Actualités

Verplaetse grimpe d'un cran

Triplé sarcellois aux Championnats de France de 25 km. Alexandre Verplaetse (à droite) termine 2e derrière Axel Reymond (au centre) et devant Matthieu Magne (photo : Julien Bigorne / www.sportspassion95.fr)

 

Alexandre Verplaetse voulait remonter sur le podium national toutes catégories du 25 km. L’objectif est atteint. Le Sarcellois termine 2e Français : une place de mieux qu’en 2019. « La course a été difficile. En combinaison néoprène, je suis contraint de modifier ma nage et je fatigue plus vite des bras et des épaules. Je suis néanmoins resté dans le groupe de tête durant 15 km. J’ai ensuite dépensé beaucoup d’énergie pour répondre aux accélérations de Matthieu, que je bats au sprint ». Julien BIGORNE

 

Alexandre Verplaetse en bref. 20 ans. Sociétaire de l'Aas Sarcelles Natation 95. Entraîné par Magali Merino. Vainqueur de la Coupe de France d'eau libre 2019. 3e sur 25 km aux France en eau libre (2019). 2e sur 25 km aux Championnats de France en eau libre 2020 à Jablines.

 

Les résultats complets du 25 km

 

Le 28 septembre 2020 sur l'île de loisirs de Jablines (Seine-et-Marne)

Magne, Mag quatre !

Matthieu Magne (Aas Sarcelles Natation 95, au centre) est sacré champion de France junior 2 du 25 km devant son coéquipier Gaspard Tramier (à droite) et le Pierrelatois Valentin Duteil (photo : Julien Bigorne / www.sportspassion95.fr)

 

Au moment de monter sur la première marche du podium, son visage s’illumine. Le sourire de Matthieu Magne a tout de celui du chat du Cheshire, le personnage du roman ‘‘Alice au Pays des merveilles’’ de Lewis Caroll. Le sociétaire de l’Aass Sarcelles Natation 95 est, pour la première fois, champion de France (1er junior 2 sur 25 km). La récompense de trois ans d’efforts en eau libre et de progrès constants sous la houlette de Magali Merino. «J’avais dû abandonner l’an dernier le 25 km, en raison d’une hypothermie. Ce titre est une belle revanche », explique Matthieu, qui avait accompli son premier exploit en 2019, en remportant le 25 km Drakkar de Rouen devant Julien Zinsmeister (lauréat de la Coupe de France 2018).

Premier titre national

«J’ai suivi le groupe de tête durant plus de 10 km, m’assurant ensuite d’une avance sur mon coéquipier Gaspard (Tramier), 2e de ma catégorie. Dans le final, j’ai réussi à produire plusieurs accélérations. Mais Alexandre (Verplaetse) est toujours revenu et m’a doublé au sprint. Toutefois, finir 3e toutes catégories, en plus de mon titre de champion de France, est une énorme satisfaction», savoure Matthieu, qui avait été, les jours précédents, 2e de sa catégorie sur 5 et sur 10 km. Il fait partie des rares nageurs – avec Sacha Velly (Laon), Madelon Catteau (Toulouse) et Claire Six (Sarcelles) – à achever ces Championnats de France d’eau libre avec quatre médailles. Le jeune fan d’Axel Reymond a bien grandi. Il a eu le mérite de continuer à s’entraîner d’arrache-pied durant le confinement et de ne pas se décourager après sa blessure à l’épaule, survenue à la fin de son stage estival à Font-Romeu. Tout vient à point à qui sait attendre. Julien BIGORNE

 

Matthieu Magne en bref. 17 ans. Sociétaire de l'Aas Sarcelles Natation 95. Entraîné par Magali Merino. Lauréat du 25 km Drakkar de Rouen (2019). Quatre fois médaillé aux Championnats de France en eau libre 2020 à Jablines (1er sur 25 km et 2e sur 5 et 10 km en junior 2 et 3e sur 25 km en senior).

