100 m, car personne n’a réalisé le minima en séries pour les Championnats d’Europe de Budapest (1’08’’17). Il faudra attendre les FFN Golden Tour de Nice et de Marseille (en février-mars 2021) pour gagner sa place dans le relais 4x100 m 4 nages tricolore. « Un 200 m haletant vécu sereinement ». Enfin sur le 200 m, on a vu que le niveau de la brasse française grimpe. Déjà, l’an dernier, nous avions été trois à faire moins de 2’27’’. Là, ça a été un duel serré et de haut niveau avec Camille Dauba que je devance de 2 centièmes. Je ne pense pas avoir vécu la course comme les téléspectateurs ou mes proches, qui ont assisté à un suspense haletant. J’ai été assez posée lors de cette finale. J’ai vu que j’étais rapidement devant la ‘‘petite’’ (Justine Delmas, à la ligne d’eau voisine) mais c’est tout. Comme je n’étais pas au centre du bassin, je ne voyais pas où les autres concurrentes (et en particulier Camille Dauba) se trouvaient. C’était un avantage, je pense, pour rester bien concentrée. J’ai constaté que c’était si serré avec Camille uniquement en revoyant les images au micro de BeIn Sports. « 19 titres nationaux en élite ». Je suis fière de décrocher ces trois médailles et mes 18e et 19e titres en élite (petit et grand bassin confondus) sous les couleurs de l’AAS Sarcelles Natation 95. J’aurai simplement souhaité les offrir au club dans d’autres circonstances, car ce Championnat de France a été très particulier en raison du contexte sanitaire. Le port obligatoire du masque, le respect de la distanciation physique y compris lors des cérémonies protocolaires, l’impression d’être isolée au milieu de nulle part…ça change de l’ordinaire. « Place à la trêve ». « Désormais, je n’ai qu’un objectif : la petite trêve de Noël (rires). Je vais pouvoir voir ma famille dans les Pyrénées-Atlantiques avant de reprendre l’entraînement en vue de la Golden Tour de Nice (prévue en février 2021) ». 

17H45RÉACTION DE LARA GRANGEON-DE VILLELE (championne de France du 200 m papillon en 2’10’’91, hier soir) : « En raison d’une fissure du ligament survenue il y a trois semaines, je n’abordais pas vraiment la compétition confiante. Il y avait un peu d’appréhension. C’est plus l’envie de défendre mon titre et de bien faire que l’entraînement en lui-même qui a fait la différence ». « Des conditions particulières pour ce Championnat ». « Le contexte de ce Championnat, disputé à huis clos, était particulier en raison des conditions sanitaires. Pour disputer les courses, il fallait avoir passé avec succès un Test PCR 72 heures plus tôt. Ensuite, dans les gradins, nous avions une étiquette sur notre siège. Un espace était laissé libre entre chaque siège pour respecter la distanciation physique. Tous les nageurs de Sarcelles étaient regroupés dans une zone attitrée. Avant la course, il fallait passer par trois chambres d’appel avec l’obligation de respecter les gestes barrières et de porter le masque. J’en ai profité pour porter un masque spécialement conçu et à l’effigie du club de l’AAS Sarcelles Natation 95 ». « Au bout de moi-même… ». « En finale du 200 m papillon, je savais que Lilou Ressencourt serait une candidate sérieuse. C’est une jeune de 17 ans, médaillée l’an dernier sur 200 m dos, qui est entraînée à Nice par Fabrice Pellerin (l’ancien coach de Yannick Agnel et de Camille Muffat). Ma stratégie était d’attendre le dernier 50 m pour accélérer. J’ai laissé Fantine (Lesaffre) partir vite. J’ai vu qu’en série, elle avait un peu payé son départ rapide. Le scénario s’est reproduit sur cette finale. Dans le dernier 50 m, j’ai été au bout de moi-même pour remonter et dépasser Lilou. J’étais vraiment à 100% et ne pouvais pas aller plus vite ». « Fière de mon premier titre sous les couleurs de Sarcelles ». « C’est mon 9e titre sur 200 m papillon, mais je retiens surtout que c’est mon premier titre sous les couleurs de Sarcelles. J’étais extrêmement contente de porter la tenue du club lors de la cérémonie protocolaire. Dommage que celle-ci ait été si triste…En raison des conditions sanitaires, il était interdit de prendre des photos regroupées et de faire la bise aux autres concurrentes. Chacune devait rester sur sa marche ! ». « Mon 51e titre national en élite ». « Cette victoire m’offre mon 51e titre national en élite (petit et grand bassin confondus). Je le sais car ma mère tient les comptes…C’est aussi mon 20e titre et mon 30e podium en grand bassin. Prochainement, je disputerai le Meeting de l’Océan Indien (du 19 au 21 décembre au Port, sur l’île de la Réunion). J’y resterai en stage jusqu’au 27 décembre pour combler mon déficit d’entraînement lié à ma récente blessure ». 

17H20RÉACTION DE LUDIVINE BLANC (1re de la finale B du 50 m nage libre en 26’’02, hier soir) : « J’abordais cette seconde épreuve moins stressée et plus concentrée que la première (le 100 m nage libre). J’ai pu corriger quelques défauts. « Un rythme d’avant-course déstabilisant ». « J’ai dû m’habituer au rythme particulier, rapide et assez perturbant de l’avant-course. Il fallait en effet suivre un cheminement précis – passer par trois chambres d’appel (la dernière étant celle présentée à la télévision) puis derrière un rideau qui amenait au plot de départ. Enfin, retirer son masque une fois arrivée au plot… Moi qui ai l’habitude de prendre mon temps, j’étais gâtée (rires) ». « Mon objectif personnel était une finale A ». « En séries, je savais que j’étais capable de partir vite après ma prestation sur 100 m (27’’03 sur le premier 50 m). C’était la condition pour accéder à la finale A, ce qui représente mon objectif personnel. Un but que je m’étais bien gardée de révéler à mon coach. J’étais un peu déçue par le chrono (26’’11). Mais en même temps, je m’attendais à un miracle. Je dois un peu redescendre…Je reviens de tellement loin que c’est déjà super. Il y a un mois, si on m’avait dit que je disputerai une finale B, je n’y aurai pas cru (Ndlr : elle a été victime d’une péricardite fin 2018, a dû arrêter la natation un an, avant d’être pénalisé par le confinement). Il y a un petit peu de frustration quand même, car je ne passe qu’à une place de la finale A. Etant en tête après les séries lentes, j’y ai cru jusqu’au bout et j’ai patienté jusqu’à midi ». « Le plaisir de remporter la finale B ». « En finale B, j’ai retrouvé des sensations que j’attendais depuis deux ans. Le fait de nager avec des filles de mon niveau de 2018 (Maria-Elena Letang, Assia Touati, Faustine Prouff…) m’a aidé. Contrairement à la série, j’ai été devant dès les 25 m. Durant les quelques secondes entre les 15 et 25 m, j’ai même senti que je pouvais nager vite et être puissante. C’est quelque chose d’agréable qui donne envie de travailler à l’entraînement. Tout ça est positif ; mon cœur a tenu et remporter la finale B un a été un beau bonus ».

16H20 – RÉACTION DE CLÉMENT KUKLA (2e du classement provisoire du 1 500 m nage libre en 15’36) : « Ce n’est pas mon meilleur temps (15’33) mais c’est très encourageant. J’ai dû arrêter la natation durant cinq mois en première partie d’année, en raison d’une rupture du ligament et de problèmes d’asthme. Du coup, je ne savais pas trop où j’en étais. Moins d’appuis, moins de sensations, moins de muscles, ce n’est pas l’idéal pour avancer vite. J’ai essayé de trouver une technique de nage qui me convenait. L’idéal pour moi, c’est de tirer beaucoup d’eau, car je ne mets pas beaucoup de jambes (sic). J’ai réussi à tenir des allures d’1’02 à 1’03 par 100 m. Je suis satisfait. Je suis actuellement deuxième du classement général. Mais ça va nager vite ce soir. Je suis déjà certain de finir dans le top 10. Mais pour le top 8, ça risque d’être juste ».

