Actualités

Jablines 2021 : Schouten se sublime

Marcel Schouten et Axel Reymond (JETS de Sarcelles) sur le ponton d'arrivée du 10 km de la finale de la Coupe de France d'eau libre 2021 (photo : Julien Bigorne)

 

Pour battre Axel Reymond sur le 10 km de la finale de Coupe de France d’eau libre, il fallait un homme fort, très fort. Le sociétaire des JETS de Sarcelles est en effet un spécialiste du bassin de Jablines (Seine-et-Marne). « J’avais remporté les éditions 2017 et 2019 de la course et décroché trois médailles aux Championnats de France qui s’y sont déroulés en 2020 », confirme le double champion du monde et triple champion d’Europe du 25 km. Néanmoins, hier matin, le protégé de Magali Merino est tombé sur un os : son coéquipier Marcel Schouten. Fair-play, il a salué sa victoire. « Dans le dernier tour, ça se voyait qu’il avait plus de jus que moi. Sa pointe de vitesse a été imparable ». Le Néerlandais réduit ainsi l’écart : 3-4. Axel l’avait devancé sur les 3 km et 10 km de Quiberon ; sur le 25 km d’Ohrid (trois courses qu’il a remporté) et sur le 10 km d’Ohrid (7e place). Marcel a ensuite inversé la tendance sur le 36 km Capri-Napoli, le 10 km de Barcelone et ici à Jablines.

« Avec Axel (Reymond), on se tire mutuellement vers le haut »

« Entre nous, il n’y a pas de mauvaise rivalité. Avec Axel, on se tire mutuellement vers le haut. À l’entraînement, en se mesurant, on met plus d’intensité dans nos séances. On parvient à repousser nos limites », relate Marcel Schouten, qui porta la première attaque du 10 km de Jablines. « J’ai pris un cap à gauche que seul Liam Ouardi (CS Monterelais) a tenté un temps de suivre. Tous les autres nageurs sont restés dans les pieds d’Axel, à droite. J’ai insisté et pris un peu d’avance jusqu’à la bouée n° 3. Mais là, de la buée a recouvert mes lunettes. Je n’y voyais plus rien. J’ai été obligé de stopper et de laisser les autres revenir », raconte-t-il.

Quadruplé des JETS de Sarcelles

Revenu sagement dans le peloton, il laissa deux autres JETS de Sarcelles entrer en action : Alexandre Verplaetse (2e la veille du 5 km) et Matthieu Magne (14e la veille du 10 km de Barcelone). Ses deux coéquipiers ont écrémé le peloton du 2e au 5e tour, faisant craquer tour à tour Noam Franchi (vainqueur de la Coupe de France), Jules Rémy (lauréat du 2,5 km du Défi Monte-Cristo), Julien Zinsmeister (champion du monde 2019 du 1000 m en eau glacée) puis Jean-Baptiste Clusman (vainqueur du 5 km de la finale). Dans l’ultime tour, Axel Reymond tenta de s’échapper. En vain. Marcel le devança de 2 secondes ; Alexandre Verplaetse (3e à 4’’) et Gaspard Tramier (4e à 12’’) assurant un quadruplé aux JETS de Sarcelles.

Une envergure internationale    

Par cette victoire, Marcel Schouten a confirmé sa forme actuelle et rappelé son envergure internationale. Le compagnon de Caroline Jouisse a en effet été champion d’Europe 2014 et vice-champion du monde 2015 du relais mixte aux côtés d’un certain Ferry Weertman (champion olympique 2016 à Rio). Il décrocha également des podiums en Coupe du monde : deux victoires sur la Traversée du Lac Saint-Jean au Canada (en 2018 sur 10 km et en 2019 sur 32 km), une 2e place sur la Capri-Napoli 2021, une médaille de bronze à Cancun au Mexique en 2014 et un chapelet de quatrièmes places…Sans oublier un top 10 (9e sur 25 km) à l’occasion de sa dernière participation aux Championnats du monde d’eau libre en 2017.