 

Les résultats complets du 25 km

 

Le 28 septembre 2020 sur l'île de loisirs de Jablines (Seine-et-Marne)

Reymond rejoint la légende

Axel Reymond est champion de France sur 25 km pour la huitième fois d’affilée, égalant ainsi le record de Stéphane Lecat, la « légende vivante » de l’eau libre française (photo : Julien Bigorne / www.sportspassion95.fr)

 

Dans la dernière ligne droite du plan d’eau de Jablines (Seine-et-Marne), Axel Reymond se retourne à quatre reprises et constate le gouffre qui le sépare de ses poursuivants. Une fois de plus, les conditions climatiques difficiles le mènent sur la voie du succès. Certes, les flots n’étaient pas aussi agités que l’an dernier à Yeosu (Corée du Sud), théâtre de son deuxième sacre mondial sur 25 km. Mais une eau à 17 °C, des averses récurrentes et un froid persistant lui ont tout de même mené la vie dure pour conquérir son 8e titre d’affilée de champion de France sur 25 km. Du même coup, le sociétaire de l’Aass Sarcelles Natation 95 égale le record de Stéphane Lecat. «Stéphane est la légende vivante de l’eau libre française, avec 4 victoires sur le marathon Santa Fé-Coronda (62 km en Argentine) et 3 succès sur la Traversée du Lac Saint-Jean (entre 32 et 40 km au Canada). Égaler l’une de ses références fait plaisir», savoure le protégé de Magali Merino, qui a conquis ce titre avec la manière.

8e titre national sur 25 km

«Je voulais battre les étrangers présents. L’Anglais Hector Pardoe, nageur de Montpellier, 3e des Mondiaux juniors 2016 sur 5 km, était rapide au sprint. Le Néerlandais Marcel Schouten, nageur de Bourges, venait de remporter la Capri-Napoli (un marathon international de 36 km) devant Mattéo Furlan et Alessio Occhipinti. J’avais affaire à deux concurrents en forme. Je devais les surprendre pour l’emporter».

Quadruplé sarcellois

Il les laisse ainsi s’épuiser à mener, restant 10 secondes derrière eux, jusqu’à deux tours de l’arrivée. Au passage du 13e des 15 tours, Axel zigzague, change de cap et porte une violente accélération. Ses rivaux ne pourront le rejoindre. «Ce titre s’accompagne d’un quadruplé français de notre club, avec Alexandre (Verplaetse) 2e, Matthieu (Magne) 3e et Gaspard (Tramier) 4e. C’est le point final rêvé pour ce Championnat de France», explique le double champion du monde du 25 km, qui, les jours précédents, avait conforté la 2e place de son relais mixte et décroché la 3e place sur 5 km (après avoir un temps lâché Marc-Antoine Olivier). Sans une erreur de compte de tours qui lui a coûté le podium sur le 10 km (5e après une attaque trop précoce), Axel aurait réalisé un sans-faute. Julien BIGORNE

 

Axel Reymond en bref. 26 ans. Sociétaire de l'Aas Sarcelles Natation 95. Entraîné par Magali Merino. Double champion du monde du 25 km en 2017 à Balaton / Hongrie et en 2019 à Yeosu / Corée du Sud ; triple champion du monde militaire à Wuhan / Chine (2019) ; champion d'Europe du 25 km en 2014 à Berlin / Allemagne et en 2016 à Hoorn / Hongrie ; vice-champion d'Europe du 5 km à Glasgow (2018) ; champion de France et recordman de France du 1 000 m en eau glacée (2020) ; 23 podiums nationaux en eau libre en l'espace de 10 ans ; 8 fois champion de France du 25 km (record de Stéphane Lecat égalé). Vainqueur sur 25 km, 2e sur 4x1250 m et 3e sur 5 km aux Championnats de France en eau libre à Jablines (2020).

 

Les résultats complets du 25 km

 

Le 28 septembre 2020 sur l'île de loisirs de Jablines (Seine-et-Marne)

Reymond conserve son titre mondial

La baie de Yeosu, à l’extrémité méridionale de la Corée du Sud, semble tout droit sorti d’une scène d’Apocalypse. Le déluge transperce un ciel d’encre et un vent violent souffle sans répit sur une mer agitée formant de fortes vagues. Jamais depuis leur création en 1991, les Mondiaux de natation en eau libre n’ont connu de conditions si dantesques pour une épreuve de 25 km. Nager près de 5 heures sous ces éléments déchaînés fait passer les 24 concurrents pour des forçats, des héros d’un autre temps. Le suspense, de surcroît, reste entier. À l’approche du chenal d’arrivée, ils sont encore six à viser le titre.