15H25 - RÉACTIONS DE KRYSTYNA PANCHISHKO (3e sur 400 m 4 nages en 4’49’’05 ; 8e sur 1 500 m nage libre en 17’13’’68 ; 11e sur 800 m en 8’57’’07): « Ma compétition a commencé par un record personnel sur 800 m (8’57’’07). Pendant longtemps, je n’avais pas pu l’améliorer (Ndlr : ses 9’03’’47 aux Championnats d’Ukraine 2018). J’étais contente de surmonter enfin cet obstacle ». « Une bataille entre étrangères ». Le deuxième jour, il y a eu le 400 m 4 nages. Comme le stipule le règlement, un seul étranger peut être en finale. Je devais donc faire mieux en séries que l’Équatorienne Samantha Arevalo (vice-championne du monde du 10 km en 2017) et la Néerlandaise Vera Lowe. J’ai nagé au couloir 1 et je n’ai vu personne jusqu’à la ligne d’arrivée. Je savais juste que je devais faire un bon temps pour être en finale A et éventuellement me battre pour les médailles. C’est ce qui s’est passé, puisque je réalise le 2e temps en 4’52’’63. « Médaillée de bronze ». J’ai eu ensuite assez de repos pour me concentrer sur la nage du soir. J’ai compris que les Françaises allaient montrer des vitesses différentes le soir. Je me suis préparé pour un bon résultat. Je voulais profiter de cette nage pour encore améliorer mon record personnel. J’y parviens en 4’49’’05 et je bats mon record personnel. « Fière de ces résultats sous les couleurs de l’AAS Sarcelles Natation 95 ». Ensuite, sur le 1 500 m nage libre, samedi, je pense que mon chrono aurait été meilleur si j’avais eu plus de repos. Je bats tout de même là encore mon record en 17’13’’68. Mais quand on améliore, on en veut toujours plus…Je tiens à remercier Philippe Lucas, Xavier Idoux et Bertrand Bompieyre pour ma préparation à cette compétition. Je suis fière d’avoir obtenu ces résultats sous les couleurs de l’AAS Sarcelles Natation 95. Et j’envoie pleins de messages à mes proches en Ukraine qui m’ont toujours soutenu en tout ».

14H25 - RÉACTION DE LÉO OUABDESSELAM (8e du classement provisoire du 1 500 m nage libre, auteur de la meilleure performance française de la saison chez les 18 ans en 15’44’’61) : « Je me sentais capable d’atteindre les 15’45, même si mon record sur 1 500 m nage libre réalisé il y a trois semaines à Toulouse était de 15’56. J’ai vu les séries d’avant et je me suis dit que je pouvais faire aussi bien. J’ai décidé de partir plus vite que d’habitude. Enzo Roldan Munoz (à la ligne d’eau d’à côté) est resté devant sur le premier 400 m. Je l’ai ensuite rejoint et je me suis dit que je ne devais pas rester avec lui. J’ai accéléré et je suis resté seul devant la moitié de la course. J’ai effectué le premier 100 m en 59’’, puis j’ai gardé une allure de 1’02 à chaque aller-retour sur les 700 m suivants. Je passe aux 800 m en 8’20. C’est très bien, car j’avais réalisé 8’17 il y a deux jours sur cette distance. Les 500 derniers mètres ont vraiment été très durs. Je suis tombé à une allure de 1’03, avant de trouver les ressources pour faire 1’01 sur le dernier 100 m. Je suis très content de mon record personnel (15’44). Avec plus de préparation, je pense pouvoir encore descendre le chrono. En 2021, l’objectif sera de gagner encore 11 secondes pour réaliser les minima à 15’33 pour l’Euro junior ».

14H10 – Au programme cet après-midi, les réactions et interviews des représentants de l’AAS Sarcelles Natation 95 à ces Championnats de France.

13H00 – La compétition reprend à 17H30. Mais plus aucun nageur de l’AAS Sarcelles Natation 95 n’est engagé dans les épreuves du soir de cette 4e et dernière journée des Championnats de France élites de natation en grand bassin. A suivre toutefois la série rapide du 1 500 m nage libre à 19H30 pour connaître les places définitives de Clément Kukla, Léo Ouabdesselam et Malek Louissi, actuellement 2e, 8e et 19e.

12H55 – Fin de la session matinale, marquée par les performances de Clément Kukla (actuellement 2e du classement provisoire du 1 500 m nage libre en 15’36) et de Léo Ouabdesselam (auteur de la meilleure performance française de la saison chez les 18 ans sur 1 500 m nage libre en 15’44’’61 ; actuellement 8e du classement). Malek Louissi (provisoirement 19e du 1 500 m nage libre en 16’33), Leslie Belkacemi (29e sur 100 m papillon en 1’04’’33) et Souhail Hamouchane (55e du 100 m nage libre en 53’’32) étaient aussi de la partie.

12H52CLÉMENT KUKLA TOUJOURS DEUXIÈME DU CLASSEMENT PROVISOIRE DU 1 500 M NAGE LIBRE EN 15’36. Voilà qui pourrait lui offrir une place méritée dans le top 8 (finaliste). Il faudra suivre la série rapide à 19H30 pour connaître son résultat définitif vers 19H46.

12H51OOOOOOOOOOOOOOOOH !!!! RECORD PERSONNEL PULVERISÉ POUR LÉO OUABDESSELAM !!!! Le sociétaire de l’AAS Sarcelles Natation 95 améliore de douze secondes son record personnel (15’56’’68, en novembre au Meeting national de l’Occitanie) pour remporter la 3e série lente. Son chrono : 15’44’’61 (meilleur temps français de la saison chez les 18 ans). Il est 8e du classement provisoire.

12H36TOP DEPART POUR LÉO OUABDESSELAM. Le Sarcellois vient de débuter la 3e série lente du 1 500 m nage libre. Son objectif : améliorer sa meilleure performance française de la saison chez les 18 ans (15’56’’68). Ses adversaires du jour – Mats Baradat, Naïm Mokhfi et Enzo Roldan Munoz, devraient l’aider dans cette entreprise.

>>> Retrouvez l'article consacré à Léo Ouabdesselam lors de son titre de champion d'Europe junior du 5 km en 2018

12H35 – Après la 2e série lente remportée par Jules Wallart (Dunkerque Natation) en 15’37’’21, Clément Kukla est toujours deuxième du classement provisoire du 1 500 m nage libre !

12H35 – Malek Louissi termine 7e de sa série du 1 500 m nage libre en 16’33’’17.

12H19MALEK LOUISSI AU DÉPART. Notre nageur tunisien, qui vise la qualification aux Jeux Olympiques sur 10 km, est au départ de la 2e série lente du 1 500 m nage libre, à la ligne d’eau n°7. Il sera opposé entre autres à l’Anglais Hector Pardoe (2e de la course de 25 km aux Championnats de France d’eau libre) et à Jules Wallart (9e du Championnat d’Europe d’eau libre 2019 sur 7,5 km).

>>> Retrouvez l'article consacré à Malek Louissi lors des Championnats de France 2020 de 5 km indoor

12H18CLÉMENT KUKLA EST ACTUELLEMENT 2E DU CLASSEMENT PROVISOIRE DU 1 500 M NAGE LIBRE. Guillaume Roux (Cn Antibes) est en tête avec un temps de référence de 15’35’’57.