La bataille de Barcelone

La veille, il avait terminé 6e du 10 km de Barcelone, la course la plus dense depuis les JO de Tokyo. « Les trois médaillés des Jeux (Wellbrock, Raszovsky et Paltrinieri) étaient là. Ils ont fini dans les quatre premiers et je ne termine pas loin d’eux. C’est encourageant », confie Marcel. Axel (11e au final) aurait pu faire encore mieux. « Dans le dernier tour, j’étais 2e dans les pieds de Wellbrock lorsque j’ai été poussé par un concurrent. J’ai ainsi raté une bouée directionnelle. D’ordinaire, ça ne prêterai pas à conséquences. Mais à Barcelone, la règle est différente. Le juge-arbitre m’a obligé à faire demi-tour pour repasser la bouée. J’ai perdu 60 mètres et toutes chances de podium », regrette le Sarcellois, qui compte bien prendre sa revanche le week-end prochain à Piombino (Italie) avant de défendre sa place de leader de la Coupe du monde d’ultra-marathon le 21 novembre à Rosario (Argentine). Julien BIGORNE

 

Les résultats du 10 km de Jablines (finale de la Coupe de France d’eau libre)

Hommes : 1. Marcel Schouten (AAS Sarcelles Natation 95) 1h57’44 ; 2. Axel Reymond (AAS Sarcelles Natation 95) 1h57’46 ; 3. Alexandre Verplaetse (AAS Sarcelles Natation 95) 1h57’48 ; 4. Gaspard Tramier (AAS Sarcelles Natation 95 / Comité Départemental du Val-d’Oise) 1h57’56 ; 5. Jean-Baptiste Clusman (Lille Métropole) 1h58’40 ; 6. Matthieu Magne (AAS Sarcelles Natation 95) 2h00’47 ; 7. Julien Zinsmeister (Cercle des Nageurs de Paris) 2h00’57 ; 8. Valentin Duteil (AAS Sarcelles Natation 95) 2h02’09 ; 9. Malek Louissi (AAS Sarcelles Natation 95) 2h03’13 ; 10. Jules Rémy (Salon de Provence) 2h04’20 ; 11. Noam Franchi (Montpellier) 2h10’45 ; …16. Lucas Falla (AAS Sarcelles Natation 95 / Comité Départemental du Val-d’Oise) 2h15’51 ; 24. Tristan Calaber (CN Le Plessis-Robinson) 2h32’13. – 26 classés (1 hors-délai et 13 abandons).

 

Jablines 2021 : Schouten se sublime

Marcel Schouten et Axel Reymond (JETS de Sarcelles) sur le ponton d'arrivée du 10 km de la finale de la Coupe de France d'eau libre 2021 (photo : Julien Bigorne)

 

Pour battre Axel Reymond sur le 10 km de la finale de Coupe de France d’eau libre, il fallait un homme fort, très fort. Le sociétaire des JETS de Sarcelles est en effet un spécialiste du bassin de Jablines (Seine-et-Marne). « J’avais remporté les éditions 2017 et 2019 de la course et décroché trois médailles aux Championnats de France qui s’y sont déroulés en 2020 », confirme le double champion du monde et triple champion d’Europe du 25 km. Néanmoins, hier matin, le protégé de Magali Merino est tombé sur un os : son coéquipier Marcel Schouten. Fair-play, il a salué sa victoire. « Dans le dernier tour, ça se voyait qu’il avait plus de jus que moi. Sa pointe de vitesse a été imparable ». Le Néerlandais réduit ainsi l’écart : 3-4. Axel l’avait devancé sur les 3 km et 10 km de Quiberon ; sur le 25 km d’Ohrid (trois courses qu’il a remporté) et sur le 10 km d’Ohrid (7e place). Marcel a ensuite inversé la tendance sur le 36 km Capri-Napoli, le 10 km de Barcelone et ici à Jablines.

« Avec Axel (Reymond), on se tire mutuellement vers le haut »

« Entre nous, il n’y a pas de mauvaise rivalité. Avec Axel, on se tire mutuellement vers le haut. À l’entraînement, en se mesurant, on met plus d’intensité dans nos séances. On parvient à repousser nos limites », relate Marcel Schouten, qui porta la première attaque du 10 km de Jablines. « J’ai pris un cap à gauche que seul Liam Ouardi (CS Monterelais) a tenté un temps de suivre. Tous les autres nageurs sont restés dans les pieds d’Axel, à droite. J’ai insisté et pris un peu d’avance jusqu’à la bouée n° 3. Mais là, de la buée a recouvert mes lunettes. Je n’y voyais plus rien. J’ai été obligé de stopper et de laisser les autres revenir », raconte-t-il.