Course dantesque

Un sprint de 800 m s’engage. Le Russe Drattcev (3e en 2013 et 2017) cède le premier. Puis, l’Australien Edwards et les Italiens Ruffini (titré en 2015) et Occhipinti (2e aux Universiades sur 1 500 m). C’est alors qu’apparaît Axel Reymond, au coude-à-coude avec le Russe Belyaev (vice-champion d’Europe en titre). Jusqu’aux ultimes mètres, son rival semble conserver un léger avantage. Mais le sociétaire de l’Aas Sarcelles Natation parvient à l’instant décisif, à mieux s’extirper des flots et à déployer son immense bras gauche jusqu’à la plaque jaune d’arrivée. Photo-finish, quand même. Mais suspense de courte durée. Le Valdoisien est bien vainqueur pour 3 dixièmes de seconde… après 4h51’06 d’un effort à peine imaginable.

Immense exploit

Le 19 juillet, le protégé de Magali Merino est ainsi devenu le premier nageur depuis 17 ans (et le Russe Yury Kudinov, lauréat de 2000 à 2002) à conserver le titre mondial sur 25 km. Il est le seul Français à repartir avec la médaille d’or sur cette 19e édition des Mondiaux de nage en eau libre, réussissant là où Logan Fontaine et Aurélie Muller (2e sur 5 km), Marc-Antoine Olivier (2e sur 10 km) et Lara Grangeon (3e sur 25 km) avaient échoué de peu. Sa victoire, indispensable, a également placé la France sur le podium du classement des nations. «Je n’ai jamais vu des conditions comme ça, mais ce n’est que du bonheur, j’adore... En début de course, j’ai essayé de partir, mais il y avait trop de vagues. Au final, ça ne s’est joué à rien. Dans le chenal, je n’y croyais plus. Puis, j’ai fait une magnifique touche, je ne sais comment», raconte le nageur sarcellois, 20e sportif valdoisien sacré champion du monde élite en individuel depuis le régatier Jean-Claude Stafler en 1969.

«Axel a prouvé qu’il était un immense champion. Sur cette distance, qui nécessite un entraînement Xxl (4500 km par an) et une assiduité hors norme, il avait déjà été champion du monde (en 2017 à Balaton), champion d’Europe (en 2014 et en 2016) et 7 fois champion de France (entre 2012 et 2018). Et pourtant, il m’a épaté», confie Guy Canzano, le président de l’Aas Sarcelles Natation.

(Julien Bigorne / www.sportspassion95.fr)

Retrouvez l'article paru dans La Gazette du Val-d'Oise du 24 juillet 2019 et les photos de l'événement

 

Reymond, un mental de champion

«Ce n’est pas la première fois. Mais c’est toujours aussi bon. Meilleur ! Il y a encore la surprise, l’émotion». Le 19 juillet, Axel Reymond, nageur de l’Aas Sarcelles, savourait son deuxième titre de champion du monde sur 25 km. «Axel revient de loin. Depuis un an, il est passé par des moments difficiles : sa 4e place à l’Euro de Glasgow sur 25 km alors qu’il mena jusqu’au dernier kilomètre ; son jour sans à Eilat lors de la course pré-qualificative pour les Jo sur 10 km et puis son forfait aux France de 25 km à Brive en raison d’une blessure à l’épaule et d’une prostatite…Il fallait un mental de champion pour se relever de tout ça», souligne son président Guy Canzano.

«Nous remercions le président de la Fédération (Gilles Sezionale) et notre Directeur Technique National (Julien Issoulié) qui ont sélectionné Axel pour ces Mondiaux, malgré son forfait aux France à Brive. Leur marque de confiance a été couronnée de succès. L’énorme travail d’Axel, conclu par un stage à Millau, aussi», explique Magali Merino, son coach depuis 16 ans et pilier de son aventure à haut niveau. «Dans ce contexte, on comprend mieux la saveur de cette course, du combat mené et de la délivrance de son verdict. J’ai tout donné parce que je n’étais pas seul, parce que j’étais un rescapé, parce que c’était mon titre et que je n’étais pas décidé à le perdre !», conclut Axel Reymond.