12H17 – TRES BELLE COURSE DE CLEMENT. Le Sarcellois termine 2e de sa série en 15’36’’66. Le protégé de Philippe Lucas et de Xavier Idoux, qui a été victime pendant la première partie d’année d’une rupture du ligament et de problèmes d’asthme, a retrouvé la plénitude de ses moyens. Une confirmation après son titre chez les juniors 3 aux Championnats de France Eau libre de 5 km, en septembre dernier.

12H02 – CLEMENT KUKLA SUR LE PLOT. Le sociétaire de l’AAS Sarcelles Natation 95 se trouve à la ligne n°5 de la première série lente du 1 500 m nage libre. Ses principaux adversaires dans cette série seront : Guillaume Roux (5e en 2019), Hugo Saillard (7e en 2019), Alexis Vandevelde (champion de France du 5 km indoor) et Sacha Vely (champion de France junior 1 sur 5 et sur 10 km). Le record personnel de Clément est 15’33’’78.

>>> Retrouvez l'article sur Clément Kukla à la suite de son record de France des 16 ans sur 1 500 m nage libre petit bassin en 2018

11H46 – Dernière course pour l’AAS Sarcelles Natation 95 sur ce Championnat : le 1 500 m nage libre. Seront en lice : Clément Kukla (à la ligne d’eau n°5, dans la 1re série lente, à 12H02), Malek Louissi (à la ligne d’eau n°7, dans la 2e série lente, à 12H19) et Léo Ouabdesselam (dans la 3e série lente, à 12H35).

11H22PAS DE FINALE POUR LESLIE. Au terme des séries, Leslie termine 29e du 100 m papillon. Insuffisant pour participer aux finales de ce soir, qui réunissent les 24 premiers. Sa qualification en finale A du 50 m papillon restera toutefois, pour l’AAS Sarcelles Natation 95, l’un des grands moments de ces Championnats de France élites en grand bassin.

11H19 – Visiblement émoussée, Leslie termine 8e de sa série en 1’04’’33. Sa série a été remportée par la « fusée » Gastaldello en 58’’83.

11H18LESLIE BELKACEMI AU DÉPART DU 100 M PAPILLON. La Sarcelloise est à la ligne d’eau n°8 de la 1re série rapide du 100 m papillon. Du beau monde dans cette série, puisque la protégée de Raphaël Raymond retrouve Béryl Gastaldello (titrée sur 100 m nage libre et 3e sur 50 m nage libre, ces derniers jours), Analia Pigrée (titrée sur 50 m dos et 3e sur 50 m papillon), Lucie Delmas (5e sur 50 m papillon) ou encore Océane Carnez (4e sur 200 m nage libre). Rappelons que le record personnel de Leslie est : 1’02’’10 depuis 2019.

9H53Souhail Hamouchane ne participera pas à l’une des finales du 100 m nage libre. Au terme des séries lentes, il pointe à la 41e place.

9H47SIXIÈME PLACE POUR SOUHAIL HAMOUCHANE. Le Sarcellois devance Nathanaël Soulard et Farès Zitouni avec un chrono de 53’’32, mais termine assez loin du vainqueur de sa série Maxime Thénu (51’’75). Ça va être compliqué pour une place en finale.

9H46SOUHAIL HAMOUCHANE AU DEPART DU 100 M NAGE LIBRE. Le sociétaire de l’AAS Sarcelles Natation 95 se trouve à la ligne d’eau n°8, de la 2e série lente, juste à côté de Farès Zitouni (Vikings de Rouen).

9H10 – Un point sur la compétition. L’AAS Sarcelles Natation 95 est déjà assurée de réaliser son meilleur bilan sur un Championnat de France élites en grand bassin. Sur les 23 précédentes éditions, le club n’avait en effet jamais enregistré trois médailles d’or au tableau des médailles. Actuellement, nous en sommes à 3 médailles d’or, 1 d’argent et 1 de bronze. Son record du nombre de médailles (6, sur l’édition 2016) peut encore être égalé aujourd’hui, puisque le club en compte déjà cinq. Mais en l’absence de relais au programme, la mission sera difficile. Il faudrait un exploit Xxl de Leslie Belkacemi sur 100 m papillon ou de Clément Kukla sur 1 500 m nage libre. Les autres records ne pouvaient plus être battus : 14 participants (en 2014 et en 2015 ; il y en a tout de même 11 sur cette édition) et 14 finales A (en 2014 ; contre 8 actuellement sur cette édition).

9H05LE PROGRAMME DU JOUR. Aujourd’hui, Souhail Hamouchane sera le premier sur le plot de départ. Le protégé de Raphaël Raymond sera à la ligne d’eau n°8, de la 2e série lente du 100 m nage libre, à 9H46. Ensuite, nous pourrons suivre Leslie Belkacemi (à la ligne d’eau n°8, de la 1re série rapide du 100 m papillon, à 11H18), Clément Kukla (à la ligne d’eau n°5, de la 1re série lente du 1 500 m nage libre, à 12H02), Malek Louissi (à la ligne d’eau n°7, de la 2e série lente du 1 500 m nage libre, à 12H19) et Léo Ouabdesselam (dans la 3e série lente du 1 500 m nage libre, à 12H35).

9H02 – Vous pouvez revivre les lives des trois premières journées de compétition aux liens suivants :

- https://www.club-sarcelles-natation-95.com/index.php/news/evenements/item/607-live-des-france-elites-2020-jour-1

- https://www.club-sarcelles-natation-95.com/index.php/news/evenements/item/608-live-des-france-elites-2020-jour-2

- https://www.club-sarcelles-natation-95.com/index.php/news/evenements/item/609-live-des-france-elites-2020-jour-3

9H00 – Bienvenue au stade nautique Alain Chateigner à Saint-Raphaël, dans le Var, pour suivre la 4e et dernière journée des Championnats de France élites en grand bassin. Hier, l’AAS Sarcelles Natation 95 a connu une journée historique avec les titres de Lara Grangeon sur 200 m papillon et de Fanny Deberghes sur 200 m brasse, à 35 minutes d’intervalle. Krystyna Panchishko avait terminé 8e sur 1 500 m nage libre. Ludivine Blanc avait fini 9e (soit 1re de la finale B) sur 50 m nage libre. Claire Six (19e sur 1 500 m nage libre et 30e sur 200 m papillon) et Leslie Belkacemi (29e du 100 m dos) avaient également participé à la fête.

Live, commentaires et réactions : Julien BIGORNE

 

 

Live des France élites 2020 : jour 3

Deux titres à 35 minutes d'intervalle pour l'AAS Sarcelles Natation 95. Lara Grangeon a décroché son 9e titre de championne de France élite en grand bassin sur 200 m papillon avant que sa coéquipière Fanny Deberghes ne conserve pour deux centièmes sa couronne sur 200 m brasse (photo : Julien BIGORNE).

Live, commentaires et réactions : Julien BIGORNE

21H05 – Merci de nous avoir suivi. Rendez-vous demain à 9H00 pour le live de la 4e et dernière journée des Championnats de France élites en grand bassin. Au programme : Souhail Hamouchane (à la ligne d’eau n°8, de la 2e série lente du 100 m nage libre, à 9H46), Leslie Belkacemi (à la ligne d’eau n°8, de la 1re série rapide du 100 m papillon, à 11H18), Clément Kukla (à la ligne d’eau n°5, de la 1re série lente du 1 500 m nage libre, à 12H02), Malek Louissi (à la ligne d’eau n°7, de la 2e série lente du 1 500 m nage libre, à 12H19) et Léo Ouabdesselam (dans la 3e série lente du 1 500 m nage libre, à 12H35).

