Actualités

Jets 5/10 - Magne prend du galon

Revivez les dix temps forts du riche été 2021 des "Jets de Sarcelles", meilleur club français en eau libre depuis quatre ans. 

EPISODE 5 - MATTHIEU MAGNE le 28 août à la Coupe du monde de 10 km d'Ohrid

 

Le 26 septembre, Matthieu Magne retrouvera le site de Jablines (Seine-et-Marne), le site où il a découvert la natation en eau libre et s’est pris de passion pour cette discipline pratiquée en lac, mer et rivière. En l’espace de huit ans, le protégé de Magali Merino a connu une ascension vertigineuse. En septembre dernier, le sociétaire de l’AAS Sarcelles Natation 95 avait conquis trois podiums nationaux dans sa catégorie. Cette année, il a fait encore mieux : champion de France junior 3 et vice-champion de France toutes catégories sur 25 km (derrière Axel Reymond) et 2e junior 3 sur 5 km. Et le meilleur était encore à venir cet été.

Sélection en équipe de France A’

«J’ai débuté par une sélection en équipe de France A’ sur le 10 km de Quiberon. C’était une course de haut niveau, où j’ai beaucoup appris. Sur le 5e des 6 tours, Axel (Reymond) et Marcel (Schouten) se sont échappés sur la gauche. Je les ai suivi un temps mais leur cadence est devenue trop élevée et j’ai été repris par Alexandre (Verplaetse) et Logan (Fontaine). Dans le dernier tour, j’ai réussi à me faire oublier et à les distancer dans la dernière ligne droite pour sceller un triplé des Jets de Sarcelles». Le temps de souffler durant deux semaines et s’entraîner dans le bassin de 25 m de Moret-sur-Loing et le voilà en Macédoine du Nord, pour participer à sa première compétition internationale.

Deux tops 10 en Coupe du monde

«Le 25 km d’Ohrid était une traversée. Ça change tout, car il n’y a pas de ravitaillement sur un ponton. Nous étions suivis en bateau par une personne qui nous ravitaillait en nous tendant au bout d’une perche boissons énergisantes et topettes (des pochettes carrées de 25 grammes contenant un gel énergétique). Mon père (Cyril Magne) a tenu ce rôle et me ravitaillait tous les quarts d’heure. Il m’indiquait sur une ardoise le chiffre ‘‘5’’ et ça signifiait qu’il fallait ravitailler dans 5 minutes». Durant 20 km, Matthieu Magne a suivi le groupe de tête emmené par Marc-Antoine Olivier puis par Axel Reymond. «Tout allait bien jusqu’au moment où j’ai eu envie de faire pipi. C’est un problème que je dois régler car je n’arrive pas à faire en nageant. J’ai dû m’arrêter, ce qui m’a fait perdre du temps et je n’ai pas réussi à revenir», raconte le Sarcellois, 9e à 9 minutes d’un Axel Reymond victorieux.

«Une semaine plus tard, le 28 août sur le 10 km, j’ai réalisé une très bonne course et décroché un nouveau top 10 (9e). Je distance le Brésilien Allan Do Carmo (vice-champion du monde du relais en 2015 et 14e sur 10 km aux JO 2008) avant de finir à la touche avec Marcel (Schouten) qui me bat de deux dixièmes de secondes. Cette performance pourrait m’ouvrir les portes d’une sélection à la Coupe du monde d’Abu Dhabi ou de Doha», savoure Matthieu, qui a encore l’occasion de repousser ses limites, le 5 septembre, sur la Capri-Napoli.

Capri-Napoli au mental  

Cette course italienne de 36 km est LA référence de l’eau libre. «C’était ma troisième course en mer. Ce fut réellement compliqué. J’ai suivi le groupe de tête durant 3h30. Là, les Italiens ont attaqué et le peloton s’est scindé en deux. Axel et Marcel se sont retrouvés distancés et ont commencé à chasser. J’ai tenté de les suivre avant d’exploser au bout de 5 minutes. Je me suis retrouvé seul, dans des vagues qui montaient de plus en plus haut en raison d’orages sur la côte. Il restait encore 15 kilomètres. J’ai dû me battre pour finir l’épreuve à la 11e place après 7 h d’efforts. Ça a été la course la plus dure de ma vie». Un effort loin d’être vain puisque Matthieu est 7e du classement général provisoire de la Coupe du monde d’ultra. Il se battra à coup sûr pour garder sa place dans le top 8, récompensé au terme de la dernière manche le 21 novembre à Rosario (Argentine). Entre-temps, un autre défi l’attend : deux 10 km les 25 et 26 septembre à la Coupe d’Europe de Barcelone et à la finale de la Coupe de France à Jablines. Julien BIGORNE

Son été

5 podiums, 1 sélection en équipe de France A’, 3 participations à des Coupes du monde. 

Résultats : 2e du Défi Monte-Cristo (2 km et 2,5 km) les 9 et 10 juillet ; 3e du Défi Monte-Cristo (3,5 et 5 km) les 9 et 11 juillet ; 3e du Défi de Quiberon (10 km) le 18 juillet ; 4e du Défi de Quiberon (3 km) le 17 juillet ; 9e de la Coupe du monde d’Ohrid (25 km) le 21 août ; 10e de la Coupe du monde d’Ohrid (10 km) le 28 août ; 11e de la Coupe du monde de Capri-Napoli (36 km) le 5 septembre.