(Julien Bigorne / www.sportspassion95.fr)    

Les résultats du 25 km

1. Axel Reymond (AASS) 4h51’06 ; 2. Kirill Belyaev (Russie) 4h51’06 ; 3. Alessio Occhipinti (Italie) 4h51’09 ; 4. Simone Ruffini (Italie) 4h51’14 ; 5. Kai Graeme Edwards (Australie) 4h51’17 ; 6. Evgenii Drattcev (Russie) 4h51’19 ; 7. Alberto Martinez (Espagne) 4h51’44 ; 8. Andreas Waschburger (Allemagne) 4h52’26 ; 9. Soeren Meissner (Allemagne) 4h52’52 ; 10. Gergely Gyurta (Hongrie) 4h52’57. – 22 classés. – Les résultats complets

 

Reymond, un mental de champion

Déjà titré en 2017 à Balaton (Hongrie), Axel Reymond est de nouveau champion du monde du 25 km en eau libre, au terme d'une course dantesque en Corée du Sud (photo : Julien Bigorne / www.sportspassion95.fr)

«Ce n’est pas la première fois. Mais c’est toujours aussi bon. Meilleur ! Il y a encore la surprise, l’émotion». Le 19 juillet, Axel Reymond, nageur de l’Aas Sarcelles, savourait son deuxième titre de champion du monde sur 25 km. «Axel revient de loin. Depuis un an, il est passé par des moments difficiles : sa 4e place à l’Euro de Glasgow sur 25 km alors qu’il mena jusqu’au dernier kilomètre ; son jour sans à Eilat lors de la course pré-qualificative pour les Jo sur 10 km et puis son forfait aux France de 25 km à Brive en raison d’une blessure à l’épaule et d’une prostatite…Il fallait un mental de champion pour se relever de tout ça», souligne son président Guy Canzano.

«Nous remercions le président de la Fédération (Gilles Sezionale) et notre Directeur Technique National (Julien Issoulié) qui ont sélectionné Axel pour ces Mondiaux, malgré son forfait aux France à Brive. Leur marque de confiance a été couronnée de succès. L’énorme travail d’Axel, conclu par un stage à Millau, aussi», explique Magali Merino, son coach depuis 16 ans et pilier de son aventure à haut niveau. «Dans ce contexte, on comprend mieux la saveur de cette course, du combat mené et de la délivrance de son verdict. J’ai tout donné parce que je n’étais pas seul, parce que j’étais un rescapé, parce que c’était mon titre et que je n’étais pas décidé à le perdre !», conclut Axel Reymond.

(Julien Bigorne / www.sportspassion95.fr)    

Les résultats du 25 km

1. Axel Reymond (AASS) 4h51’06 ; 2. Kirill Belyaev (Russie) 4h51’06 ; 3. Alessio Occhipinti (Italie) 4h51’09 ; 4. Simone Ruffini (Italie) 4h51’14 ; 5. Kai Graeme Edwards (Australie) 4h51’17 ; 6. Evgenii Drattcev (Russie) 4h51’19 ; 7. Alberto Martinez (Espagne) 4h51’44 ; 8. Andreas Waschburger (Allemagne) 4h52’26 ; 9. Soeren Meissner (Allemagne) 4h52’52 ; 10. Gergely Gyurta (Hongrie) 4h52’57. – 22 classés. – Les résultats complets

Lire l’article : « Reymond conserve son titre »

 

Reymond conserve son titre mondial

La baie de Yeosu, à l’extrémité méridionale de la Corée du Sud, semble tout droit sorti d’une scène d’Apocalypse. Le déluge transperce un ciel d’encre et un vent violent souffle sans répit sur une mer agitée formant de fortes vagues. Jamais depuis leur création en 1991, les Mondiaux de natation en eau libre n’ont connu de conditions si dantesques pour une épreuve de 25 km. Nager près de 5 heures sous ces éléments déchaînés fait passer les 24 concurrents pour des forçats, des héros d’un autre temps. Le suspense, de surcroît, reste entier. À l’approche du chenal d’arrivée, ils sont encore six à viser le titre.