Quadruplé des JETS de Sarcelles

Revenu sagement dans le peloton, il laissa deux autres JETS de Sarcelles entrer en action : Alexandre Verplaetse (2e la veille du 5 km) et Matthieu Magne (14e la veille du 10 km de Barcelone). Ses deux coéquipiers ont écrémé le peloton du 2e au 5e tour, faisant craquer tour à tour Noam Franchi (vainqueur de la Coupe de France), Jules Rémy (lauréat du 2,5 km du Défi Monte-Cristo), Julien Zinsmeister (champion du monde 2019 du 1000 m en eau glacée) puis Jean-Baptiste Clusman (vainqueur du 5 km de la finale). Dans l’ultime tour, Axel Reymond tenta de s’échapper. En vain. Marcel le devança de 2 secondes ; Alexandre Verplaetse (3e à 4’’) et Gaspard Tramier (4e à 12’’) assurant un quadruplé aux JETS de Sarcelles.

Une envergure internationale    

Par cette victoire, Marcel Schouten a confirmé sa forme actuelle et rappelé son envergure internationale. Le compagnon de Caroline Jouisse a en effet été champion d’Europe 2014 et vice-champion du monde 2015 du relais mixte aux côtés d’un certain Ferry Weertman (champion olympique 2016 à Rio). Il décrocha également des podiums en Coupe du monde : deux victoires sur la Traversée du Lac Saint-Jean au Canada (en 2018 sur 10 km et en 2019 sur 32 km), une 2e place sur la Capri-Napoli 2021, une médaille de bronze à Cancun au Mexique en 2014 et un chapelet de quatrièmes places…Sans oublier un top 10 (9e sur 25 km) à l’occasion de sa dernière participation aux Championnats du monde d’eau libre en 2017.

La bataille de Barcelone

La veille, il avait terminé 6e du 10 km de Barcelone, la course la plus dense depuis les JO de Tokyo. « Les trois médaillés des Jeux (Wellbrock, Raszovsky et Paltrinieri) étaient là. Ils ont fini dans les quatre premiers et je ne termine pas loin d’eux. C’est encourageant », confie Marcel. Axel (11e au final) aurait pu faire encore mieux. « Dans le dernier tour, j’étais 2e dans les pieds de Wellbrock lorsque j’ai été poussé par un concurrent. J’ai ainsi raté une bouée directionnelle. D’ordinaire, ça ne prêterai pas à conséquences. Mais à Barcelone, la règle est différente. Le juge-arbitre m’a obligé à faire demi-tour pour repasser la bouée. J’ai perdu 60 mètres et toutes chances de podium », regrette le Sarcellois, qui compte bien prendre sa revanche le week-end prochain à Piombino (Italie) avant de défendre sa place de leader de la Coupe du monde d’ultra-marathon le 21 novembre à Rosario (Argentine). Julien BIGORNE

 

Les résultats du 10 km de Jablines (finale de la Coupe de France d’eau libre)

Hommes : 1. Marcel Schouten (AAS Sarcelles Natation 95) 1h57’44 ; 2. Axel Reymond (AAS Sarcelles Natation 95) 1h57’46 ; 3. Alexandre Verplaetse (AAS Sarcelles Natation 95) 1h57’48 ; 4. Gaspard Tramier (AAS Sarcelles Natation 95 / Comité Départemental du Val-d’Oise) 1h57’56 ; 5. Jean-Baptiste Clusman (Lille Métropole) 1h58’40 ; 6. Matthieu Magne (AAS Sarcelles Natation 95) 2h00’47 ; 7. Julien Zinsmeister (Cercle des Nageurs de Paris) 2h00’57 ; 8. Valentin Duteil (AAS Sarcelles Natation 95) 2h02’09 ; 9. Malek Louissi (AAS Sarcelles Natation 95) 2h03’13 ; 10. Jules Rémy (Salon de Provence) 2h04’20 ; 11. Noam Franchi (Montpellier) 2h10’45 ; …16. Lucas Falla (AAS Sarcelles Natation 95 / Comité Départemental du Val-d’Oise) 2h15’51 ; 24. Tristan Calaber (CN Le Plessis-Robinson) 2h32’13. – 26 classés (1 hors-délai et 13 abandons).

 

Jets 1/10 - L'épopée de Falla

Revivez les dix temps forts du riche été 2021 des "Jets de Sarcelles", meilleur club français en eau libre depuis quatre ans. 

EPISODE 1 - LUCAS FALLA. Le 17 juillet à Granville. 

En l’espace de 10 semaines, Lucas Falla (16 ans) a décroché 15 podiums en juniors 2 et 5 médailles au scratch ! Sa deuxième place à Granville avait un goût de victoire.