21H00 - Fin de cette 3e journée des Championnats de France élites en grand bassin à Saint-Raphaël. Une journée qui restera historique pour l’AAS Sarcelles Natation 95 avec les titres de Lara Grangeon sur 200 m papillon et de Fanny Deberghes sur 200 m brasse. Krystyna Panchishko avait terminé 8e sur 1 500 m nage libre. Ludivine Blanc avait fini 9e (soit 1re de la finale B) sur 50 m nage libre. Claire Six (19e sur 1 500 m nage libre et 30e sur 200 m papillon) et Leslie Belkacemi (29e du 100 m dos) avaient également participé à la fête.

20H45 – L’instant statistique. Fanny compte désormais 19 titres de championne de France élite (petit et grand bassin confondus). C’est son 37e podium aux Frances élites. Impressionnant !

20H40CÉRÉMONIE PROTOCOLAIRE DU 200 M BRASSE. Fanny Deberghes reçoit sa deuxième médaille d’or sur ce championnat après celle sur 50 m, jeudi. La Sarcelloise est passée près de rééditer son triplé de l’an dernier. Il lui aura seulement manqué un peu de force dans les 20 derniers mètres de sa finale du 100 m, hier soir.

20H35 QUELLE SOIRÉE FANTASTIQUE POUR L’AAS SARCELLES NATATION 95. Pour la première fois de son histoire, le club valdoisien a décroché deux titres à 35 minutes d’intervalle aux Championnats de France élites en grand bassin.

20H30FANNY DEBERGHES SE RAPPROCHE DU RECORD DE CORALIE DOBRAL. Déjà lauréate en 2015, 2017 et 2019, notre représentante égale, avec ce quatrième titre sur 200 m brasse, la performance de Karine Brémond (lauréate de 1997 à 2000 / Ndlr : également lauréate sur la période des Championnats été et hiver entre 1992 et 1996) et se rapproche du record de cinq victoires détenu par Coralie Dobral (victorieuse en 2007, 2011, 2012, 2013 et 2014).

20H29TROISIÈME VICTOIRE SUR CE CHAMPIONNAT POUR L’AAS SARCELLES NATATION 95 !!! Le club bat son record de 2015.

20H28MAGNIFIQUE !!!!!!!!!!!!! VICTOIRE DE FANNY DEBERGHES !!!!! La sociétaire de l’AAS Sarcelles Natation 95 décroche là le quatrième titre de championne de France élite en grand bassin de sa carrière sur 200 m brasse. Elle devance Camille Dauba…de deux centièmes ! 2’27’’65 contre 2’27’’67. Justine Delmas complète le podium.  

20H27ÇA VA SE JOUER À LA TOUCHE. FANNY DEBERGHES ET CAMILLE DAUBA SONT AU COUDE À COUDE !!!

20H27 – ALLEZ FANNY !!!!! La sociétaire de l’AAS Sarcelles Natation 95 grignote son retard. A 20 m de l’arrivée, elle est quasiment revenue à la hauteur de Camille Dauba.

20H27 – CAMILLE DAUBA ACCROIT SON AVANCE ! Après 150 m de course, Camille Dauba devance Fanny de 23 centièmes. Justine (3e à 71 centièmes) ne suit plus la cadence. Elle ne devrait pas être titrée ce soir.

20H26 – ÇA SE RESSERRE ! Au passage au 100 m, Camille Dauba est repassée devant. Fanny suit à 14 centièmes et Justine Delmas à 17 centièmes. Comme prévue, la lutte est serrée.

20H26 – FANNY EN TETE APRES 50 M !!!! Temps de réaction canon de Camille Dauba (Sarreguemines) et de Chloé Braun (Dauphins du Toec). Mais Fanny a pris un bon départ aussi. La Sarcelloise est en tête aux 50 m. Camille Dauba est 2e à 4 centièmes et Justine Delmas 3e à 25 centièmes.

20H24 – Les concurrentes du 200 m brasse sortent de la chambre d’appel. Fanny Deberghes affrontera dans quelques instants Emma Perez (à la ligne n°1, championne de France junior 2019) ; Adèle Blanchetière (à la n°2, championne de France universitaire 2018 sur 100 m brasse) ; Camille Dauba (à la n°3, vice-championne de France en 2017 et en 2019 ; 24e de l’Euro 2019 en petit bassin ; une sérieuse candidate qui vise aussi les JO de Tokyo) ; Justine Delmas (à la n°4, titrée hier sur 100 m…à seulement 15 ans ; elle détient tous les records de France de 13 à 17 ans sur 200 m brasse) ; Fantine Lesaffre (à la n°6, championne de France en 2018 ; titrée ces deux derniers jours sur 200 m 4 nages et sur 400 m 4 nages ; elle vient aussi de disputer la finale du 200 m papillon) ; Laure Barreau (à la n°7, championne de France des moins de 16 ans en 2016 et en 2017) et enfin Chloé Braun (à la n°8, finaliste hier sur 100 m brasse).

20H20 – La cérémonie protocolaire a pris un peu plus de temps que prévu. La course de 200 m brasse va débuter avec 5 minutes de retard.

20H18 – Nous sommes promis dans moins de dix minutes à de nouvelles émotions fortes. Fanny Deberghes va en effet disputer à la ligne d’eau n°5, la finale A du 200 m brasse. Sur cette course, l’Aas Sarcelles Natation 95 peut égaler son record de victoires sur un même championnat (3, en 2014). Fanny vise son quatrième titre national élite dans sa discipline favorite. Elle s’était imposée en 2015 (devant Lara Grangeon-De Villele, désormais sa coéquipière), puis en 2017 et en 2019 (devant Camille Dauba). Elle n’a jamais fait moins bien que deuxième depuis 2013. Espérons toutefois que Fanny ne revivra pas la frustration de 2016 (devancée de deux centièmes pour le titre par Laura Paquit).

20H10 - CEREMONIE PROTOCOLAIRE DU 200 M PAPILLON. Lara Grangeon-De Villele reçoit sa médaille d'or, sur la plus haute marche du podium. Un grand moment dans l'histoire de l'AAS Sarcelles Natation 95.  

19H55DEUXIÈME TITRE POUR L’AAS SARCELLES NATATION 95 SUR CE CHAMPIONNAT. Lara Grangeon-De Villele décroche là son 20e titre et son 30e podium aux Championnats de France élites en grand bassin.

19H53C’EST FAIT !!!!! LARA GRANGEON-DE VILLELE CHAMPIONNE DE FRANCE ELITE POUR LA 9E FOIS SUR 200 M PAPILLON. La sociétaire de l’AAS Sarcelles Natation 95 est une grande championne qui s’est imposée, à l’expérience. Son chrono : 2’10’’91. Elle est félicitée par la Niçoise Lilou Ressencourt, deuxième en 2’12’’13. La Suissesse Borer et Tabatha Avetand, arrivées en 2’17, complètent le podium.

19H52ACCÉLERATION IRRESISTIBLE DE LARA GRANGEON !!!! La Sarcelloise va s’imposer et décroché son 9e titre de championne de France élite sur 200 m papillon.

19H52LARA GRANGEON-DE VILLELE REVIENT A LA HAUTEUR DE LILOU RESSENCOURT ! A 40 mètres de l’arrivée, le suspense est à son comble.

19H52LARA SE RAPPROCHE DE RESSENCOURT !!!!! Après 150 mètres de course, Lara Grangeon-De Villele n’est plus qu’à 43 centièmes de Lilou Ressencourt, une épatante nageuse de 17 ans qui déjoue tous les pronostics. Borer est 3e, mais décrochée.

19H51PASSAGE AU 100 M. Fantine Lesaffre a craqué. C’est désormais Lilou Ressencourt qui est en tête. Mais Lara s’est replacée à la seconde place à 51 centièmes.

19H51 DÉPART DE LA FINALE A DU 200 M PAPILLON. C’est l’inusable Fantine Lesaffre qui a pris le meilleur départ. Elle précède Lilou Ressencourt et Fanny Borer. Après 50 m, Lara est 4e.

