Actualités

Meeting Francily : Jouissif !

Auréolés de 13 médailles, les JETS de Sarcelles ont marqué de leur empreinte le Meeting national Francily. De g. à dr., debout : Bejaoui, Fallet, Tuset, L. Falla, Verplaetse, C. Canzano, Reymond, Merino, G. Canzano et Schouten. Devant : Hossi-Burnier, P. Falla, Hasani, Duteil, Jouisse, L. et S. Guérin (photo : Julien Bigorne)

 

Le 18 février au centre aquatique Christiane et Guy Canzano, les JETS de Sarcelles ont organisé pour la Ligue Ile-de-France de natation le Meeting national Francily. Cette compétition, qui a bénéficié du concours d’un jury de 40 personnes et des partenaires Arena et Eurocom, aura réuni 410 nageurs venus de 76 structures. Le club valdoisien l’a abordée le cœur léger ayant appris quelques heures plus tôt les sélections de ses sociétaires Caroline Jouisse (sur 10 km et 25 km) et Axel Reymond (sur 25 km) pour les Championnats du monde d’eau libre à Budapest (Hongrie). Ses deux leaders, lauréats de la Coupe du monde d’ultra-marathon (spécialité pratiquée en lac, mer et rivière), ont contribué à son vif plaisir.

JETS en fête

Caroline a en effet survolé le 800 m en 9’07, reléguant sa dauphine à 18 secondes. Sur le 1 500 m, Axel a, quant à lui, longtemps tenu tête au Versaillais Alexis Vandevelde (le récent champion de France du 5 km indoor). Troisième en 15’39, il a été dépassé dans l’ultime longueur par son coéquipier Marcel Schouten (qui devra réaliser un chrono de 4h52’52 sur 25 km en bassin le 6 mars à Fontainebleau pour se qualifier aux Mondiaux en eau libre). « Notre club, qui comptait 19 représentants, a décroché 32 finales A ou équivalents (tops 8) et 13 podiums. C’est encourageant au vu de la concurrence présente. Nous avons réalisé un beau triplé sur le 800 m (Samy Ferchichi 1er, Gaspard Tramier 2e, Lucas Falla 3e) et nos juniors 1-2 Eliott Garoux (sur 400 m et 800 m nage libre) et Prisca Falla (sur 200 m brasse) se sont imposés dans leur catégorie d’âge », retient Guy Canzano, président des JETS de Sarcelles.

Hauts chronos

« Le Meeting national Francily a tenu ses promesses. En 2 018, la sélection néerlandaise avait assuré le spectacle en décrochant 16 victoires. En 2 019, quatre meilleures performances françaises (MPF) y avaient été établies. Cette fois, c’est la densité des hauts chronos qui a marqué les esprits », a déclaré Lazreg Benelhadj, président de la Ligue Ile-de-France de natation. Au premier rang d’entre eux : les 28’’28 de Mary-Ambre Moluh sur 50 m dos. La Cristolienne, vice-championne d’Europe junior 2 021 sur 100 m dos et 4 x 100 m 4 nages, venait de réaliser la MPF des 17 ans sur 100 m dos à Amiens. Auteur du triplé en brasse, Carl Aitkaci (Étoiles du 92), double champion de France élite, a sorti un excellent 1’02’’30 sur 100 m brasse. Enfin, la triple championne de France junior 2 021 de l’Es Massy Zoé Carlos-Broc (autrice d’un bilan record – 9 finales A, 7 médailles, 5 victoires) et le champion du monde 2 011 du 100 m dos Jérémy Stravius (2e sur 50 m dos et sur 50 m papillon, à 33 ans) ont fait partie des héros de la compétition et ont été récompensés par Adam Macdouglas, directeur général de la Ligue. Julien BIGORNE

 

>>> L'article paru dans La Gazette du Val-d'Oise du 23 février 2022

>>> Les résultats complets

>>> Les résultats des JETS de Sarcelles

5 km : record national pour Schouten

Marcel Schouten (JETS de Sarcelles) est le nouveau recordman des Pays-Bas du 5 km indoor (photo : Julien Bigorne)

 

Le 29 janvier au Centre aquatique Christiane et Guy Canzano, Marcel Schouten a battu, à 28 ans, le premier record des Pays-Bas de sa carrière. À l’occasion des Championnats de France, qu’il a achevé à la 4e place, le sociétaire des JETS de Sarcelles a couvert les 5 kilomètres en indoor en 53’52’’93, soit 14 secondes de mieux que Maarten van der Weijden (champion olympique du 10 km à Pékin en 2008). Le précédent record néerlandais datait du 15 février 2008 et même Ferry Weertman (champion olympique 2016 du 10 km) ne l’avait pas amélioré.

