Actualités

L'heure de vérité pour Axel Reymond

Axel Reymond doit finir dans le Top 10 de la Coupe du monde de 10 km d'Abu Dhabi pour décrocher sa pré-qualification pour les Championnats du monde d'eau libre 2019 (photo : Julien Bigorne / www.sportspassion95.fr)

 

OBJECTIF : MONDIAUX DE GWANGJU

Vendredi 9 novembre à 5h (heure française), Axel Reymond dispute le 10 km de la Coupe du monde d'Abu Dhabi, aux Émirats Arabes Unis. Le sociétaire de l’Association Amicale et Sportive de Sarcelles (Aass), spécialiste du 25 km, doit finir dans le top 10 pour décrocher sa pré-qualification pour les Championnats du monde de Gwangju (du 13 au 19 juillet 2019 en Corée du Sud). Des critères que le protégé de Magali Merino avait rempli en 2015 (1er) et 2016 (5e). En cas de réussite, il réaliserait déjà une première étape vers la qualification aux Jeux olympiques de Tokyo 2020. Dans 8 mois, les Mondiaux donneront en effet la possibilité aux nageurs classés dans le top 10 du 10 km de valider directement leur billet pour les Jo. Une perspective motivante. Avant la compétition, le champion du monde en titre du 25 km s’est confié à Florian Lucas, chargé de mission du département Eau libre de la Fédération Française de Natation.

«UNE REPRISE DE SAISON EXCELLENTE»

«Je suis assez détendu. Physiquement, je me sens vraiment pas mal. J’ai effectué l’une des meilleures reprises de saison de ma carrière. Après les championnats d’Europe de Glasgow, en août, pendant mes vacances, j’ai coupé les entraînements mais je suis resté très actif, j’ai fait différentes activités sportives hors des bassins. L’idée était de m’entretenir au mieux, afin d’être prêt pour bien reprendre le plus tôt possible. Avec cette étape de coupe du monde décisive pour la qualification olympique programmée dès le début du mois de novembre, c’était je pense la bonne stratégie. En octobre, nous avons passé trois semaines de stage à Belek (Turquie), en petit comité, avec ma coach Magali Merino et Lisa Pou comme partenaire d’entraînement. Les conditions étaient excellentes : nager en extérieur, sous le soleil, en toute tranquillité, des séances de 8 à 9 kilomètres».

«PAS DE PRESSION, SAVOIR S’ADAPTER»

«Je suis détaché des enjeux de la course d’Abu-Dhabi. En fait, j’ai surtout la rage de ne pas m’être qualifié pour les JO précédents. C’est cette rage qui me porte et me donne une très grande motivation pour réussir. J’aborde cette compétition comme les manches de coupe du monde précédentes, en visant le meilleur classement. Pendant la course, il faudra s’adapter à ses propres sensations, à ses capacités du moment et aux réactions des adversaires. Si je porte une attaque, je ne produirai pas le même effort selon qui sera dans ma vague. Il faudra être stratège. L’important sera de bien passer les ravitos et de se positionner dans les 5 premières places dans les deux derniers tours de la course». (Julien Bigorne / www.sportspassion95.fr)

 

Détails:

  • -
  • Lieu: Abu Dhabi, Emirats Arabes Unis