19H50 – Les concurrentes du 200 m papillon sortent de la chambre d’appel. Lara va affronter Camille Cottier (à la ligne 1, sa dauphine en 2019), Alexia Bouteilly (à la n°2, toujours finaliste depuis 2017 mais jamais mieux placée que 6e), Juliette Marchand (à la n°3, vice-championne de France en 2018), Lilou Ressencourt (à la n°5, 2e du 200 m dos à seulement 16 ans en 2019 et 4e du 400 m 4 nages, hier), Fanny Borer (championne de Suisse du 200 m dos), Tabatha Avetand (une jeune Beauvaisienne de 15 ans qui a amélioré son record de 2 secondes en séries) et Fantine Lesaffre (déjà sacrée championne de France élite 2020 sur 200 m 4 nages et 400 m 4 nages, ces deux derniers jours).

19H49 – L’énumération de ces victoires témoigne du parcours incroyable de Lara Grangeon-De Villele. Mais une statistique le résume peut-être encore mieux. Dans quelques instants, la protégée de Philippe Lucas peut décrocher son 20E titre et son 30E podium aux Championnats de France élites en grand bassin. EXCEPTIONNEL !

19H47LA PRESSION MONTE !!!! Dans quatre minutes maintenant, Lara Grangeon va disputer à la ligne d’eau n°4 la finale A du 200 m papillon. La sociétaire de l’AAS Sarcelles Natation 95 vise son neuvième ( !) titre de championne de France élite en grand bassin dans cette spécialité. C’est simple : elle a remporté toutes ses finales depuis 2011, sachant qu’elle n’avait pas disputé l’édition 2013. À chaque fois, la native de Nouméa a battu des stars : Aurore Mongel (6e des Mondiaux 2009) en 2011 et 2012 ; Marie Wattel (8e des Mondiaux 2019 sur 100 m papillon) de 2014 à 2016 ; l’Américaine Kimberly Vandenberg (vice-championne du monde en 2007) sur l’édition 2011 ; la Tchèque Barbora Zavadova (vice-championne du monde universitaire 2015) sur l’édition 2014 ; l’Américaine Kelsi Worrell l’année même de son titre de championne olympique du 4x100 m 4 nages en 2016 et enfin à trois reprises (en 2015, 2017 et 2018) la Néerlandaise Sharon Van Rouwendaal (championne olympique du 10 km en 2016).

19H45 – La série rapide du 1 500 m nage libre vient d’être remportée par la Russe Anastassia Kirpitchnikova en 15’53 devant la Toulousaine Adeline Furst (sacrée championne de France en 16’41) et Aurélie Muller en 16’45. À la suite de cette course, les résultats de nos deux représentantes (qui ont nagé ce matin) sont connus. Krystyna Panchishko est 8e et Claire Six 19e. Un « top 8 » supplémentaire pour l’AAS Sarcelles Natation 95 ! Krystyna Panchishko aura porté haut les couleurs du club : 3e sur 400 m 4 nages, 5e sur 800 m nage libre et 8e sur 1 500 m nage libre. Claire n’a pas démérité. De toute façon, elle avait déjà réussi en septembre dernier, les Championnats de France de sa spécialité, c’est-à-dire l’eau libre.

19H30 – Départ de la série rapide du 1 500 m nage libre dames. Les résultats finaux de Krystyna Panchishko et de Claire Six dépendront de cette course. Pour l’instant, les deux Sarcelloises sont 3e et 11e du classement provisoire. Malheureusement, Krystyna, qui a réussi à améliorer son record ce matin (17’13) ne devrait pas pouvoir rester sur le podium. Les huit concurrentes qui s’élancent maintenant ont en effet des chronos d’engagement compris entre 16’26 et 16’52. Néanmoins, un top 10 reste possible pour la protégée de Philippe Lucas et de Xavier Idoux.

18H25 – Interruption. La compétition reprendra à 19H30 et sera diffusée en direct sur France 4 (https://mobile.france.tv/France-4/direct.html)

18H22 SUPERBE ACCELERATION DE LUDIVINE !!!! C’EST GAGNÉ !!! Ludivine Blanc remporte la finale B du 50 m nage libre dans un chrono de 26’’02 (9 centièmes de mieux que ce matin). Notre représentante finit donc 9e au général, devançant Assia Touati (26’’16) et Faustine Prouff (26’’18). Son retour au premier plan fait plaisir à voir.

18H21 – Temps de réaction moyen pour Ludivine. Mais la Sarcelloise relance tout de suite et remonte à la hauteur de Faustine Prouff et Assia Touati, en tête.

18H20DERNIERE COURSE DE LUDIVINE BLANC. La sociétaire de l’AAS Sarcelles Natation 95 va disputer sa dernière course dans ce Championnat de France élite 2020 en grand bassin. La protégée de Raphael Raymond est passée près de la qualification en finale A du 50 m nage libre, ce matin grâce à son bon chrono (11e en 26’’11). Mais il lui a manqué 26 centièmes pour rejoindre Mélanie Hénique, Charlotte Bonnet et Béryl Gastaldello et pour tenter de faire mieux que sa meilleure perf’ jusqu’ici (6e en 2018). Elle va donc disputer la finale B (places de 9e à 16e) à la ligne d’eau n°3. Elle sera opposée à plusieurs Franciliennes habituées du Meeting national de Sarcelles : Faustine Prouff (Vanves), Maëlle Lecanu (Stade Français), Maria-Elena Letang et Assia Touati (à laquelle elle avait chipé le record de France universitaire du 100 m nage libre en petit bassin, en 2018).

13H10 – Fin de la session matinale. La compétition reprend à 17H30. À suivre ce soir : Ludivine Blanc (à la ligne n°3 en finale B du 50 m nage libre, à 18H21), la série rapide du 1 500 m nage libre dame à 19H30 pour connaître les résultats définitifs de Krystyna Panchishko et de Claire Six ; Lara Grangeon-De Villele (à la ligne n°4 en finale A du 200 m papillon, à 19H51) et Fanny Deberghes (à la ligne n°5 en finale A du 200 m brasse, à 20H23).

13H05KRYSTYNA TROISIÈME DU CLASSEMENT PROVISOIRE. Après la dernière série lente, Krystyna Panchishko est pour l’instant troisième du classement du 1 500 m nage libre avec 17’14 derrière Samantha Arevalo (16’55) et Madelon Catteau (16’59). Ça ne suffira sans doute pas pour une médaille, car ce soir à 19H30, la dernière série réunit Lisa Pou (championne de France du 25 km), Océane Cassignol (championne de France du 5 et du 10 km), Anastasia Kirpitchnikova (championne de France du 4x1250 m en eau libre) ou encore Aurélie Muller (championne du monde 2015 et 2017 du 10 km). De son côté, Claire Six occupe la 11e place du classement provisoire en 17’49.

12H46KRYSTYNA REMPORTE SA SÉRIE. L’Ukrainienne améliore son record personnel en 17’13’’68 et devance Emma Calvo de quatre secondes.

12H29KRYSTYNA PANCHISHKO AU DEPART DU 1 500 M NAGE LIBRE. La sociétaire de l’AAS Sarcelles Natation 95 figure à la ligne d’eau n°4 de la seconde série lente aux côtés notamment de Clémence Coccordano et d’Emma Calvo. Son record personnel est 17’14’’09. La protégée de Philippe Lucas va devoir de nouveau pulvériser son record personnel pour espérer monter sur le podium.

12H28 – Claire finit sixième en 17’49’’86. Sa série a été remportée par l’Équatorienne Samantha Arevalo en 16’55’’ devant Madelon Catteau (16’59) et Maud Rodriguez (17’14).