Record des Pays-Bas battu de 14 secondes

«Je revenais d’un quatre semaines de stage en altitude dans les Pyrénées. Je n’étais pas spécialement préparé pour cette course et je n’avais aucune idée de ce que j’étais capable réaliser. Un chrono sous les 55 minutes me semblait déjà parfait au vu de ma préparation», a confié Marcel. «Après les premiers 1 500 mètres, j’étais d’ailleurs loin derrière. Mais j’ai bien récupéré. À un moment donné, j’ai commencé à dépasser des nageurs, à ma grande surprise. Et je n’ai fait qu’accélérer jusqu’au bout». Le protégé de Magali Merino a réussi un négative split, avec une deuxième partie de course plus rapide que la première. «Je ne me focalisais que sur les 100 mètres suivants à parcourir. Et ainsi de suite…Cette stratégie a bien fonctionné puisque j’ai réalisé les 100 derniers mètres en 59 secondes». Marcel Schouten a réalisé là le plus grand exploit de sa carrière, en bassin. En eau libre, il avait été champion d’Europe 2014 et vice-champion du monde 2015 du relais mixte mais aussi vainqueur de la Traversée du Lac Saint-Jean, au Canada (sur 10 km en 2018 et sur 32 km en 2019) et de la Capri-Napoli, en Italie (sur 36 km en 2020). Julien BIGORNE

 

Le top 10 néerlandais sur 5 km indoor : 1. Marcel Schouten (53’52, le 29/01/2022 à Sarcelles) ; 2. Maarten Van der Weijden (54’06, en 2008 à Eindhoven) ; 3. Alex Schelvis (54’16, en 2007 à Eindhoven) ; 4. Jorgos Skotadis (55’31, en 2017) ; 5. Job Keinhuis (55’39, en 2008) ; 6. Lars Bottelier (55’39, en 2019) ; 7. Chad Michau (56’18, en 2017) ; 8. Robin den Boer (56’39, en 2009) ; 9. Pepijn Smits (57’03, en 2014) ; 10. Max Visser (57’08, en 2019).

 

Mondiaux de Budapest : le programme

Caroline Jouisse, Axel Reymond, la coach Magali Merino et Marcel Schouten représentent les JETS de Sarcelles aux Mondiaux de Budapest (photo : Julien Bigorne)

 

Un événement en chasse un autre. Après la fin prématurée des Championnats de France d’eau libre, place aux Mondiaux de Budapest. Ce grand rendez-vous débute dès le 19 juin pour les JETS et s’achèvera le 30 juin. En Hongrie, six Sarcellois seront en lice, soit la plus grande délégation pour un club français (devant Marseille, Toulouse ou Amiens). Les objectifs sont multiples. Par ordre d’apparition :

> Jordan Pothain dispute sa dernière compétition internationale après sept années au plus haut niveau, deux participations aux Jeux Olympiques et huit titres nationaux. Il va tenter d’entrer en finale sur 200 m nage libre et sur 4x200 m nage libre.

> À 21 ans, Hector Pardoe vise un top 10 en eau libre (sur 5 et 10 km) après une participation aux JO de Tokyo, qui se solda par un grave accident à l’œil. Onzième à Setubal et douzième à Piombino sur 10 km, le Britannique a prouvé qu’il en a les moyens.

> Qualifiée in extremis pour les JO de Tokyo, Krystyna Panchishko veut faire la fierté de son pays (l’Ukraine) et de son club (les JETS). Objectif : top 20 sur 5 et 10 km.