 

Pour l’AAS Sarcelles Natation 95, Lucas Falla est l’exemple de la réussite de sa formation. Arrivé au club à 13 ans, entré au CAF de Sarcelles-Fontainebleau à 15 ans, le protégé de Magali Merino et de Simon Guérin multiple les exploits cette année. «En début de saison, il m’a fallu deux mois et demi d’adaptation pour encaisser des entrainements plus longs et des séances de 10 km. J’ai commencé à trouver mon rythme en février. Le déclic s’est vraiment produit le 13 juin, lorsque j’ai décroché le titre de champion de France junior 2 (16-17 ans) sur 25 km, après avoir décroché Noam Franchi au 16e km», raconte le spécialiste de la nage en eau libre, âgé de 16 ans. Dans la foulée, son été a été radieux. Du 5 juillet au 19 septembre, il a en effet décroché 15 podiums dans sa catégorie junior 2 et même 5 podiums au scratch.

Course en tête

«Ma meilleure course a été le 57e du Tour du Roc à Granville, le 17 juillet. C’était une compétition dans la baie du Mont-Saint-Michel, l’une des rares courses en mer du circuit de la Coupe de France d’eau libre». Sur ce 5 km, qui débute de l’avant-port normand pour contourner la vieille ville et rejoindre la plage du Plat Gousset, Lucas Falla a été en tête de bout en bout avec Liam Ouardi (lauréat du Défi de la Rance 2020) et Maxence Orange (sélectionné aux derniers Championnats d’Europe de Budapest qui était devenu recordman de France universitaire du 100 m dos en avril 2018 à Sarcelles)

À 7 dixièmes d’un succès au scratch

«Il y avait un peu de vague et la course s’effectuait en néoprène. Maxence a imposé le rythme tout le long et j’ai réussi à le battre au sprint. Mais Liam a eu un meilleur finish que moi et j’ai fini 2e à 10 secondes». Une place qu’il décrocha de nouveau à Dijon, mais sur 10 km, à 1’40 de Noam Franchi. «Finalement, je suis passé le plus près d’une victoire au général, le 21 août au Lac de Madine. Un 5 km, à mon retour de vacances». Ce jour-là, le Sarcellois tient tête à son rival montpelliérain Noam Franchi et au Parisien Julien Zinsmeister (champion du monde 2019 du 1 000 m en eau glacée). «Ça se joue à la touche : une 3e place…mais à seulement 7 dixièmes de secondes de la médaille d’or». Lucas a poursuivi sa belle épopée jusqu’aux épreuves du Lac de Saint-Pardoux. «J’ai fait partie des 9 nageurs de la sélection Ile-de-France, obtenant la 3e place sur le 10 km», savoure-t-il. Le 26 septembre, le sociétaire de l’AAS Sarcelles Natation 95 devrait monter sur la 2e marche du podium junior 2 du classement général de la Coupe de France d’eau libre. Julien BIGORNE   

Son été

15 podiums en juniors 2 et 5 podiums au scratch !

Résultats : 2e du Tour du Roc de Granville (5 km) le 17 juillet ; 2e à Dijon (10 km) le 5 septembre ; 3e de la Traversée du lac des Vieilles Forges aux Mazures (5 km) le 25 juillet ; 3e au Lac de Madine à Ronsard Lamarche (5 km) le 21 août ; 3e au Lac de Saint-Pardoux à Razès (10 km) le 18 septembre ; 4e à Choisy-au-Bac (10 km) le 15 juillet ; 5e à Creil (7,5 km) le 3 juillet ; 5e à Veretz (10 km) le 11 septembre ; 5e du Rad’Eau de Cherbourg (5 km) le 12 septembre ; 5e au Lac de Saint-Pardoux à Razès (15 km) le 19 septembre ; 6e à Choisy-au-Bac (5 km) le 14 juillet ; 6e de la Coupe du Causse à Lissac-sur-Couze (7,5 km) le 28 août ; 7e de la Traversée du Lac de Serre-Ponçon à Savines-le-Lac (3 puis 5 km) les 31 juillet et 1er août ; 8e de l’EDF Aqua Challenge de Paris (5 km) le 4 septembre.

 

Reymond brise la glace

Axel Reymond (au premier plan) devient champion de France et recordman de France du 1 000 m en eau glacée en 11'56''20 (photo : FFN).

 

Axel Reymond est double champion du monde du 25 km et triple champion du monde militaire en 2019 en eau libre. Autrement dit, un roc. Pourtant, le sociétaire de l’AAS Sarcelles Natation 95 s’attaquait à un réel défi, le 28 février à Samoëns (Haute-Savoie), en s’alignant sur le 1000 m des Championnats de France en eau glacée. Le protégé de Magali Merino n’avait encore jamais disputé de compétition de ce type, nécessitant d’évoluer dans une eau inférieure à 5°C uniquement vêtu d’un maillot de bain, d’un bonnet et de lunettes. «La veille, au Lac aux Dames, j’avais effectué un premier test sur 100 m, dans une eau à 3°C (10 degrés de moins que mon expérience la plus fraîche en eau libre). J’avais souffert et connu des douleurs indescriptibles aux mains. J’avais donc un peu peur pour le 1 000 m. Mon objectif était simplement de le finir ; jusque-là, seuls 18 Français y étaient parvenus depuis 2015», raconte le spécialiste de l’eau libre.