12H11Claire Six au départ de la première série lente du 1 500 m nage libre dames. Il s’agit de sa deuxième épreuve de la matinée, après le 200 m papillon. Le temps de référence de Claire est 17’19’’40 depuis 2017. La protégée de Magali Merino retrouve dans cette série l’Equatorienne Samantha Arevalo (vice-championne du monde 2017 du 10 km) et Madelon Catteau (triple championne de France junior 2 en 2020 en eau libre).

12H10 CE SERA UNE FINALE B POUR LUDIVINE BLANC. Sa belle prestation tout à l’heure sur 50 m nage libre (en tête après les séries lentes en 26’’11) avait laissé entrevoir une perspective de finale A pour la Sarcelloise. Malheureusement, il lui aura manqué 26 centièmes. Le niveau a été très dense en série rapide et la dernière qualifiée pour la finale A (Margaux Fabre) a réalisé un temps de 25’’85. Onzième au terme des séries, Ludivine disputera la finale B du 50 m nage libre à 18H20.

11H56 VICTOIRE DE FANNY DANS LA DERNIÈRE SERIE DU 200 M BRASSE. La sociétaire de l’AAS Sarcelles Natation 95 remporte la dernière série du 200 m brasse en 2’29’’00 devant Camille Dauba (2’29’’33) et Fantine Lesaffre (2’33’’75). Sur l’ensemble des séries, elle termine 2e à une seconde de Justine Delmas. On retrouve Fanny à 20H23 pour la finale A du 100 m brasse.

11H55 PRODIGIEUX !!!!! Justine Delmas vient de claquer un 2’27’’99 en séries du 200 m brasse. Un chrono à seulement 21 centièmes du minima pour les Championnats d’Europe de Budapest. Décidemment, Fanny aura une sacrée concurrence sur ce 200 m brasse (sa discipline favorite). Elle retrouve dans un instant Camille Dauba et Fantine Lesaffre (ses dauphines de l’an dernier) dans la dernière série. GO FANNY !

11H53DEBERGHES VS DELMAS, DÉBUT DE L’ACTE III. Dans quelques instants, Fanny Deberghes, déjà double médaillée sur ces Championnats de France élites en grand bassin, retrouve sur son chemin Justine Delmas (le jeune prodige du Cno Saint-Germain âgée de 15 ans), sur le 200 m brasse. Petit rappel : notre représentante avait remporté le 50 m avant que sa rivale ne s’impose hier sur le 100 m. Ce début d’acte III se fait à distance puisque Justine est dans la première série et Fanny dans la seconde.

11H42 – Les séries rapides du 100 m dos dames sont désormais terminées. Leslie Belkacemi ne disputera malheureusement pas la finale C (pour l’attribution des 17e à 24e places). Elle termine en effet 29e en 1’07’’01, au terme des séries. On devrait la retrouver plus à son avantage demain à 11H18, sur 100 m papillon. Surtout au vu de son excellente prestation d’hier sur le 50 pap’.

11H24VICTOIRE EN SÉRIES DE LARA GRANGEON-DE VILLELE ! La multiple championne de France remporte sa série en 2’13’’82 devant Juliette Marchand (2’16’’08) et Camille Cottier (2’18’’25). Elle termine en tête sur l’ensemble des séries, neuf centièmes devant Lilou Ressencourt. On retrouvera Lara pour la finale A du 200 m papillon, à 19H51. Claire Six s’arrête en séries (30e en 2’38).

11H22C’EST PARTI POUR LARA !!! Très bon départ de la Sarcelloise qui vient de créer un petit écart sur Juliette Marchand et sur Camille Cottier.

11H21 – La première série rapide du 200 m papillon vient de s’achever. Désormais, le temps de référence est la propriété de la Niçoise Lilou Ressencourt en 2’13’’91.

11H20 – Nous vous rappelons que si le 200 m papillon est l’une de ses disciplines initiales et favorites, Lara s’est orientée vers l’eau libre en 2017. La nageuse originaire de Nouvelle-Calédonie était devenue médaillée de bronze aux Mondiaux de 25 km en 2019. En 2021, elle disputera à Tokyo ses troisièmes Jeux Olympiques, dans une troisième discipline. Le 10 km après le 400 m 4 nages et le 200 m papillon.

11H18LARA GRANGEON-DE VILLELE ENTRE EN CHAMBRE D’APPEL. Dans quelques instants, la sociétaire de l’AAS Sarcelles Natation 95 va disputer la dernière série rapide du 200 m papillon. La tenante du titre sera à la ligne d’eau n°4 et retrouvera la vice-championne de France, Camille Cottier (Antibes, à la ligne n°5). Victime il y a quelques semaines d’une fissure du talon, la protégée de Philippe Lucas ne dispute cette année « que » le 200 m papillon. Mais son objectif est bel et bien de décrocher dans cette spécialité son neuvième titre national depuis 2011. La dernière à l’avoir battue en finale d’un 200 m papillon est Aurore Mongel (6e des Mondiaux 2009 à Rome). C’était il y a dix ans.

10H00 – C’est la pause matinale. Reprise de la compétition à 11H15.

9H55LUDIVINE TOUJOURS EN TÊTE DES SÉRIES DU 50 M NAGE LIBRE. La dernière série lente, remportée par Émilie Boisrenoult en 26’’55, a été moins rapide. Une renaissance pour Ludivine. Sa patience et ses efforts entrepris après sa péricardite ont été récompensés. On va attendre le passage des séries rapides en espérant que la sociétaire de l’AAS Sarcelles Natation 95 puisse se qualifier en finale A. Son temps (26’’11) lui aurait permis sur la dernière édition d’être huitième et dernière qualifiée. Croisons les doigts.

9H53OUOUUUUUUUUH !!! VICTOIRE EN SÉRIE DE LUDIVINE EN 26’’11. La Sarcelloise devance de deux dixièmes Maëlle Lecanu et Anastasia Urbaniak. Désormais, il faut patienter.

9H52LUDIVINE BLANC DE RETOUR SUR 50 M NAGE LIBRE. Après toutes ses galères, rien que ça, c’est énorme. La sociétaire de l’AAS Sarcelles Natation 95 est à la ligne d’eau n°8 de la 3e série lente du 50 m nage libre. Son record personnel est 25’’80.

9H22 – Après les séries lentes, Leslie occupe actuellement la 13e place en séries du 100 m dos. Ça va être compliqué pour une place en finale C au vu de la densité à venir dans les séries rapides. Verdict à 11H42.

9H17 – Troisième place pour Leslie dans cette première série, en 1’07’’01. Carla Mailharrou (Grenoble 38) s’est imposé en 1’06’’95 devant Nayla Nicolo (Mérignac, 1’06’’98).

9H16Leslie Belkacemi est le plot de départ. Après avoir décroché la première finale A de sa carrière hier (7e du 50 m papillon), la protégée de Raphaël Raymond va tenter d’obtenir son meilleur résultat sur 100 m dos (jusqu’ici la 12e place obtenue en 2017). Elle n’a plus nagé depuis un long moment dans cette spécialité. Mais sa forme du moment peut conduire à une bonne surprise, même si son record personnel (1’03’’73) semble hors de portée. On la retrouve à la ligne d’eau n°7 de la première série lente.

9H06Claire Six prend la 8e et dernière place du 200 m papillon en 2’38’’71. Mais rien d’inquiétant pour l’héroïne sarcelloise des derniers Championnats de France en eau libre (titrée chez les juniors 3 sur 10 et 25 km). Il faudra tout donner tout à l’heure sur 1 500 m nage libre.

9H04CLAIRE SIX AU DÉPART. La protégée de Magali Merino va disputer la première série lente du 200 m papillon. Comme Malek Louissi, ce sera une mise en route avec le 1 500 m nage libre, en fin de matinée. Claire Six est à la ligne d’eau n°7, juste à côté de Célia Heurtaux, l’une des protégées de Philippe Lucas.