> Caroline Jouisse fait ici son grand retour en équipe de France, six ans après sa médaille de bronze sur 25 km aux Championnats d’Europe d’Hoorn. Lauréate du Grand Prix FINA 2021 (Coupe du monde d’ultra-marathon en eau libre), la protégée de Magali Merino reste sur six mois fabuleux marqués par d’excellents résultats tant sur 25 km ou plus (1er à Naples, 2e à Ohrid) que sur 10 km (3e à Ohrid, 5e à Abu Dhabi). Elle vise une médaille sur 10 km et sur 25 km.    

> Marcel Schouten fait son grand retour dans l’équipe des Pays-Bas, sept ans après son titre de vice-champion du monde en relais à Kazan. Engagé sur 25 km, sa deuxième place au Grand FINA 2021 prouve qu’il peut battre les tout meilleurs.

> Axel Reymond vise un troisième titre mondial consécutif sur 25 km. Ce défi parle de lui-même…Le Sarcellois peut entrer dans l’histoire et se rapprocher des légendes tels que l’Allemand Thomas Lurz (7 titres mondiaux sur 5 km) et la Néerlandaises Edith Van Dijk (15 médailles mondiales). Julien BIGORNE

 

Le programme des JETS de Sarcelles

Dimanche 19 juin à 9H51 : 200 m nage libre / séries (Jordan Pothain)

Dimanche 19 juin à 19H14 : 200 m nage libre / demi-finales (Jordan Pothain)

Jeudi 23 juin à 10h14 : 4x200 m nage libre / séries (Jordan Pothain)

Jeudi 23 juin à 19h41 : 4x200 m nage libre / finale (Jordan Pothain)

Lundi 27 juin à 9H : 5 km masculin (Hector Pardoe)

Lundi 27 juin à 11H : 5 km féminin (Krystyna Panchishko)

Mercredi 29 juin à 8H : 10 km féminin (Caroline Jouisse, Krystyna Panchishko)

Mercredi 29 juin à 12H : 10 km masculin (Hector Pardoe)

Jeudi 30 juin à 9H : 25 km féminin (Caroline Jouisse)

Jeudi 30 juin à 9H : 25 km masculin (Axel Reymond, Marcel Schouten)

 

>>> Tous les horaires

 

 

 

 

France d'eau libre : un doublé en relais

Les JETS de Sarcelles ont réussi un doublé inédit sur le relais 4x1250 m aux Championnats de France d'eau libre (photo : DR)

 

Le 17 juin au Canet-en-Roussillon, les JETS de Sarcelles ont réussi une performance inédite aux Championnats de France en eau libre : un doublé sur le relais 4x1250 mètres. Son équipe n° 1, composée de Lucie Christophe (lauréate du relais de la COMEN en 2021), Gaspard Tramier (champion de France junior 3 sur 5 km en 2021), Lara Grangeon-De Villele (vice-championne d’Europe du 25 km en 2021) et Léo Ouabdesselam (champion d’Europe junior 2018 sur 5 km), a remporté la course en 49’56. Son équipe n° 2, composée de Prisca Falla (junior 1 prometteuse), Alexandre Verplaetse (vice-champion de France sur 25 km, la veille), Noémie Hossi Burnier et Clément Kukla (triple vainqueur de la COMEN en 2018), a terminé 2e à 2’20. Trois autres équipes du club, intégrant de jeunes nageurs de moins de 18 ans, ont respectivement fini 8e, 10e et 19e. Julien BIGORNE

 

>>> Les résultats complets

 

 

France d’eau libre : Grangeon revit

Lara Grangeon-De Villele (JETS de Sarcelles) est championne de France du 25 km en eau libre (photo : Stéphane Kempinaire / KMSP)

 

Trois mois après sa blessure à l’épaule qui a hypothéqué ses chances de qualification aux Mondiaux, Lara Grangeon-De Villele a réussi un retour gagnant à l’occasion du 25 km des Championnats de France en eau libre. Au Canet-en-Roussillon, la vice-championne d’Europe a relégué sa dauphine Morgane Dornic (lauréate du 32 km de la Traversée du Lac Saint-Jean 2019) à plus de 16 minutes.

Voici son entretien avec Adrien Cadot (journaliste de la FFN) après cette victoire.

 

Comment ça va ?

