Actualités

Tous connectés

Jeune nageur portant un casque de communication Aquatalk d'Olander (photo : Julien Bigorne / www.sportspassion95.fr)

 

Le 31 octobre, les nageurs de l’Association Amicale et Sportive de Sarcelles et de Cergy-Pontoise ont participé à un entraînement collectif au Centre aquatique Christiane et Guy Canzano. Ce regroupement n’avait rien d’anodin : 50 participants y ont testé quatre nouvelles technologies destinées à améliorer l’entraînement du 21ème siècle.

 

LE CASQUE DE COMMUNICATION

En temps normal, le nageur n’entend quasiment pas les conseils prodigués par son coach, car il a le plus souvent la tête sous l’eau. Mais avec le casque Aquatalk d’Olander (société créée par le nageur suédois Valter Olander, médaillé d’argent sur 400 m nage libre lors de la 1re édition des Mondiaux, en 1981), la donne change. Cet appareil, qui fonctionne par résonance osseuse, aussi bien dans l’eau qu’en dehors, permet à l’entraîneur de parler en direct à ses nageurs. «Je peux leur donner à tout moment consignes et conseils sur leur départ, leurs allures, leurs temps et les aspects techniques de leurs gestes», explique Ilhem Bejaoui, l’une des coachs de l’Aass Natation. «Cet outil permet d’interagir avec le nageur, sans qu’il ait le besoin de s’arrêter au mur. On peut lui demander instantanément de changer de nage ou de modifier sa technique. Et, on peut brancher son téléphone portable au système pour lui diffuser de la musique. C’est un outil qui plait beaucoup aux jeunes», souligne Ilhem.

 

L’ADVERSAIRE VIRTUEL Le Virtual Trainer, développé par Myrtha Pools, assouvit le rêve de chaque nageur : se confronter sur une ou plusieurs longueurs à un champion olympique, un recordman du monde, d’Europe ou de France. «Ce système sans fil contrôle une bande de lampes Led, protégée par une gaine étanche et disposée au fond de la piscine. Ces LED créent des signaux lumineux qui jouent le rôle de lièvres au nageur et lui imposent son rythme. Le nageur utilise le flux de lumière comme repère constant et peut facilement contrôler que son rythme est conforme (ni en avance ni en retard) à celui programmé», raconte Mehdi Rhaiem, le développeur qui a introduit cette technologie en Ile-de-France. «Cet outil est un partenaire d’entraînement idéal pour une génération sensible au numérique. Disposer d’un tel adversaire est motivant et fait progresser», conclut Mehdi Rhaiem.

 

LE SYSTÈME DE VIDEO SOUS-MARIN Avec Swimpro, un système de vidéo sous-marin inventé par la société Swincam, l’entraîneur peut analyser les positions et les mouvements de son nageur. Une visualisation en différé, sur téléviseur ou tablette, est toujours très utile au nageur pour mieux comprendre ce qu’il doit corriger ou améliorer.

 

LE COACH NUMÉRIQUE Lors d’un entraînement, chaque nageur ne peut pas bénéficier d’un coach personnel. Mais Triton, un assistant numérique, peut jouer ce rôle. Ce boîtier, glissé dans l’élastique des lunettes du nageur, est capable de prendre en compte le nombre de coups de bras, le temps des virages, la fréquence, la distance par coup de bras, ou encore le chronométrage. Ce nouvel outil dévoile d’abord en direct, sur tablette ou sur téléviseur, les données de chaque sportif. Puis, tous les paramètres sont envoyés sur un serveur pour être analysés à posteriori par l’entraîneur et le nageur.

(Julien Bigorne / www.sportspassion95.fr)

 

 

Détails:

  • -
  • Lieu: Centre aquatique Christiane et Guy Canzano, Centre sportif Nelson Mandela, 95200 Sarcelles