9H02 – Atteindre la référence en nombre de finale A (14) est quasi mission impossible. En revanche, le seuil de 10 peut être atteint pour la 4e fois en 24 éditions.

9H01 – Après deux jours de compétition, le club compte déjà 1 titre et 3 médailles, ainsi que 5 places en finales A (top 8). Pour battre son record dès aujourd’hui, il faudrait que Lara Grangeon-De Villele remporte le titre pour la 9e fois sur 200 m papillon et que Fanny Deberghes conserve sa couronne sur 200 m brasse. Pour égaler le record de médailles, il faudrait que Krystyna Panchishko, bien qu’en série lente, parvienne à monter sur le podium du 1 500 m nage libre.

9H00LE MEILLEUR BILAN DU CLUB PEUT ÊTRE BATTU DES AUJOURD’HUI. Dès cette 3e journée, l’AAS Sarcelles Natation 95 peut battre son meilleur bilan aux Championnats de France élites en grand bassin (2 victoires en 2014) et se rapprocher de son record de médailles (6 en 2016). Petit rappel historique, la compétition existe depuis 1997. Alison Lamarre avait été la première représentante du club à monter sur le podium (3e du 100 m papillon en 1998). Diane Bui Duyet avait été la première médaillée d’argent (2e sur 100 m papillon en 2011) et Anthony Pannier le premier vainqueur (1er sur 1 500 m nage libre en 2012). La plus forte représentation de l’AASS Natation 95 avait été atteinte en 2015 et en 2016 avec 14 participants (un seuil qui aurait été dépassé cette année sans les mesures sanitaires qui ont conduit à une limitation du nombre d’engagés) ; son nombre maximum de finales A avait été enregistré en 2014 (14).

8H45 – Aujourd’hui, Claire Six sera la première à monter sur le plot de départ, pour l’AAS Sarcelles Natation 95. La protégée de Magali Merino sera la seule sociétaire du club à enchaîner deux épreuves le même jour : la 1re série lente du 200 m papillon à 9H04 puis la 1re série lente du 1 500 m nage libre, à 12H11. Ensuite, nous pourrons suivre Leslie Belkacemi (en 1re série lente du 100 m dos, à 9H16), Ludivine Blanc (dans la 3e série lente du 50 m nage libre, à 9H52), Lara Grangeon-De Villele (dans la dernière série rapide du 200 m papillon, à 11H22), Fanny Deberghes (dans la dernière série rapide du 200 m brasse, à 11H56) et Krystyna Panchishko (dans la 2e série lente du 1 500 m nage libre, à 12H29).

8H30 – Bienvenue au stade nautique Alain Chateigner à Saint-Raphaël, dans le Var, pour suivre la 3e journée des Championnats de France élites en grand bassin. Hier, l’AAS Sarcelles Natation 95 a connu une superbe journée. Fanny Deberghes a décroché la médaille d’argent sur 100 m brasse en 1’09’’02. Krystyna Panchishko s’est adjugé celle de bronze sur 400 m 4 nages en 4’49’’05, en améliorant nettement son record personnel. Leslie Belkacemi (7e sur 50 m papillon en 27’’97) a disputé la première finale A de sa carrière. Léo Ouabdesselam a réalisé la meilleure performance française de la saison chez les 18 ans sur le 800 m nage libre (8’17’’81). Carmella Kitching a terminé pour la quatrième année de suite dans le top 10 sur 100 m brasse (9e en 1’11’’57). Clément Kukla a réalisé un bon 800 m nage libre (17e) ce qui est encourageant en vue du 1 500 m nage libre, dimanche. Souhail Hamouchane (24e sur 50 m nage libre) a manqué de quelques centièmes la finale C qui aurait pu lui permettre de retenter le minima marocain pour les JO de Tokyo. Enfin, Malek Louissi a débuté en douceur la compétition (34e sur 200 m papillon) avant le 1 500 m où il donnera sa pleine mesure.

Live, commentaires et réactions : Julien BIGORNE

France Eau libre 2020 : Sarcelles en Jets

L’Aas Sarcelles Natation 95 est le meilleur club français en Eau libre pour la 3e année d’affilée. De g. à dr., debout : G. Canzano, Reymond, Grangeon-De Villele, Kukla, Tramier, Magne, Montebrun, Six, L. Falla, Ferchichi, Merino et C. Canzano. Accroupis : Bekar, Garoux, Verplaetse, Louissi et P. Falla (photo : Julien Bigorne / www.sportspassion95.fr)

 

Le 28 septembre, le vent mêlé à un crachin breton balaie encore les flots de la base de loisirs de Jablines (Seine-et-Marne). L’eau, à peine à 17 °C, nécessite de repousser ses limites à chaque battement de jambes et de bras, durant cinq heures d’efforts. Les combinaisons néoprènes brûlent le cou. Les bourrasques nécessitent de rester lucide au passage des bouées. À chacun des 15 tours de circuit, le ravitaillement en gels et boissons énergétiques, tendus au bout d’une perche par des accompagnateurs postés sur le ponton, fait l’effet d’une délivrance. L’épreuve des 25 km des Championnats de France d’eau libre est un combat contre soi. Pour confirmer sa suprématie hexagonale dans cette discipline pratiquée en lac, mer et rivière, l’Aas Sarcelles Natation 95 ne peut rêver plus belle consécration que cette course toute en vaillance. Le club présidé par Guy Canzano l’a survolée. À l’arrivée, un quadruplé et 6 médailles.

As de l’Eau libre

Axel Reymond s’est imposé devant ses coéquipiers Alexandre Verplaetse, Matthieu Magne et Gaspard Tramier. Un symbole de l’efficacité du Centre d’Apprentissage et de Formation (Caf) de Sarcelles-Fontainebleau et des entraînements de Magali Merino (coach de l’équipe de France). Le double champion du monde du 25 km y a ajouté la manière, en laissant sur place l’Anglais Hector Pardoe (3e des Mondiaux juniors 2016 sur 5 km) et le Néerlandais Marcel Schouten (champion d’Europe 2014 du relais mixte) à deux tours de l’arrivée. Sur la berge, le Valdoisien, auréolé là d’un 8e titre national sur sa distance fétiche, apprendra qu’il égale le mythique record de Stéphane Lecat. Immense. Derrière, les bonheurs se succèdent pour Sarcelles. Alexandre Verplaetse (2e) gagne une place par rapport à l’an dernier. Matthieu Magne (3e) est champion de France en junior 2 (16-17 ans). Gaspard Tramier (4e) et Mohamed-Zaky Bekar (7e) réussissent leurs débuts. Enfin, Claire Six dépose la Toulousaine Madelon Catton à trois tours de l’arrivée et est championne de France des 18-19 ans.

16 podiums nationaux

« Notre formation portait pour la première fois le nom de ‘‘Jets’’ (comme la célèbre équipe de football américain de New-York). Elle a été digne de son sobriquet puisque nous sommes meilleur club français en Eau libre pour la 3e fois d’affilée. Une performance inédite », savoure le président Guy Canzano. Au terme de la saison, l’Aass Sarcelles Natation 95 devance Lille Métropole et Montpellier au classement Cnc. Aux Championnats de France, qui ont réuni le gratin de la discipline du 25 au 28 septembre sur 5, 10 et 25 km, le club a précédé Montpellier aux points et au tableau des médailles. Avec 16 breloques dont 7 en or, il a même amélioré le record de médailles, détenu depuis 2014 par le Cn Fontainebleau-Avon. Julien BIGORNE

 

Le 28 septembre 2020 sur l'île de loisirs de Jablines (Seine-et-Marne)

Bonne reprise en eau libre

Lucas Falla (AAS Sarcelles Natation 95) a remporté chez les U15 le 5 km de l'EDF Aqua Challenge de Savines-le-lac.