Ça va mieux (sourires). Après les Jeux, j’ai eu un long moment de réflexion. Je me demandais ce que je voulais faire. J’ai finalement décidé de repartir avec l’objectif de Paris 2024. J’ai donc participé à l’étape de Coupe du monde d’Abu Dhabi en décembre 2021 et ça s’est d’ailleurs plutôt bien passé pour moi (4ème du 10 km). Cela m’avait permis d’engranger de la confiance avant le 10 km en Martinique où se jouait la qualification pour les échéances internationales de l’année. Malheureusement, j’ai pris un coup pendant la course et subi une rupture du tendon du supra-épineux (épaule droite). J’ai été arrêtée un bon moment.

Comment s’est déroulée ta convalescence ?

Je me suis entretenue. J’ai fait du vélo, de la course à pied, tout ce qui m’était possible de faire pour garder une bonne forme physique. Mais quand on ne peut pas faire ce qu’on aime, c’est toujours long et délicat. Il y a environ trois semaines, j’ai pu reprendre l’entraînement dans l’eau et je sentais que ça allait de mieux en mieux. C’est pour cette raison que j’ai souhaité m’aligner sur le 25 km des championnats de France de Canet-en-Roussillon. C’est une course que j’affectionne, celle qui m’a permis d’entrer en équipe de France d’eau libre en 2017. C’est certes une longue course, mais avec moins de contact et d’intensité. Je savais que ça pouvait me convenir par rapport à ma forme actuelle. Je me suis bien amusée. Au début, on a fait la course avec les garçons. J’ai pris du plaisir.

Comment ça se passe ton entraînement ?

Ça se passe bien. Je m’entraîne avec Michel Pou. Je suis dans le groupe avec Lisa (Pou, membre de l’équipe de France d’eau libre) et aussi des garçons qui font de l’eau libre. Il y a une bonne dynamique. J’ai été blessée donc je n’ai pas pu m’entraîner avec eux pendant une longue période. En janvier, j’avais également été faire un stage à Toulouse. Pour le moment, je découvre encore leur fonctionnement mais je suis assez autonome aussi. J’adore courir et je continue à le faire. J’ai 30 ans et je pense me connaitre de mieux en mieux. C’est un atout supplémentaire.

As-tu douté ou eu l’envie de mettre un terme à ta carrière durant cette période ?

Des moments de doute, il y en a en permanence, même quand tout va bien. J’ai tout quitté pour la natation. À 15 ans, je suis arrivée en métropole et je sais pourquoi je l’ai fait. J’ai toujours voulu décrocher une médaille olympique et je n’y suis pas encore parvenue. J’ai d’abord été médaillée aux championnats de France, puis aux Euro et enfin aux Mondiaux. Il me manque cette médaille olympique et c’est ce qui m’anime. C’est difficile de tourner une page sans avoir atteint son objectif. Je ne sais pas si j’y arriverais un jour, mais Paris 2024, c’est ma dernière chance.

Finalement, dans cette olympiade raccourcie, cette blessure est tombée au moins mauvais moment.

Il n’y a pas de bonne année pour être blessée. Mais là j’ai eu ma coupure et je débute ma saison. Je vais peut-être pouvoir rattraper mon retard sur les autres filles qui vont s’arrêter cet été. J’ai été très bien prise en charge pour ma blessure. Je ne veux pas précipiter les choses. Je vais aussi effectuer mon retour en bassin à l’occasion des Jeux Méditerranéens à Oran (fin juin) où je vais nager le 200 m papillon et le 400 m 4 nages. On verra bien ce que ça donne mais ça me fait plaisir de représenter mon pays.

Comment t’es-tu préparée pour cette compétition ?

Mardi dernier, j’ai décidé de m’inscrire sur le 25 km. Le lendemain j’ai donc fait un 10x1500 m. J’ai pu compter sur des super partenaires d’entraînement qui tournait tous les 400 m donc je nageais dans les pieds. J’ai fait ça avec des ravitaillements pour voir si j’étais capable de tenir un 25 km.

Avais-tu peur de ne pas tenir la distance ?