Première expérience en eau glacée

Le jour J, notre champion débute par un échauffement de 30 minutes (étirements et élastiques) dans un gymnase chauffé. Il rejoint ensuite la chambre d’appel vêtu de quatre couches de vêtements. Magali, son coach, l’accompagne en tant que chaperon jusqu’à la ligne d’eau du bassin de 25 m. Il a alors 5 secondes pour se dévêtir puis 5 secondes pour entrer dans l’eau à 4,6°C. Ses concurrents sont des spécialistes de la discipline qui ont l’habitude des bains de glace et des séances de cryothérapie ainsi que des entraînements mentaux en autohypnose. Le plus connu d’entre eux est Julien Zinsmeister, sacré champion du monde des 200 m, 450 m et 1000 m trois semaines plus tôt en Slovénie.

Titre et record nationaux

«Le départ brûle les mains et les pieds, mais ça part assez vite. Le froid vient alors et on a l’impression de nager avec des pagaies. Au bout de quelques minutes, le sang ne circule plus dans les avant-bras et aux extrémités des doigts. On en est réduit à balancer les coudes», décrit Axel. Après 200 m, le voilà seul en tête. Aux 500 m, il passe en 5’49, en avance sur les bases du record du monde. «Stéphane Lecat, le directeur national de l’eau libre, me faisait de grands signes. Je savais que j’étais en train de réaliser un gros chrono. Dans ces moments-là, on ressent une certaine euphorie». À l’arrivée, notre représentant est champion de France en 11’56’’20, améliorant d’1’21 le record de France de Julien Zinsmeister. Son chrono n’est qu’à 1’’20 du record du monde du Néerlandais Sven Elfferich. Il est aussi plus rapide que Petar Stoïchev, deux fois champion du monde de la spécialité.

(Julien BIGORNE / www.sportspassion95.fr)

 

Les confidences d'Axel

L’after drop. «Le plus impression-nant se passe après la sortie de l’eau. Au bout de dix minutes, on passe de l’euphorie à l’after drop ; la température du corps chute de 10 degrés. Pour contenir ce phé-nomène, on reçoit des serviettes chaudes et on passe dans un sauna chauffé à 70°C. Là, on connaît un état de tremblement sévère…L’immersion dans un ja-cuzzi achève enfin le processus de récupération», analyse Axel.

Un défi qui tombe à pic. «Je ne regrette pas d’avoir vécu cette expérience en eau glacée. Un défi qui tombait à pic entre l’épreuve de Coupe du monde d’eau libre de Santa Fé (finalement annulée) et la Coupe d’Europe d’Eilat. C’est sûr, sur le plan mental, je vais en tirer les bénéfices pour mes prochaines épreuves en eau libre», estime le sociétaire de l’Aas Sar-celles Natation 95, bien décidé à récupérer son titre européen sur 25 km (le 24 mai à Budapest) et à être le premier à remporter la même saison les classements gé-néraux des Coupes du monde d’eau libre (sur 10 km et ultra- marathon).

Propos recueillis par Julien BIGORNE

Reymond brise la glace

Axel Reymond (au premier plan) devient champion de France et recordman de France du 1 000 m en eau glacée en 11'56''20 (photo : FFN).

 

Axel Reymond est double champion du monde du 25 km et triple champion du monde militaire en 2019 en eau libre. Autrement dit, un roc. Pourtant, le sociétaire de l’AAS Sarcelles Natation 95 s’attaquait à un réel défi, le 28 février à Samoëns (Haute-Savoie), en s’alignant sur le 1000 m des Championnats de France en eau glacée. Le protégé de Magali Merino n’avait encore jamais disputé de compétition de ce type, nécessitant d’évoluer dans une eau inférieure à 5°C uniquement vêtu d’un maillot de bain, d’un bonnet et de lunettes. «La veille, au Lac aux Dames, j’avais effectué un premier test sur 100 m, dans une eau à 3°C (10 degrés de moins que mon expérience la plus fraîche en eau libre). J’avais souffert et connu des douleurs indescriptibles aux mains. J’avais donc un peu peur pour le 1 000 m. Mon objectif était simplement de le finir ; jusque-là, seuls 18 Français y étaient parvenus depuis 2015», raconte le spécialiste de l’eau libre.