 

- Victoire de Lucas Falla. La première compétition d’eau libre depuis l’annonce du confinement (15 mars) s’est tenue le 26 juillet à Savines-le-Lac, dans les Hautes Alpes. L’EDF Aqua Challenge d’Embrun a souri à nos nageurs. Lucas Falla (notre photo) a remporté le 5 km chez les U15 (10e au général) dans un chrono de 1h05’29. Sa sœur Prisca a terminé 2e du 3 km chez les 12-13 ans en 48’40. Thomas Merino, le fils de notre coach Magali, a pris une belle 8e place chez les U15 sur le 5 km dans un chrono d’1h27’21.

- Axel Reymond dans le top 10. Suite à un stage de 25 jours à Font-Romeu (Pyrénées-Orientales), Axel Reymond, double champion du monde du 25 km, a trouvé la bonne allure aux Championnats d’Italie à Piombino. « Durant le stage, j’ai parcouru 480 km. Au sortir de la maison, j’effectuais un premier 4 km en étant à fond à 1’15 de moyenne au 100 m. Le dernier jour, j’en étais à une distance de 15 km à 1’08 de moyenne et un final à 59 secondes. J’ai senti l’évolution », expliquait-il sur sa page Instagram. En Toscane, le protégé de Magali Merino a terminé 8e du 2,5 km à 12’’3 de Marc-Antoine Olivier puis 7e du 5 km à 40’’ de Gregorio Paltrinieri, qui venait de battre quelques jours plus tôt le record d’Europe du 1 500 m. De son côté, Léo Ouabdesselam (17 ans) a fini 24e du 2,5 km et 35e du 10 km, résultats très honorables au vu du niveau et de la concurrence chez les seniors.

- Lara Grangeon prometteuse. On le sait Lara Grangeon, déjà qualifiée aux Jo de Tokyo sur 10 km, sera un atout précieux pour notre club lors des Championnats de France d’eau libre, du 26 au 28 septembre à Jablines (Seine-et-Marne). Sa reprise aux Championnats d’Italie à Piombino était donc particulièrement attendue. La protégée de Philippe Lucas n’a pas déçu, terminant 8e du 10 km à 19’’6 d’Arianna Bridi puis 12e du 2,5 km à 14’’8 de la Russe Kirpitchnikova, malgré des maux de ventre

(Julien BIGORNE / www.sportspassion95.fr) 

 

Le grand bleu de Grangeon

Qualifiée aux Jo de Tokyo sur 10 km, Lara Grangeon veut aider l’Aass Natation 95 à conserver son titre de meilleur club français en eau libre.

 

Lara Grangeon disputera les Championnats d’Italie, du 18 au 21 août à Piombino. Un bon test à un cinq semaines de son premier objectif de la saison. La sociétaire de l’Association Amicale et Sportive Sarcelles (Aass Natation 95) sera la tête d’affiche des Championnats de France en eau libre, les 26 et 27 septembre à Jablines (Seine-et-Marne). Les titres nationaux sur 5 et 10 km, qu’elle manqua pour moins d’une seconde en 2019, sont dans son viseur.

Horizon olympique

« Lara est une nageuse d’exception, originaire de Nouvelle-Calédonie, comme notre championne Diane Bui Duyet (recordwoman du monde du 100 m papillon en petit bassin en 2009). Elle a brillé dans les bassins sur les 4 nages et le 200 m papillon, avant de découvrir l’eau libre en 2017. Dans cette spécialité pratiquée en mer, lac et rivière, elle avait décroché son premier titre (sur 5 km) chez nous à Sarcelles », retrace Guy Canzano, le président de l’Aass Natation 95. « Désormais auréolée de 50 titres nationaux (toutes catégories et disciplines confondus), notre brillante na-geuse, entraînée par Philippe Lucas, souhaite devenir la première féminine française médaillée olympique en eau libre. En 2021 à Tokyo, ce sera son Graal à l’occasion de sa 3e participation aux Jo, à même pas 30 ans », poursuit-il.

Esprit solidaire

En attendant, la révélation des Mondiaux 2019 à Yeosu (3e sur 25 km et 4e sur 10 km) veut mener l’Aass Natation 95 à son troisième titre d’affilée de meilleur club français en eau libre. Suite aux compétitions annulées en raison du Covid-19, le Championnat de France sera décisif. Lara Grangeon y fera équipe aux côtés d’Axel Reymond (double champion du monde du 25 km) et de Claire Six (sélectionnée à l’Euro junior), les plus éminents pensionnaires d’un CAF de Sarcelles-Fontainebleau renforcé. L’Aas Sarcelles pourra aussi compter sur Clément Kukla et Léo Ouabdesselam (membres de l’équipe de France), Alissia Montebrun (championne de France junior 2019 sur 10 km), Lucas Falla (récent vainqueur U15 de la Coupe de France de 5 km à Savines-le-lac), ainsi qu’Élie Minguet, Gaspard Tramier et Eliott Garoux (jeunes recrues prometteuses).

(Julien BIGORNE / www.sportspassion95.fr)

 

Bonne reprise en eau libre

Lucas Falla (AAS Sarcelles Natation 95) a remporté chez les U15 le 5 km de l'EDF Aqua Challenge de Savines-le-lac.

 

- Victoire de Lucas Falla. La première compétition d’eau libre depuis l’annonce du confinement (15 mars) s’est tenue le 26 juillet à Savines-le-Lac, dans les Hautes Alpes. L’EDF Aqua Challenge d’Embrun a souri à nos nageurs. Lucas Falla (notre photo) a remporté le 5 km chez les U15 (10e au général) dans un chrono de 1h05’29. Sa sœur Prisca a terminé 2e du 3 km chez les 12-13 ans en 48’40. Thomas Merino, le fils de notre coach Magali, a pris une belle 8e place chez les U15 sur le 5 km dans un chrono d’1h27’21.

- Axel Reymond dans le top 10. Suite à un stage de 25 jours à Font-Romeu (Pyrénées-Orientales), Axel Reymond, double champion du monde du 25 km, a trouvé la bonne allure aux Championnats d’Italie à Piombino. « Durant le stage, j’ai parcouru 480 km. Au sortir de la maison, j’effectuais un premier 4 km en étant à fond à 1’15 de moyenne au 100 m. Le dernier jour, j’en étais à une distance de 15 km à 1’08 de moyenne et un final à 59 secondes. J’ai senti l’évolution », expliquait-il sur sa page Instagram. En Toscane, le protégé de Magali Merino a terminé 8e du 2,5 km à 12’’3 de Marc-Antoine Olivier puis 7e du 5 km à 40’’ de Gregorio Paltrinieri, qui venait de battre quelques jours plus tôt le record d’Europe du 1 500 m. De son côté, Léo Ouabdesselam (17 ans) a fini 24e du 2,5 km et 35e du 10 km, résultats très honorables au vu du niveau et de la concurrence chez les seniors.

- Lara Grangeon prometteuse. On le sait Lara Grangeon, déjà qualifiée aux Jo de Tokyo sur 10 km, sera un atout précieux pour notre club lors des Championnats de France d’eau libre, du 26 au 28 septembre à Jablines (Seine-et-Marne). Sa reprise aux Championnats d’Italie à Piombino était donc particulièrement attendue. La protégée de Philippe Lucas n’a pas déçu, terminant 8e du 10 km à 19’’6 d’Arianna Bridi puis 12e du 2,5 km à 14’’8 de la Russe Kirpitchnikova, malgré des maux de ventre (Julien BIGORNE / www.sportspassion95.fr) 

 

 

S'abonner à ce flux RSS