Course dantesque

Un sprint de 800 m s’engage. Le Russe Drattcev (3e en 2013 et 2017) cède le premier. Puis, l’Australien Edwards et les Italiens Ruffini (titré en 2015) et Occhipinti (2e aux Universiades sur 1 500 m). C’est alors qu’apparaît Axel Reymond, au coude-à-coude avec le Russe Belyaev (vice-champion d’Europe en titre). Jusqu’aux ultimes mètres, son rival semble conserver un léger avantage. Mais le sociétaire de l’Aas Sarcelles Natation parvient à l’instant décisif, à mieux s’extirper des flots et à déployer son immense bras gauche jusqu’à la plaque jaune d’arrivée. Photo-finish, quand même. Mais suspense de courte durée. Le Valdoisien est bien vainqueur pour 3 dixièmes de seconde… après 4h51’06 d’un effort à peine imaginable.

Immense exploit

Le 19 juillet, le protégé de Magali Merino est ainsi devenu le premier nageur depuis 17 ans (et le Russe Yury Kudinov, lauréat de 2000 à 2002) à conserver le titre mondial sur 25 km. Il est le seul Français à repartir avec la médaille d’or sur cette 19e édition des Mondiaux de nage en eau libre, réussissant là où Logan Fontaine et Aurélie Muller (2e sur 5 km), Marc-Antoine Olivier (2e sur 10 km) et Lara Grangeon (3e sur 25 km) avaient échoué de peu. Sa victoire, indispensable, a également placé la France sur le podium du classement des nations. «Je n’ai jamais vu des conditions comme ça, mais ce n’est que du bonheur, j’adore... En début de course, j’ai essayé de partir, mais il y avait trop de vagues. Au final, ça ne s’est joué à rien. Dans le chenal, je n’y croyais plus. Puis, j’ai fait une magnifique touche, je ne sais comment», raconte le nageur sarcellois, 20e sportif valdoisien sacré champion du monde élite en individuel depuis le régatier Jean-Claude Stafler en 1969.

«Axel a prouvé qu’il était un immense champion. Sur cette distance, qui nécessite un entraînement Xxl (4500 km par an) et une assiduité hors norme, il avait déjà été champion du monde (en 2017 à Balaton), champion d’Europe (en 2014 et en 2016) et 7 fois champion de France (entre 2012 et 2018). Et pourtant, il m’a épaté», confie Guy Canzano, le président de l’Aas Sarcelles Natation.

(Julien Bigorne / www.sportspassion95.fr)

Retrouvez l'article paru dans La Gazette du Val-d'Oise du 24 juillet 2019 et les photos de l'événement

 

France en eau libre : doublé sarcellois sur 25 km

Claire Six et Maina Guillemin, médaillées d'or et d'argent aux Championnats de France juniors 2 de 25 km (photo : Julien Bigorne / www.sportspassion95.fr)

La Sarcelloise Claire Six se rendra également en République Tchèque cet été. Sur le 10 km féminin des France d’eau libre, la protégée de Magali Merino a décroché la seconde place qualificative en juniors 2, avec 30 secondes d’avance sur Madelon Catteau. Elle est ensuite devenue championne de France des 16-17 ans sur 25 km devant sa coéquipière Maina Guillemin, le 26 mai. «C’est mon cinquième titre national. Peut-être le plus beau. Ce n’était que mon second 25 km. J’ai suivi les meilleurs seniors jusqu’à la mi-course, avant de gérer. Cette course récompense mes 10 entraînements par semaine effectués ces deux derniers mois», savoure Claire. Avec 6 podiums dont 3 titres, l’Aas Sarcelles a terminé deuxième meilleur club français derrière l’armada de Montpellier. Il aurait pu conserver son leadership sans la blessure de Fanny Borer (forfait pour le relais), la prostatite d’Axel Reymond (non-partant pour le 25 km) et l’abandon de Léo Ouabdesselam sur le 10 km suite à la réception d’un mauvais coup.

(Julien Bigorne / www.sportspassion95.fr)

Les résultats complets

S'abonner à ce flux RSS