Première expérience en eau glacée

Le jour J, notre champion débute par un échauffement de 30 minutes (étirements et élastiques) dans un gymnase chauffé. Il rejoint ensuite la chambre d’appel vêtu de quatre couches de vêtements. Magali, son coach, l’accompagne en tant que chaperon jusqu’à la ligne d’eau du bassin de 25 m. Il a alors 5 secondes pour se dévêtir puis 5 secondes pour entrer dans l’eau à 4,6°C. Ses concurrents sont des spécialistes de la discipline qui ont l’habitude des bains de glace et des séances de cryothérapie ainsi que des entraînements mentaux en autohypnose. Le plus connu d’entre eux est Julien Zinsmeister, sacré champion du monde des 200 m, 450 m et 1000 m trois semaines plus tôt en Slovénie.

Titre et record nationaux

«Le départ brûle les mains et les pieds, mais ça part assez vite. Le froid vient alors et on a l’impression de nager avec des pagaies. Au bout de quelques minutes, le sang ne circule plus dans les avant-bras et aux extrémités des doigts. On en est réduit à balancer les coudes», décrit Axel. Après 200 m, le voilà seul en tête. Aux 500 m, il passe en 5’49, en avance sur les bases du record du monde. «Stéphane Lecat, le directeur national de l’eau libre, me faisait de grands signes. Je savais que j’étais en train de réaliser un gros chrono. Dans ces moments-là, on ressent une certaine euphorie». À l’arrivée, notre représentant est champion de France en 11’56’’20, améliorant d’1’21 le record de France de Julien Zinsmeister. Son chrono n’est qu’à 1’’20 du record du monde du Néerlandais Sven Elfferich. Il est aussi plus rapide que Petar Stoïchev, deux fois champion du monde de la spécialité.

(Julien BIGORNE / www.sportspassion95.fr)

 

Les confidences d'Axel

L’after drop. «Le plus impression-nant se passe après la sortie de l’eau. Au bout de dix minutes, on passe de l’euphorie à l’after drop ; la température du corps chute de 10 degrés. Pour contenir ce phé-nomène, on reçoit des serviettes chaudes et on passe dans un sauna chauffé à 70°C. Là, on connaît un état de tremblement sévère…L’immersion dans un ja-cuzzi achève enfin le processus de récupération», analyse Axel.

Un défi qui tombe à pic. «Je ne regrette pas d’avoir vécu cette expérience en eau glacée. Un défi qui tombait à pic entre l’épreuve de Coupe du monde d’eau libre de Santa Fé (finalement annulée) et la Coupe d’Europe d’Eilat. C’est sûr, sur le plan mental, je vais en tirer les bénéfices pour mes prochaines épreuves en eau libre», estime le sociétaire de l’Aas Sar-celles Natation 95, bien décidé à récupérer son titre européen sur 25 km (le 24 mai à Budapest) et à être le premier à remporter la même saison les classements gé-néraux des Coupes du monde d’eau libre (sur 10 km et ultra- marathon).

Propos recueillis par Julien BIGORNE

 

 

Reymond en démonstration

Axel Reymond, double champion du monde du 25 km, a remporté les courses de 5 et de 10 km de la finale de la Coupe de France à Jablines (photo : Julien Bigorne / www.sportspassion95.fr)

 

Le 29 septembre, les conditions météo rappelaient vaguement son jour de gloire survenue le 19 juillet dernier dans la baie de Yeosu, en Corée du Sud. Comme lors de son second titre mondial décroché sur 25 km, Axel Reymond a retrouvé la pluie battante, le vent et une eau agitée à l’occasion de la course de 10 km de la finale de la Coupe de France d’eau libre à Jablines (Seine-et-Marne). Les conditions étaient propices à sa victoire sur sa compétition de prédilection ; son univers se situant à peine à une heure de là puisqu’il a grandi à Nandy, vit à Champagne-sur-Seine, s’entraîne à Fontainebleau et porte les couleurs de l’Association Amicale et Sportive de Sarcelles (Aass Natation 95).

