Actualités

EDF, partenaire engagé

L’EDF partenaire de la première opération de L’Académie de la Natation menée dans le Val-d’Oise. De g. à dr. : Guy Canzano, Ana de Sousa Rosa, Cédric Mocellin et Richard Martinez.

 

Depuis 15 ans, la natation est le pilier de l’engagement sportif du groupe EDF. Celui-ci contribue à la promotion et au développement de toutes les compétitions de la Fédération Française de Natation (FFN) mais aussi au soutien de quatre projets majeurs : l’EDF Aqua Challenge, la Nuit de l’eau, Swimming Heroes et L’Académie de la Natation. Le 25 octobre, Cédric Mocellin, chargé de communication Sponsoring sportif d’EDF, était ainsi exceptionnellement présent à Sarcelles, au Centre aquatique Christiane et Guy Canzano, car L’Académie de la Natation a fait escale pour la première fois dans le Val-d’Oise.

Académie de la Natation

« Le partenariat développé avec EDF sur cette opération permet à de nombreux enfants d’apprendre ou de perfectionner leur nage à leur rythme et en toute sécurité, et donc de prévenir les risques de noyade », explique Ana de Sousa Rosa, chargée de développement des pratiques à la FFN et bénévole au sein du Comité départemental du Val-d’Oise de natation. Cette première formation valdoisienne de L’Académie de la Natation a pris la forme d’un stage départemental conduit par Richard Martinez (Conseiller Technique National) et par Ana de Sousa Rosa.

Stage départemental

« Ce stage s’adressait à plus de 30 nageuses et nageurs âgés de 11 à 14 ans, issus du collectif jeunes du Val-d’Oise. Nous les avions sélectionnés pour ce stage suite à leurs prestations sur 50 m nage libre, 100 m 4 nages et un 100 m de spécialité, le 9 septembre à Ézanville », rappelle Guy Canzano, président du Comité départemental du Val-d’Oise de natation. « Il a également servi de support à la formation continue de trois entraîneurs ». Durant neuf séances de pratique, organisées du 24 au 28 octobre, les nageurs ont bénéficié du partage d’un savoir-faire élaboré et efficace pour leur évolution. « Ils ont travaillé le plongeon, les coulées de 15 mètres, le nombre de coups de bras et les immersions. Prouvant qu’il pouvait faire progresser rapidement des nageurs de différents niveaux de pratique, ce processus de formation en action a fait sens et a fédéré », conclut Ana de Sousa Rosa. Julien BIGORNE