Si je ne m’étais pas du tout entretenue je ne me serais pas inscrite. Je savais que physiquement j’avais les capacités de le faire. Je ne prendrais pas le départ du 5 et du 10 km parce qu’il y a beaucoup de filles et qu’il risque d’y avoir des contacts. Tout s’est arrêté brutalement et j’appréhende encore un peu de retrouver ces circonstances de course. Il faudra que je le fasse parce qu’il y a la coupe du monde de Paris le 10 juillet et j’aimerais bien y participer. Je partirai au contact très prochainement.

Comment va s’organiser ton été ?

Je n’ai pas prévu de couper cet été. J’ai demandé de participer à Paris, ensuite il y a une étape de l’EDF Aqua Challenge à Vichy, ensuite il y a l’Open d’été, puis Annecy, pourquoi pas une étape de coupe du monde au Canada. Je veux être au contact de mes concurrentes le plus vite possible. Pour moi, c’est un début de saison.

 

France juniors : Ferchichi en bronze

Samy Ferchichi (JETS de Sarcelles) médaillé de bronze en J3 sur 400 m nage libre aux Championnats de France juniors de Chalon-sur-Saône (photo : Julien Bigorne)

 

Le 24 mai à Chalon-sur-Saône, Samy Ferchichi a décroché la médaille de bronze sur 400 m nage libre aux Championnats de France juniors, dans un chrono de 3’58’’36. Le sociétaire des JETS de Sarcelles, qui avait décroché quatre podiums  deux semaines plus tôt au meeting national de Metz (1er sur 400 m, 2e sur 800 m et 3e sur 200 m et 1 500 m nage libre), a également terminé 4e français sur 1 500 m nage libre en 16’06 et 5e sur 800 m nage libre en 8’26’’95. Sa coéquipière Lucie Christophe s’est adjugé une prometteuse quatrième place sur 200 m papillon. Julien BIGORNE

 

>>> Les résultats complets

>>> Les résultats des JETS de Sarcelles

Coupe d’Europe : de l’or à Eilat

Ici sur le podium aux côtés d'Aurélie Muller et Luca Vas, Caroline Jouisse (JETS de Sarcelles, au centre) a remporté le 5 km de la Coupe d'Europe d'Eilat, en Israel (photo : DR). 

 

Le 23 mars, Caroline Jouisse a décroché une victoire de prestige sur le 5 km de la Coupe d’Europe d’Eilat (Israël). La sociétaire des JETS de Sarcelles, sur un petit nuage depuis l’annonce de sa sélection aux Mondiaux de Budapest (Hongrie), a bouclé la distance en 55’55 et a devancé au sprint sa rivale française Aurélie Muller et les Hongroises Luca Vas (6e aux Mondiaux juniors 2018 de relais) et Anna Olasz (vice-championne du monde du 25 km en 2015).

Sur la course masculine, Axel Reymond (4e) s’est fait souffler le podium par le Hongrois Kristof Rasovszky, vice-champion olympique en titre. Julien BIGORNE

 

>>> Les résultats complets

Meeting national : les étincelles de Duteil

Ici sur le podium du 1 500 m nage libre aux côtés de son coéquipier Lucas Falla, Valentin Duteil (JETS de Sarcelles) a remporté le 800 m du Meeting national du Grand Chalon (photo : DR). 

Organisé du 11 au 13 février à Chalon-sur-Saône, le meeting national du Grand Chalon a permis à plusieurs JETS de Sarcelles d’affûter leurs armes avant les prochaines échéances (Meeting Francily, France N2, France élites…). Valentin Duteil a laissé la meilleure impression. Le protégé de Magali Merino a remporté le 800 m en 8’30’’29 (2’’5 devant Hugo Jean), fini 2e sur 1 500 m en 16’13’’41 (juste devant son coéquipier Lucas Falla, crédité d’un temps de 16’28’’48) et 3e sur 400 m nage libre en 4’07’’11.

Jordan Pothain s’est imposé sur 200 m nage libre en 1’49’’35, reléguant son dauphin, le Tunisien Ahmed Jouadi à 4’’5, avant de finir 3e sur 50 m papillon en 25’’10. On notera également la très belle prestation de Prisca Falla, 6e de la finale A du 200 m brasse en 2’51’’57, alors qu’elle n’est que junior 1. Julien BIGORNE

 

 

S'abonner à ce flux RSS