Objectifs mondiaux

«Après mon sacre mondial, j’ai gardé ma forme et réussit de belles courses : 1er sur 25 km et 2e sur 10 km à la Coupe du monde d’Ohrid en Macédoine du Nord ; 1er sur 5 km (devant Marc-Antoine Olivier) et sur 7,5 km à Millau ; 2e sur 10 et 2,5 km à Paris et 2e sur 5 km à Nice. Hier (samedi), sur le 5 km, mes rivaux se sont trompés de trajectoire dans le dernier tour. À ce moment-là, j’ai accéléré et ils ne m’ont pas revu. Aujourd’hui (dimanche), sur le 10 km, disputé en combinaison néoprène, j’ai distancé Clément Batté (double champion d’Europe junior en 2017) au 7e km. Suite à mon accélération, j’ai fait l’impasse sur le dernier ravitaillement pour consolider mon avance, qui a atteint 1’40 à l’arrivée», raconte le protégé de Magali Merino, qui ne relâche pas la pression. «Du 21 au 25 octobre, je disputerai la première édition des Jeux Mondiaux militaires en eau libre, avec l’objectif de décrocher les trois titres (5 km, 10 km et relais)», confie le Sportif de Haut Niveau de la Défense, rattaché au bataillon de Joinville.

Sarcelles en tête

À son image, l’Aass Natation 95, leader d’une sélection du Val-d’Oise qui réunissait huit clubs, a imposé sa suprématie sur l’épreuve nationale de référence de Jablines, en décrochant 20 podiums. Sur le 5 km, Claire Six s’est imposée devant Clémence Coccordano (5e du dernier Euro junior à Racize) ; Clément Kukla (4e) s’est rassuré avant sa participation à la Coupe de la Méditerranée (Comen) les 5 et 6 octobre à Larnaca (Chypre) ; Léo Ouabdesselam (5e), nouveau pensionnaire de l’Insep, a confirmé sa forme après ses succès à Annecy et à Sarreguemines ; et Mathieu Ben Rahou (6e) s’est testé en vue des Jeux Mondiaux de la plage (du 12 au 16 octobre à Doha, au Qatar). Sur 10 km, Malek Louissi (4e des Championnats Arabes 2019) a terminé à une belle 6e place, tandis que les nouveaux venus ont laissés une belle impression. Alexandre Verplaetse (3e) a en effet parachevé son succès au classement général de la Coupe de France et Matthieu Magne (4e) a réussi la plus belle course de sa jeune carrière.

(Julien Bigorne / www.sportspassion95.fr)

 

 

Lire aussi : le triomphe de l'Aas Sarcelles à Jablines - Alexandre Verplaetse rejoint Sarcelles - les résultats complets de la finale de Coupe de France à Jablines

 

 

 

 

Sarcelles triomphe à Jablines

Référence de l’eau libre hexagonale, l’Aas Sarcelles Natation 95 a dominé la finale de la Coupe de France à Jablines. De g. à dr. : Aouad, G. et C. Canzano, Reymond, Magne, Merino, Louissi, Six, L. Falla, Bekar, Robinet, Ben Rahou et Verplaetse (photo : Julien Bigorne / www.sportspassion95.fr)

 

(Tous licenciés à l’Aas Sarcelles Natation 95, sauf mention).

Hommes

- 10 km : 1. Reymond (1er maître 1 / M1) ; 2. Batté (Cnvs, 1er junior 3 / J3) ; 3. Verplaetse (2e J3) ; 4. Magne (1er J2) ; 5. Zinsmeister (Cs Meaux) ; 6. Louissi (3e J3) ; 7. Ben Rahou ; 30. Bekar (6e J1).

- 5 km : 1. Reymond (1er M1) ; 2. Batté (Cnvs, 1er J3) ; 3. Wallart (Dunkerque, 1er J2) ; 4. Kukla (2e J2) ; 5. Ouabdesselam (3e J2) ; 6. Ben Rahou ; 8. Louissi (3e J3) ; 12. Magne (4e J2) ; 44. Bekar (15e J1) ; 60. L. Falla (23e J1) ; 64. Gamarre (Cergy-Pontoise, 25e J1) ; 65. Merino (26e J1).

- 2,5 km : 1. Lesprit (Cn Paris) ; 12. Gamarre (Cergy-Pontoise, 5e J1) ; 14. Falla (6e J1) ; 49. Robinet (7e M2) ; 53. Bente (Louvres-Roissy-Survilliers, 2e M1) ; 60. Dupont (Cergy-Pontoise, 3e M1)

- 1,5 km : 1. Condette (Versailles) ; 4. Million (As Herblay / Ash, 1er J2) ; 14. Noirbent (Ash) ; 59. Guillard (Saint-Leu Plessis, 7e M2) ; 62. Gue (Ash, 6e J3).

