Actualités

Reymond, héros militaire

Axel Reymond, triple champion du monde militaire en eau libre 2019 (photo : Julien Bigorne / www.sportspassion95.fr)

Fin octobre à Wuhan en Chine, Axel Reymond a été le seul sportif Français à décrocher trois titres aux Jeux Mondiaux militaires. Ses trois référents (Magali Merino, Fabienne Charlopin et François Sentagne) nous racontent sa réussite, fruit d’un travail quotidien.

 

Magali Merino (coach d’Axel) : «Durant l’année, Axel bénéficie d’un suivi de sportif de haut niveau (mis en place avec Robin Pla) qui lui permet de travailler dans des conditions optimisées pour atteindre ses objectifs. Chaque matin, il passe un test cardiaque de 13 minutes (7’ dans son lit et 6’ debout). Cela nous permet de savoir s’il est en forme ou pas et de connaître les effets de l’entraînement de la veille sur son organisme. Ce test HRV (Heart Rate Variability, signifiant Variation du rythme cardiaque) détermine ses charges de travail et sa récupération. Une application sur son téléphone nous permet également de déterminer la qualité de son sommeil. Ensuite, le test de lactate représente un autre indicateur quotidien. Sur une série de 15x100 m – départ toutes les 2 minutes, on lui pique le doigt tous les 3x100 m pour lui prélever un minuscule échantillon de sang. Le prélèvement est appliqué sur une bande de mesure qui est ensuite inséré dans un métabolimètre. Cet appareil mesure la concentration de lactate (un sel de l’acide lactique produit durant l’effort) dans son sang. Nous vérifions que cette concentration demeure constante jusqu’à une vitesse x et augmente ensuite. Puis, un mois avant son stage en altitude à Font-Romeu, Axel a eu recours à une tente hypoxique. Il a dormi dans cette tente, qui permet d’augmenter la production de globules rouges dans le sang et d’habituer son organisme à cette nouvelle condition. Pour rappel, les globules rouges, composées en partie d’hémoglobine (une protéine riche en fer), assurent le transport de l’oxygène dans l’organisme. En résumé, augmenter la production de globules rouges, c’est améliorer les performances à l’entraînement et en compétition. Enfin, pour Axel, le test de 5 km est l’ultime indicateur, qui permet de déterminer à quelle allure accélérer. Une analyse est effectuée à chaque 1 000 m. La réussite d’Axel s’explique par son engagement hors normes et par un entraînement quotidien bien adapté».

Fabienne Charlopin (cadre fédéral, responsable de la Natation Course et Eau libre aux Jeux Mondiaux militaires) : « Axel est arrivé en Chine plus tard que la plupart des nageurs, conformément à un accord entre la Fédération et l’Armée. Sur place, nous avons profité d’une organisation Eau libre phénoménale avec des personnes très accueillantes. Le repérage du tracé a pu être réalisé la veille du 10 km. Sur cette première course, le top 5 était digne des Mondiaux de Gwangju. Pourtant, Axel a fait ce qu’il a voulu et il a gardé suffisamment de fraîcheur physique pour les courses suivantes. Le seul bémol à Wuhan était la récupération. Il n’y avait pas de piscine et les nageurs étaient obligés de retourner dans le lac dans une eau à 19 °C. Sur le 5 km, il s’est préservé jusqu’au dernier tour. L’arrivée a été plus serrée. Il a produit une forte accélération à la fin, sur la partie gauche du chenal. Je lui avais donné pour consigne de ne pas s’approcher des Chinois, car nous n’étions pas sûrs de l’honnêteté des juges. Il ne fallait pas risquer la disqualification. Finalement, la course la plus dure pour Axel a été le relais mixte 4x1 250 m. Notre équipe a été à la bagarre avec le Brésil et la Russie. Nous avions choisi de placer les filles (Océane Cassignol et Caroline Jouisse) en premier. Lorsqu’Axel a récupéré le relais, nous étions 6emes à plus de 20 secondes. Il a dû réaliser un excellent parcours pour nous replacer en tête avec 18 secondes d’avance. Pour les débuts de l’Eau libre aux Jeux Mondiaux militaires, nous ne pouvions rêver mieux».

Capitaine François Sentagne (Commandant du bataillon de Joinville et de l’Armée des Champions) : «Axel a un contrat avec l’Armée de Terre depuis 2015. C’est un contrat de sportif de haut niveau (proposé à 115 athlètes issus de 20 fédérations). En fonction des performances et de l’état d’esprit du sportif, le contrat peut être renouvelé sur une période maximale de 15 ans. Axel s’engage à respecter une charte et à représenter l’Armée 25 jours par an, sur des compétitions militaires, des conférences et certains événements. Dans toutes ces missions, Axel s’est engagé à 120% et a été un brillant ambassadeur».

Propos recueillis par Julien Bigorne

 

.