Femmes

- 10 km : 1. Coccordano (Lille, 1er J1) ; 2. Six (1re J2) ; 3. Naessens (Belgique, 1re M1)

- 5 km : 1. Six (1re J2) ; 2. Coccordano (Lille, 1re J1) ; 3. Bruneau (Lille) ; 43. Despouy (Franconville, 3e M1) ; 55. Cocault (10e en - 14 ans).

- 2,5 km : 1. Vasquez (Massy) ; 54. P. Falla (10e en - 14 ans) ; 61. Colombani (3e en M2) ; 63. Ricordeau ; 73. Chuzel (Cnvm, 6e M2)

- 1,5 km : 1. Burger (Versailles) ; 7. Mat. Migné (Ash, 3e en - 14 ans) ; 9. Liévin (Ash, 3e en J1) ; 26. Mar. Migné (Ash, 7e J1) ; 33. Richert (Ash, 8e J1) ; 34. P. Falla (19e en - 14 ans).

Synthèse réalisée par Julien Bigorne / www.sportspassion95.fr

 

 

Reymond en démonstration

Axel Reymond, double champion du monde du 25 km, a remporté les courses de 5 et de 10 km de la finale de la Coupe de France à Jablines (photo : Julien Bigorne / www.sportspassion95.fr)

 

Le 29 septembre, les conditions météo rappelaient vaguement son jour de gloire survenue le 19 juillet dernier dans la baie de Yeosu, en Corée du Sud. Comme lors de son second titre mondial décroché sur 25 km, Axel Reymond a retrouvé la pluie battante, le vent et une eau agitée à l’occasion de la course de 10 km de la finale de la Coupe de France d’eau libre à Jablines (Seine-et-Marne). Les conditions étaient propices à sa victoire sur sa compétition de prédilection ; son univers se situant à peine à une heure de là puisqu’il a grandi à Nandy, vit à Champagne-sur-Seine, s’entraîne à Fontainebleau et porte les couleurs de l’Association Amicale et Sportive de Sarcelles (Aass Natation 95).

Objectifs mondiaux

«Après mon sacre mondial, j’ai gardé ma forme et réussit de belles courses : 1er sur 25 km et 2e sur 10 km à la Coupe du monde d’Ohrid en Macédoine du Nord ; 1er sur 5 km (devant Marc-Antoine Olivier) et sur 7,5 km à Millau ; 2e sur 10 et 2,5 km à Paris et 2e sur 5 km à Nice. Hier (samedi), sur le 5 km, mes rivaux se sont trompés de trajectoire dans le dernier tour. À ce moment-là, j’ai accéléré et ils ne m’ont pas revu. Aujourd’hui (dimanche), sur le 10 km, disputé en combinaison néoprène, j’ai distancé Clément Batté (double champion d’Europe junior en 2017) au 7e km. Suite à mon accélération, j’ai fait l’impasse sur le dernier ravitaillement pour consolider mon avance, qui a atteint 1’40 à l’arrivée», raconte le protégé de Magali Merino, qui ne relâche pas la pression. «Du 21 au 25 octobre, je disputerai la première édition des Jeux Mondiaux militaires en eau libre, avec l’objectif de décrocher les trois titres (5 km, 10 km et relais)», confie le Sportif de Haut Niveau de la Défense, rattaché au bataillon de Joinville.

Sarcelles en tête

À son image, l’Aass Natation 95, leader d’une sélection du Val-d’Oise qui réunissait huit clubs, a imposé sa suprématie sur l’épreuve nationale de référence de Jablines, en décrochant 20 podiums. Sur le 5 km, Claire Six s’est imposée devant Clémence Coccordano (5e du dernier Euro junior à Racize) ; Clément Kukla (4e) s’est rassuré avant sa participation à la Coupe de la Méditerranée (Comen) les 5 et 6 octobre à Larnaca (Chypre) ; Léo Ouabdesselam (5e), nouveau pensionnaire de l’Insep, a confirmé sa forme après ses succès à Annecy et à Sarreguemines ; et Mathieu Ben Rahou (6e) s’est testé en vue des Jeux Mondiaux de la plage (du 12 au 16 octobre à Doha, au Qatar). Sur 10 km, Malek Louissi (4e des Championnats Arabes 2019) a terminé à une belle 6e place, tandis que les nouveaux venus ont laissés une belle impression. Alexandre Verplaetse (3e) a en effet parachevé son succès au classement général de la Coupe de France et Matthieu Magne (4e) a réussi la plus belle course de sa jeune carrière.

(Julien Bigorne / www.sportspassion95.fr)

 

 

S'abonner à ce flux RSS